Angela réélue ! Macron ravi, l’Allemagne est son modèle

Le modèle allemand, vraiment ? Abonnés

1

Le

Heinz Bierbaum et Bruno Odent (photo : Vladimir Slonska-Malvaud)

Tous les sondages donnent ANGELA MERKEL gagnante pour la quatrième fois aux législatives de dimanche en Allemagne. Le parti social-démocrate (SPD) devrait avoir la deuxième place, tandis que la gauche DIE LINKE se bat pour la troisième place contre l’extrême droite.

En tout cas, Macron est heureux, l’Allemagne d’Angela fut sa première visite de président, c’est son rêve et c’est son modèle. Ah, le modèle allemand ! Avec son taux de chômage d’à peine 5 % alors que la France est à 10 % ! Voilà ce que la réforme du Code du travail va faire en France, c’est chouette, non ? Euh… oui, mais l’Allemagne détient le record européen de travailleurs pauvres, 22,5 %, alors que la France, c’est 8,8 %. Emplois précaires, temps partiels, avec les lois HARTZ, le social-libéralisme allemand a tout simplement changé les chômeurs en millions de travailleurs pauvres qui accumulent des « mini-jobs » – contraints par les « job centers » – avec des salaires très bas, pouvant aller jusqu’à 450 euros par mois, assortis d’une aide sociale variable, et qui peut s’effondrer en cas de refus.

On décomptait 7,8 millions de mini-jobs en juin 2016, soit 19 % des emplois salariés. Le développement des emplois précaires a contribué à affaiblir la couverture des salariés allemands : en 2016, seuls 56 % d’entre eux étaient couverts, contre 98 % en France. Le modèle allemand, un modèle, vraiment ?

Un entretien en direct depuis la Fête de l’Huma de Daniel Mermet et Anaëlle Verzaux avec Bruno Odent, journaliste à l’Humanité, auteur du livre Modèle allemand, une imposture, Heinz Bierbaum, ouvrier métallurgiste, syndicaliste, porte-parole de Die Linke et Pascal Delwit, professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles.

Pascal Delwit (photo : Vladimir Slonska-Malvaud)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »