De la fête de l’Huma à la fashion week

GLAMOUR et CAUCHEMAR, dans les coulisses de l’industrie de la mode Abonnés

1

Le

Luxe, gloire et beauté, la mode est une des plus puissantes industries au monde. Mais tout n’est pas très glamour dans l’usine à rêves. Précarité, humiliation, exploitation, et aussi auto-exploitation. La mode attire à tout prix. En France chaque année, plus de 10 000 jeunes se présentent à la sélection de l’agence Elite. Des candidates s’endettent dans l’espoir d’entrer dans ce monde enchanté devenu "l’image étincelante et féroce du capitalisme actuel" selon Giulia Mansitieri. La mode en France c’est 150 milliards de chiffre d’affaire avec en tête de rayon, Bernard Arnault quatrième fortune mondiale. Les médias qui vivent de la publicité du luxe et de la mode ne s’empressent pas de dénoncer cet univers impitoyable et bien rares sont les mannequins qui osent briser l’omerta imposée par les agences et les marques. À l’image de la femme voilée les penseurs médiatiques opposent l’image de la femme libérée des pubs et des magazines. Mais qui est derrière l’image ?

[EXTRAIT] GLAMOUR et CAUCHEMAR, dans les coulisses de l’industrie de la mode [#LHumaSiJySuis2018]

À la Fête de l’Huma, un entretien de Daniel Mermet et Anaëlle Verzaux avec :
- Giulia Mensitieri, anthropologue, auteure du livre « Le plus beau métier du monde ». Dans les coulisses de l’industrie de la mode (Éditions La Découverte, 2018)
- Alexandre Miraut, membre de l’association Model Law

En 2015, une mannequin suédoise avait dénoncé dans une vidéo l’industrie de la mode qui, selon elle, ne lui signait plus de contrats prce qu’elle était jugée « trop grosse » :

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

JAZZ ET TÊTE DE VEAU, une belle fête pour l’AN 01 de LÀ-BAS ! Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Nous étions plus de 200 au Lieu-Dit, jeudi pour le premier anniversaire de LA-BAS. Merci à toutes et tous pour le soutien, pour l’amitié, pour la fête, pour le jazz et pour la tête de veau. Merci à l’équipe du Lieu-dit ! Merci au Golden Jack Quintet, et Helmie Bellini et son Kongo Square. Dès vendredi matin (!), Jérôme Chelius vous a mis deux extraits de cette soirée pour régaler vos oreilles. Que du bon ! VIVA !

L’an 01 de Là-bas
[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

À l’occasion de la sortie du film « La Sociale », retour sur l’histoire de la Sécu Ambroise Croizat, vive la Sécu !! Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur AMBROISE CROIZAT fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise CROIZAT ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

Une superbe conquête inlassablement combattue par les partisans de la loi du profit. Reportage, février 2011 : François RUFFIN, avec Michel ÉTIÉVENT, auteur du livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale (éditions GAP, 1999).