De la fête de l’Huma à la fashion week

GLAMOUR et CAUCHEMAR, dans les coulisses de l’industrie de la mode Abonnés

1

Le

Luxe, gloire et beauté, la mode est une des plus puissantes industries au monde. Mais tout n’est pas très glamour dans l’usine à rêves. Précarité, humiliation, exploitation, et aussi auto-exploitation. La mode attire à tout prix. En France chaque année, plus de 10 000 jeunes se présentent à la sélection de l’agence Elite. Des candidates s’endettent dans l’espoir d’entrer dans ce monde enchanté devenu "l’image étincelante et féroce du capitalisme actuel" selon Giulia Mansitieri. La mode en France c’est 150 milliards de chiffre d’affaire avec en tête de rayon, Bernard Arnault quatrième fortune mondiale. Les médias qui vivent de la publicité du luxe et de la mode ne s’empressent pas de dénoncer cet univers impitoyable et bien rares sont les mannequins qui osent briser l’omerta imposée par les agences et les marques. À l’image de la femme voilée les penseurs médiatiques opposent l’image de la femme libérée des pubs et des magazines. Mais qui est derrière l’image ?

[EXTRAIT] GLAMOUR et CAUCHEMAR, dans les coulisses de l’industrie de la mode [#LHumaSiJySuis2018]

À la Fête de l’Huma, un entretien de Daniel Mermet et Anaëlle Verzaux avec :
- Giulia Mensitieri, anthropologue, auteure du livre « Le plus beau métier du monde ». Dans les coulisses de l’industrie de la mode (Éditions La Découverte, 2018)
- Alexandre Miraut, membre de l’association Model Law

En 2015, une mannequin suédoise avait dénoncé dans une vidéo l’industrie de la mode qui, selon elle, ne lui signait plus de contrats prce qu’elle était jugée « trop grosse » :

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Cette rencontre sera aussi l’occasion de faire un point sur la politique locale. Si vous voulez participer merci de nous contacter au 06 81 24 81 45, ou à l’adresse mail reperelololiv@protonmail.com

Dernières publis

Une sélection :

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Avec Gérard Filoche Macron fait payer les mesures « gilets jaunes » par la Sécu ! AbonnésÉcouter

Le

Vous vous souvenez des quelques mesures « lâchées » par Emmanuel Macron, début décembre 2018, pour tenter de calmer les « gilets jaunes » ? Hausse de la prime d’activité, exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires, baisse de la contribution sociale généralisée (CSG) sur les retraites inférieures à 2 000 euros… Ce mardi 20 octobre, presque un an après, l’Assemblée nationale va voter le budget 2020 de la Sécurité sociale. Et que découvre-t-on, à l’article 3 du budget ? C’est la Sécu qui va payer les mesures « gilets jaunes » !

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.