Avec les salariés d’Air France en lutte (durée 14’37)

LES LYNCHEURS NE SONT PAS LES ARRACHEURS DE CHEMISES MAIS CEUX QUI LES PORTENT

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

ON LÂCHE RIEN ! HK et les SALTIMBANKS sont venus soutenir les salariés d’Air France en lutte pour ce numéro spécial de LÀ-BAS à l’aéroport de Roissy. La violence des médias et du gouvernement contre les salariés a fait ressortir la vraie violence. Le chômage tue 14 000 Français chaque année. Quelle est la place de ces morts dans les médias, comparée à la chemise d’un dirigeant déchirée lors d’une manif ? Merci au professeur Pierre MENETON de l’INSERM, venu exposer le résultat de ces recherches.

LES LYNCHEURS NE SONT PAS LES ARRACHEURS DE CHEMISES MAIS CEUX QUI LES PORTENT (14'37)
par Là-bas si j'y suis

MERCI à Erika qui a accepté, pour la première fois devant une caméra, de revenir sur son fameux témoignage qui a fait d’elle un emblème du combat contre le mépris et la violence des dirigeants d’Air France.

MERCI à Xavier MATHIEU, ancien syndicaliste de l’usine Continental de Clairvoix, venu encourager les cinq salariés d’Air France poursuivis pour « violences en réunion ». Ils seront jugés le 02 décembre

MERCI à Gérard MORDILLAT écrivain et réalisateur. Sans ces symboliques liquettes, il est probable qu’on aurait beaucoup moins entendu parler du combat des salariés contre le énième plan de restructuration qu’on veut leur imposer

Extrait de notre émission radio du 21 octobre 2015 « AIR FRANCE : SCÈNE DE VIOLENCE », à écouter en intégralité en cliquant ici.
Animation : Daniel MERMET
Reportage : Gaylord VAN WYMEERSCH et Anaëlle VERZAUX
Réalisation : Jonathan DUONG
Image : Jeanne LORRAIN
Son : Jérôme CHÉLIUS et Franck HADERER
Préparation : Grégory SALOMONOVITCH

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».

Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE Accès libreLire

Le

Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites.