Quand on ajoute « policier » à la liste des premiers de corvée

POLICIERS : LE PORT DU MASQUE EST INTERDIT TANT QU’ON N’EN A PAS

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Infirmière, routier, éboueur, caissière… Récemment, dans une liste de « premiers de corvée », nous avons ajouté : « policier ». Ça nous a valu quelques réactions outrées et même des menaces de désabonnement.

Explication : nous avons ajouté « policier » en voyant dans les rues, des fliquettes et des flics sans masque et sans gants, contrôlant le passant. Donc double risque, pour eux et pour nous.
Pourquoi ? Qui empêche les flics d’être protégés ?

Et là, on apprend qu’un syndicat de police porte plainte contre plusieurs responsables, dont Edouard Philippe et Christophe Castaner pour mise en danger de la vie d’autrui !
Vous les imaginez ensemble dans une même cellule ?
Alors enquête…

© Bertrand Guay, AFP

Le 19 mars 2020, sur Europe 1, Christophe Castaner expliquait que les policiers n’avaient pas besoin de porter de masque FFP2, pourtant sensés nous protéger du covid 19.

Pas besoin de masque, et voilà 300 policiers malades du Covid 19, et 10 000 placés en quarantaine.

Anthony Caillé, policier à Paris depuis vingt ans, est également Secrétaire National à la CGT Intérieur, il réagit aux prescriptions du docteur Castaner.

[RADIO] Le port du masque est interdit tant qu’on n’en a pas : Anthony Caillé (CGT)

Message d’un responsable, envoyé à ses policiers le 20 mars 2020


Le syndicat VIGI Police a déposé plusieurs plaintes pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui et non assistance à personnes, contre le Premier Ministre Edouard Philippe, le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et son Secrétaire d’Etat Laurent Nunez, ainsi que contre des directeurs et des chefs de service.

Les explications d’Alexandre Langlois, policier et Secrétaire Général de VIGI Police.

[RADIO] Le port du masque est interdit tant qu’on n’en a pas : Alexandre Langlois (VIGI)
Et sur le terrain, comment ça se passe ?

Bertrand est policier à la Police aux frontières (PAF) de Roissy. Alors que le covid 19 était déjà bien installé dans plusieurs régions de Chine, Bertrand a dû palper des passagers venus de Shanghai et de Pékin, et leur distribuer des prospectus, sans protection, bien sûr !

Pour préserver son anonymat, nous avons modifié son prénom et sa voix.

[RADIO] Le port du masque est interdit tant qu’on n’en a pas : Bertrand, policier à la PAF de Roissy

Robert lui, a moins de soucis avec masques et protection. Il est policier à la frontière franco-espagnole.

Il nous dit l’ambiance à la frontière ; en s’interrogeant : est-ce qu’on ne serait pas en train de verbaliser pour faire du chiffre ?

[RADIO] Le port du masque est interdit tant qu’on n’en a pas : Robert, policier à la frontière franco-espagnole

[Tous les entretiens ont été enregistrés les 8 et 9 avril 2020]

Le Perthus confiné © Robert, policier

journaliste : Anaëlle Verzaux

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.