Entretien en public au Lieu-Dit | À écouter, ré-écouter et c’est pas triste... (Vidéo | Radio)

Les aventures de Ruffin reporter, deuxième partie (2/3) : deux rencontres historiques, une pipe et un enterrement

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Tout un été Là-bas, c’est le temps de prendre son temps… le temps de (re)découvrir le meilleur de Là-bas, des surprises, des idées, des plaisirs

Voici la deuxième partie des aventures de Ruffin reporter. Deux rencontres historiques, une pipe et un enterrement, cette semaine. Des documents qui pèseront lourds quand Ruffin voudra faire président . Mais lourd en bien ou en mal ?À vous de juger, dites-nous ce que vous en pensez.

En attendant rappelons que le député et journaliste, Francois Ruffin a été reporter pendant sept ans dans l’équipe de LÀ-BAS SI J’Y SUIS sur France Inter, de 2005 à 2012. Les collaborateurs qui sont passés par Là-bas poursuivent tous des carrières brillantissimes mais député c’était quand même inattendu. Dès sa création en 1989 sur France Inter, nous avons affiché notre engagement « Plus près des jetables que des notables » tout en pratiquant un journalisme rigoureux, populaire et inventif, essentiellement de reportages, en France comme à travers le monde, souvent dans les luttes sociales, avec (rappelons-le) toujours un grand succès d’audience. De quoi acquérir une expérience et des idées qui vous donnent l’absolue certitude que à la fin c’est nous qu’on va gagner.

Aujourd’hui, depuis sept ans, Là-bas continue de plus belle sur le net grâce à nos Abonnés Modestes et Géniaux, nos AMG chéris. Grâce à eux, comme cadeau pour tous, nous diffusons cette série gratos !
Bonnes fêtes à toutes et tous !

Là-bas
Les aventures de Ruffin reporter ! (2/3)
par Là-bas si j'y suis

Maurice Kriegel Valrimont

[RADIO] Maurice Kriegel Valrimont (02 mars 2006)

1ère diffusion le 02 mars 2006
Reportage : François Ruffin
Réalisation : Antoine Chao

Entretien entre François Ruffin et Maurice Kriegel Valrimont. Il évoque son anti fascisme et ses prises de position pendant la seconde guerre mondiale. Il renonce à faire carrière dans le droit à Strasbourg et arrive à Paris. La plupart des membres de partis politiques et des syndicats se regroupent pour des actes de résistances. Le STO (Service du travail obligatoire" est le réservoir pour la résistance, il met en avant l’adhésion de la population lorsque la résistance aides à soustraire les jeunes au STO. La diversité de la France se retrouve dans la résistance. La France de l’après guerre est déficitaire, mais se redresse grâce aux avancées sociales. Il se souvient de Marcel Cachin.
— 

Ambroise Croizat, militant de la Sécu

[RADIO] Ambroise Croizat, militant de la Sécu (10 février 2011)

1ère diffusion le 10 février 2011
Reportage : François Ruffin
Réalisation : Khỏi Nguyen et Franck Haderer

Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise Croizat ?
C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.
A lui et à ce peuple qui a poussé, derrière lui, des millions d’anonymes qui ont réclamé ces mesures, qui de leurs mains ont bâti les premières caisses. Mais ce fondateur de la Sécu nous prévenait, déjà : "Ne parlez pas d’acquis en face, le patronat ne désarme jamais."
Plus de 60 ans après sa mort, retour sur l’histoire de ce grand homme.
— 

Un pot-au-feu, une pipe et un enterrement

[RADIO] Un pot au feu, une pipe, un enterrement (12 octobre 2006)

1ère diffusion le 12 octobre 2006
Reportage : François Ruffin
Réalisation : Yann Chouquet

Les grandes passions d’un petit patron « Fils de bourge » devenu cuisinier, catholique et bisexuel, Jean-François nous balade en rigolant de ses cuisines à un enterrement.
Jusqu’à une visite « aux bois », le soir, dans le Limoges by night…

Écouter l'émission version radio

[RADIO] Un pot au feu, une pipe, un enterrement (12 octobre 2006)

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Jonathan Duong
image : Florent Michaux
montage : Amélie Brunet
son : Jules Krot, Jérôme Chélius,
Alexandre Lambert, Sylvain Richard
préparation : Zoé Marsault

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »