Un entretien avec Éric TOUSSAINT, du CADTM

LES SOUS ET LES MORTS

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« Héros en blouse blanche ! » Emmanuel Macron se pâme devant les soignants. Pourtant, parmi ceux qui ont précarisé et détérioré la santé publique, il n’a pas démérité.

Face à la contestation qui gronde devant les milliers de fermetures de lit et les suppressions de postes, il n’a qu’un petit mot à prononcer : « dette ». La France a des dettes, cent pour cent de dettes, la France vit à crédit, c’est nos enfants qui paieront. De quoi clouer le bec aux contestataires. « La dette » : il lui suffit de dégainer ce mot comme un rayon paralysant. Comme ce 5 avril 2018, au CHU de Rouen :


Il n’est pas seul à user de cette ficelle. Francois Fillon, en mars 2017, au moment de la révélation de ses magouilles financières, est encore en campagne et rencontre des personnels soignants. Un grand moment, lorsqu’une infirmière précise : « on est deux. Deux pour 84 la nuit. » Réponse de Fillon : « vous voulez que je fasse de la dette supplémentaire ? »

Francois Fillon dans « L'Émission politique », 23 mars 2017
par Là-bas si j'y suis

La grosse ficelle, c’est que la dette d’un État n’a rien à voir avec la dette d’un ménage. Voilà juste 30 ans que le CADTM, le comité pour l’abolition des dettes illégitimes, se bat contre les remboursements et les intérêts qui maintiennent les pays pauvres dans la misère. Rappelons que 3 millions d’enfants meurent de faim chaque année dans le monde selon les Nations unies (programme alimentaire mondial).

L’argument de la dette, c’est aussi un moyen d’imposer l’austérité budgétaire, c’est-à-dire la réduction des budgets pour les services publics et la protection sociale. Et ouvrir grand la porte aux assurances privées et à la spéculation, alors qu’en vérité, face à sa dette, un pays comme la France détient un puissant patrimoine public (immobilier, infrastructures, entreprises publiques), amplement supérieur à sa dette.

La crise du COVID-19, qui met en évidence les effets de ces politiques assassines, sera-t-elle l’occasion d’un changement radical ?

Un entretien avec Éric Toussaint [RADIO : 21’50] :

[RADIO] Les sous et les morts [INTÉGRALE]

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.