RADIO (27’06) LE SYSTÈME SORAL

LE SOMMEIL DE LA RAISON ENGENDRE DES MONSTRES Abonnés

Le

Cette eau-forte date de 1797. Goya cherchait à se dégager de l’Académie et des commandes officielles. Il se lance dans cette série de gravures, « les Caprices ». Nous sommes encore au 18ème siècle et ici, la RAISON c’est les LUMIÈRES et les monstres c’est l’obscurantisme, l’arbitraire, la tyrannie et la croyance. Si la Raison s’endort, alors la Lumière s’éteint et dans les ténèbres, les monstres se glissent en un cortège volant et rampant. C’est ce qui arrive aujourd’hui, entre chien et loup tout est flou, c’est la débandade, tout change de pôle et d’épaule comme dit Aragon. Comme la Raison de Goya nous nous sommes endormis, épuisés ou gavés ou indifférents, et ceux de notre camp qu’on entend encore ne parlent pas, ils ronflent.

Pour les fachos, ce fut donc facile d’entrer et de nous voler toutes nos affaires, nos meubles, nos rideaux, nos lignes de front, nos digues, nos drapeaux rouges, nos bijoux de famille et toute notre histoire et toutes nos victoires et même la gravure de Goya. Les fachos sont ainsi. Car c’est d’eux dont je parle, cette extrême droite qui se déguise en gauche, qui se déguise en peuple, qui mélange le rouge et le brun et ajoute même une étoile jaune. Primo Levi dit que le camp, le « lager », est « le plus menaçant des monstres engendrés par le sommeil de la raison ». Primo Levi interprétait ainsi le dessin de Goya. Alain Soral est un pitre rouge-brun, mais surtout un obsessionnel antisémite qui s’adresse à des millions de gens collés à leur écran.

N’oublions jamais que dans NAZI, il y a National et il y a Socialisme. Constat de gauche, solution de droite, dit Soral. Constat socialiste, solution nationaliste. Le rapprochement est abusif ? Non. C’est la recette de l’extrême droite depuis longtemps, on l’avait oublié, mais aujourd’hui, ça marche. Ça marche auprès d’un peuple méprisé, terrorisé par le chômage de masse, apeuré par la crise et l’austérité, paumé et humilié. N’oublions jamais la puissance du ressentiment dans l’Histoire. En 2008, alors qu’il était au FN, Soral déclare à l’hebdomadaire d’extrême droite Minute : « La vocation du FN est de faire l’union sacrée de la gauche du travail, trahie par la gauche bobo, et de la droite des valeurs, déçue par la droite bling-bling. Jean-Marie Le Pen le sait très bien ». La vieille recette a bien marché. Aucun prince charmant ne viendra réveiller d’un baiser la Raison endormie. C’est à nous de chasser rudement ces profiteurs d’abîmes et ces oiseaux gluants.

Daniel MERMET

Un entretien d’Anaëlle VERZAUX à la Fête de l’Huma, avec Robin D’ANGELO et Mathieu MOLARD autour de leur livre SORAL, enquête sur un facho business.

(extrait) Le Système Soral
L’intégralité de l’entretien est disponible uniquement pour les abonnés.
Pour vous abonner c’est simple et rapide, cliquez ici !
Alain Soral, le 5 septembre 2013 au théâtre de La Main d’or à Paris (Audrey Cerdan/Rue89)

Merci à Robin D’ANGELO et Mathieu MOLARD.
Merci aussi à la Fête de l’Humanité, Fabien GAY et Esmahen HARTELLI.

Entretien : Anaëlle VERZAUX
Réalisation : Franck HADERER et Jérôme CHELIUS
Préparation : Jonathan DUONG
Montage : Grégory SALOMONOVITCH

Réécoutez toutes nos émissions diffusées en direct à la Fête de l’Huma 2015 en cliquant ici.

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte",en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DÉLIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

Un cours d’Autodéfense intellectuelle pour l’été Apprenez la langue de l’adversaire avec Olivier BESANCENOT AbonnésVoir

Le

Ne dites pas « cotisations sociales », dites « charges sociales », ne dites pas « vagues de licenciement », dites « plan de sauvegarde de l’emploi », ne dites pas « guichetier », dites « chargé de clientèle ». On connaît quelques-unes de ces entourloupes langagières, mais on ne mesure pas assez comment cette perversion du langage contamine les esprits et nous fait avaler l’idéologie dominante à notre insu. Contre cette violence verbale, Olivier Besancenot publie un Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique.

[Extrait VIDÉO 08’58 + entretien RADIO 59’30]

Humanité et fermeté sont les deux mamelles de la France AbonnésVoir

Le

« C’est un projet de loi totalement équilibré. » Voilà comment le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb défend son projet de loi « Asile et immigration ». Pourtant, une trentaine d’associations ont déjà dénoncé une circulaire que le ministre de l’Intérieur souhaite maintenir : ce texte, signé par les ministres Gérard Collomb et Jacques Mézard, demande aux fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de vérifier la situation administrative des immigrés dans les centres d’hébergement d’urgence.

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

Travailler beaucoup moins, beaucoup mieux. SANS EMPLOI (Raphaël Liogier) Revenu universel ? Le POUR AbonnésÉcouter

Le

Vous hésitez entre Macron le révolutionnaire et Valls le révolté ? Voici un peu d’air frais pour vous sortir de ce captivant dilemme, un air de retour du droit à la paresse. Car, oui, nous en faisons de plus en plus en en faisant de moins en moins. C’est une constante dans l’histoire, de l’invention de la roue jusqu’à la révolution numérique, nous avons cherché à nous libérer de la torture du travail.

Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, nous produisons suffisamment de richesses pour satisfaire tous les besoins humains. Une excellente nouvelle, non ?