« Misère du football africain », un entretien de Jonathan Duong avec David Garcia

Le football africain pillé par l’Europe

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

  • 01. Champions du monde !

    - MP3 - 25.6 Mio

  • 02. L’Afrique, prolétariat du football mondialisé

    - MP3 - 17.1 Mio

  • 03. L’ASEC Mimosas, club star d’Abidjan

    - MP3 - 14.4 Mio

  • 04. Les ambitions ivoiriennes de Bolloré

    - MP3 - 14.1 Mio

[RADIO] David Garcia : le football africain pillé par l’Europe

(photo : Daniel Mermet)

La joie est immense, sincère, belle. Mais il y avait le président de la République pour la gâcher. Alors qu’il n’est manifestement pour rien dans la victoire des Bleus en Russie, le champion du monde de la com’ n’a pas perdu une seconde pour essayer de remonter sa cote de popularité, à coups de photos, selfies, stories, dabs, et en donnant des leçons aux joueurs victorieux :

« N’oubliez jamais d’où vous venez ! Et vous venez de là : devant vous ! Devant vous, il y a les clubs qui vous ont formés, des clubs de la France entière, il y a des jeunes de tous ces clubs, des éducateurs qui n’ont pas compté leur temps, des parents qui n’ont pas compté leur temps. [1] »

Mais comme l’a rappelé le député de La France Insoumise Ugo Bernalicis, c’est justement la politique d’austérité du gouvernement qui fragilise les petits clubs. Fin des contrats aidés, baisse des dotations aux collectivités locales, faiblesse des subventions : des petits clubs peinent à boucler leur budget, d’autres ferment, alors que tous existent grâce à l’engagement de ses bénévoles [2].

Si le foot français doit beaucoup à l’existence de ces clubs locaux et à la qualité de sa formation, il doit aussi beaucoup à l’exploitation des ressources africaines. Comme pour le pétrole ou les minerais, le continent africain regorge de richesses, de joueurs talentueux qui sont accaparés par les pays riches.

C’est l’« arrêt Bosman » qui a ouvert la voie au pillage des pays africains. En 1995, saisie par le joueur belge Jean-Marc Bosman, la Cour de justice des Communautés européennes met fin au protectionnisme dans le football européen. Finie la limitation du nombre de joueurs étrangers dans les championnats, la décision européenne ouvre la voie à une bulle spéculative autour de transferts internationaux, toujours plus chers et toujours plus nombreux. Ce néolibéralisme appliqué au football concentre les meilleurs joueurs dans une poignée de clubs les plus riches, au détriment de la grande majorité des autres.

En attendant leur rêve de carrière européenne, David Garcia est allé voir comment les footballeurs ivoiriens essaient de survivre, et s’organisent contre l’exploitation.

Un entretien de Jonathan Duong avec David Garcia, journaliste.

Programmation musicale :
 Gadji Celi : Attention Mimo arrive

Merci à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !