Avec Gérard Filoche

Macron fait payer les mesures « gilets jaunes » par la Sécu ! Abonnés

1

Le

À gauche, Emmanuel Macron annonce en décembre 2018 les mesures d’urgence pour répondre aux « gilets jaunes » ; à droite, il conclut le « grand débat » en mai 2019

Vous vous souvenez des quelques mesures « lâchées » par Emmanuel Macron, début décembre 2018, pour tenter de calmer les « gilets jaunes » ? Hausse de la prime d’activité, exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires, baisse de la contribution sociale généralisée (CSG) sur les retraites inférieures à 2 000 euros… Ce mardi 20 octobre, presque un an après, l’Assemblée nationale va voter le budget 2020 de la Sécurité sociale. Et que découvre-t-on, à l’article 3 du budget ? C’est la Sécu qui va payer les mesures « gilets jaunes » !

[EXTRAIT] Macron fait payer les mesures « gilets jaunes » par la Sécu !

C’est la cerise sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), voté aujourd’hui à l’Assemblée : l’article 3 prévoit de ne pas compenser aux caisses de cotisations les mesures d’exception lâchées en décembre 2018 aux « gilets jaunes », alors que le pouvoir vacillait. Autrement dit, Emmanuel Macron va payer ses mesures d’urgence en se servant sur nos salaires. 2,7 milliards d’euros seront supportés par la Sécurité sociale [1] : « le déficit, qu’il soit du côté de la Sécurité sociale ou du côté de l’État, de toute façon ça fait partie du déficit de la France », pense Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé [2] ! Mais ce n’est pas si simple : si les budgets de l’État et de la Sécurité sociale sont séparés, c’est précisément pour que l’État ne puisse pas piocher dans la Sécu pour faire la guerre, ou bien pour payer les heures supplémentaires à la place des patrons.

Ce qu’il fait aujourd’hui, avec pour conséquence, notamment, 900 millions d’euros d’économies supplémentaires demandées à l’hôpital public, déjà exsangue, et qui connaît depuis plusieurs mois une grève historique des personnels. Une énième illustration de la froide violence technocratique.

Un entretien de Jérémie Younes avec Gérard Filoche.


Programmation musicale :
CGT CHU Toulouse - version alternative de "Basique" (Orelsan)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »