De la fête de l’Huma à la fashion week

GLAMOUR et CAUCHEMAR, dans les coulisses de l’industrie de la mode Abonnés

1

Le

Luxe, gloire et beauté, la mode est une des plus puissantes industries au monde. Mais tout n’est pas très glamour dans l’usine à rêves. Précarité, humiliation, exploitation, et aussi auto-exploitation. La mode attire à tout prix. En France chaque année, plus de 10 000 jeunes se présentent à la sélection de l’agence Elite. Des candidates s’endettent dans l’espoir d’entrer dans ce monde enchanté devenu "l’image étincelante et féroce du capitalisme actuel" selon Giulia Mansitieri. La mode en France c’est 150 milliards de chiffre d’affaire avec en tête de rayon, Bernard Arnault quatrième fortune mondiale. Les médias qui vivent de la publicité du luxe et de la mode ne s’empressent pas de dénoncer cet univers impitoyable et bien rares sont les mannequins qui osent briser l’omerta imposée par les agences et les marques. À l’image de la femme voilée les penseurs médiatiques opposent l’image de la femme libérée des pubs et des magazines. Mais qui est derrière l’image ?

[EXTRAIT] GLAMOUR et CAUCHEMAR, dans les coulisses de l’industrie de la mode [#LHumaSiJySuis2018]

À la Fête de l’Huma, un entretien de Daniel Mermet et Anaëlle Verzaux avec :
- Giulia Mensitieri, anthropologue, auteure du livre « Le plus beau métier du monde ». Dans les coulisses de l’industrie de la mode (Éditions La Découverte, 2018)
- Alexandre Miraut, membre de l’association Model Law

En 2015, une mannequin suédoise avait dénoncé dans une vidéo l’industrie de la mode qui, selon elle, ne lui signait plus de contrats prce qu’elle était jugée « trop grosse » :

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.