Angela réélue ! Macron ravi, l’Allemagne est son modèle

Le modèle allemand, vraiment ? Abonnés

Le

Heinz Bierbaum et Bruno Odent (photo : Vladimir Slonska-Malvaud)

Tous les sondages donnent ANGELA MERKEL gagnante pour la quatrième fois aux législatives de dimanche en Allemagne. Le parti social-démocrate (SPD) devrait avoir la deuxième place, tandis que la gauche DIE LINKE se bat pour la troisième place contre l’extrême droite.

En tout cas, Macron est heureux, l’Allemagne d’Angela fut sa première visite de président, c’est son rêve et c’est son modèle. Ah, le modèle allemand ! Avec son taux de chômage d’à peine 5 % alors que la France est à 10 % ! Voilà ce que la réforme du Code du travail va faire en France, c’est chouette, non ? Euh… oui, mais l’Allemagne détient le record européen de travailleurs pauvres, 22,5 %, alors que la France, c’est 8,8 %. Emplois précaires, temps partiels, avec les lois HARTZ, le social-libéralisme allemand a tout simplement changé les chômeurs en millions de travailleurs pauvres qui accumulent des « mini-jobs » – contraints par les « job centers » – avec des salaires très bas, pouvant aller jusqu’à 450 euros par mois, assortis d’une aide sociale variable, et qui peut s’effondrer en cas de refus.

On décomptait 7,8 millions de mini-jobs en juin 2016, soit 19 % des emplois salariés. Le développement des emplois précaires a contribué à affaiblir la couverture des salariés allemands : en 2016, seuls 56 % d’entre eux étaient couverts, contre 98 % en France. Le modèle allemand, un modèle, vraiment ?

Un entretien en direct depuis la Fête de l’Huma de Daniel Mermet et Anaëlle Verzaux avec Bruno Odent, journaliste à l’Humanité, auteur du livre Modèle allemand, une imposture, Heinz Bierbaum, ouvrier métallurgiste, syndicaliste, porte-parole de Die Linke et Pascal Delwit, professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles.

Pascal Delwit (photo : Vladimir Slonska-Malvaud)
Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

Entretien avec Daniel Mermet Pierre Souchon, encore vivant ! AbonnésVoir

Le

PIERRE SOUCHON, ENCORE VIVANT ! Soudain il pète tout, il casse tout dans la ville. Trois fois, il est interné en psychiatrie, Pierre est bipolaire, c’est aussi un brillant journaliste. Depuis longtemps, il voulait raconter ça de l’intérieur, sa folie, et la vie autour, l’hôpital, l’Ardèche, les arbres, son mariage chez les bourgeois. Un livre superbe, des pages sans précautions, dures et belles.

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

Ça va continuer ainsi (avec un peu moins d’étudiants présents) jusqu’au week-end. Là, les étudiants sont enfermés dans l’école pour réaliser un enduro de projets ; interdiction de sortir de la salle, d’avoir un sac, de téléphoner, etc.…
Derrière la coolitude générale, la matraque n’est pas loin.Midi. Une table où personne ne se parle : manger vite et y retourner. Une autre où tous regardent leur téléphone.Mais (...)

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »