« Misère du football africain », un entretien de Jonathan Duong avec David Garcia

Le football africain pillé par l’Europe

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

  • Télécharger 01. Champions du monde !

    - MP3 - 25.6 Mo

  • Télécharger 02. L’Afrique, prolétariat du football mondialisé

    - MP3 - 17.1 Mo

  • Télécharger 03. L’ASEC Mimosas, club star d’Abidjan

    - MP3 - 14.4 Mo

  • Télécharger 04. Les ambitions ivoiriennes de Bolloré

    - MP3 - 14.1 Mo

[RADIO] David Garcia : le football africain pillé par l’Europe

(photo : Daniel Mermet)

La joie est immense, sincère, belle. Mais il y avait le président de la République pour la gâcher. Alors qu’il n’est manifestement pour rien dans la victoire des Bleus en Russie, le champion du monde de la com’ n’a pas perdu une seconde pour essayer de remonter sa cote de popularité, à coups de photos, selfies, stories, dabs, et en donnant des leçons aux joueurs victorieux :

« N’oubliez jamais d’où vous venez ! Et vous venez de là : devant vous ! Devant vous, il y a les clubs qui vous ont formés, des clubs de la France entière, il y a des jeunes de tous ces clubs, des éducateurs qui n’ont pas compté leur temps, des parents qui n’ont pas compté leur temps. [1] »

Mais comme l’a rappelé le député de La France Insoumise Ugo Bernalicis, c’est justement la politique d’austérité du gouvernement qui fragilise les petits clubs. Fin des contrats aidés, baisse des dotations aux collectivités locales, faiblesse des subventions : des petits clubs peinent à boucler leur budget, d’autres ferment, alors que tous existent grâce à l’engagement de ses bénévoles [2].

Si le foot français doit beaucoup à l’existence de ces clubs locaux et à la qualité de sa formation, il doit aussi beaucoup à l’exploitation des ressources africaines. Comme pour le pétrole ou les minerais, le continent africain regorge de richesses, de joueurs talentueux qui sont accaparés par les pays riches.

C’est l’« arrêt Bosman » qui a ouvert la voie au pillage des pays africains. En 1995, saisie par le joueur belge Jean-Marc Bosman, la Cour de justice des Communautés européennes met fin au protectionnisme dans le football européen. Finie la limitation du nombre de joueurs étrangers dans les championnats, la décision européenne ouvre la voie à une bulle spéculative autour de transferts internationaux, toujours plus chers et toujours plus nombreux. Ce néolibéralisme appliqué au football concentre les meilleurs joueurs dans une poignée de clubs les plus riches, au détriment de la grande majorité des autres.

En attendant leur rêve de carrière européenne, David Garcia est allé voir comment les footballeurs ivoiriens essaient de survivre, et s’organisent contre l’exploitation.

Un entretien de Jonathan Duong avec David Garcia, journaliste.

Programmation musicale :
- Gadji Celi : Attention Mimo arrive

Merci à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • En ce Repaire de Là-bas si j’y suis, mercredi 12 décembre, au Chapelier Toqué, nous aurons le plaisir de réfléchir et échanger sur le « Giletjaunisme » et la notion de peuple, sans oublier les actus diverses. A mercredi !

Dernières publis

Une sélection :

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Un entretien de Daniel Mermet avec Laurence De Cock et Gérard Noiriel Gérard Noiriel : une histoire populaire de la France AbonnésVoir

Le

Rares, très rares sont les intellectuels qui mettent le savoir non pas au service du pouvoir, mais au service du contre-pouvoir. L’historien Gérard Noiriel fait partie de ce courant-là, de ceux qui partagent les armes et les clés pour l’émancipation de tous. Depuis des années, avec notre film sur Howard ZINN, Une Histoire populaire américaine, on nous demande si un tel livre d’histoire existe sur la France. Et bien le voilà !

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?