Avec Yann Augras, de la CGT, depuis l’usine GM&S Industry

Les GM&S mettent le feu dans l’usine

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Les GM&S mettent le feu dans l’usine

(photo : Twitter @FBCreuse)

« Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés on décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l’usine. » C’est le communiqué des 277 salariés de GM&S Industry, sous-traitant de Renault et PSA Peugeot, en lutte depuis six mois, qui avaient menacé de faire sauter leur usine.

Aujourd’hui encore, leurs représentants syndicaux étaient à Bercy pour une énième réunion de la cellule de crise mise en place par le gouvernement autour du ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Pour les syndicats CGT et FO, aucune solution concrète n’a été proposée, alors que ce vendredi, le tribunal de commerce de Poitiers doit rendre une décision cruciale sur l’avenir de l’entreprise. GM&S, deuxième employeur privé dans la Creuse, a déjà passé six mois en redressement judiciaire. C’est le troisième en huit ans.

Vendredi 30 juin, le tribunal de commerce de Poitiers examinera l’offre de reprise de l’emboutisseur stéphanois GMD. Mais selon la CGT, « le repreneur ne s’est pas positionné sur le nombre de salariés à reprendre », et pour les emplois qui seront détruits, c’est le flou autour de la prime « supra-légale », c’est-à-dire la prime versée en plus des indemnités de licenciement légales. Désespérés, les salariés ont mis le feu dans l’usine.

Un entretien de Daniel Mermet avec Yann Augras, secrétaire (CGT) du Comité d’Entreprise de GM&S Industry.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Violences policières, impunité, une tradition française [ARCHIVES] Charonne, un crime d’État Accès libreÉcouter

Le

8 février 1962. La police charge, les manifestants s’écrasent dans l’escalier du métro Charonne, les flics cognent et balancent des grilles d’arbres sur la foule. Neuf morts, des dizaines de blessés. Une émotion énorme. Il aura fallu attendre 60 ans pour que l’État du bout des lèvres rendent aujourd’hui hommage aux victimes mais en se gardant bien d’évoquer les vrais responsables de ce crime d’État. Voici notre émission de 2002, avec Pierre Vidal-Naquet, Alain Cuniot, Didier Daeninckx, et nos amis de la Compagnie Jolie Môme qui avaient créé une chanson pour ce reportage. Sans oublier Leny Escudero...

L’édito du mercredi, c’est le Mercredito ! Par Daniel Mermet (VIDÉO et PODCAST) Le Mercredito #29 | Il y a 80 ans, la bataille de Stalingrad AbonnésVoir

Le

Stalingrad, 2 février 1943. La victoire au bout de 200 jours et deux millions de morts. Comme prévu, Poutine n’a pas manqué de récupérer cet anniversaire dans le conflit actuel, en rapprochant l’Ukraine de l’Allemagne nazie. Un nouveau buste de Staline a notamment été inauguré pour l’occasion. Dans la crainte d’être soupçonné d’apporter de l’eau à son moulin, les grands médias n’ont guère évoquer cet anniversaire, alors qu’il s’agit d’un des plus grands évènements du XXe siècle, que nous vous racontons dans ce Mercredito spécial.