FIDEL CASTRO, BIOGRAPHIE À DEUX VOIX. Ignacio Ramonet (avril 2007)

Le dernier souffle de Fidel rallume les braises d’une passion nommée Cuba

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Libérateur ou dictateur ? La mort du « Commandante » déclenche un énorme flot de commentaires identiques sur cet inoxydable révolutionnaire pittoresque, rusé, tyrannique et décrépi, et qui apporte une fois de plus la preuve qu’un autre monde est impossible. Les médias ont une certitude : cette page est tournée.

Heureusement aujourd’hui, nous avons le choix entre l’ultra-libéralisme de droite et la droite ultra-libérale. Pour ceux qui auraient quelques doutes, voici un entretien avec Ignacio RAMONET en 2007, lors de la publication de son livre d’entretien avec Fidel Castro, Biographie à deux voix.

Un entretien de Daniel MERMET avec Ignacio RAMONET (avril 2007) :

CUBA SI YANKEE NO ! (avril 2007)

Le drapeau cubain flottait sur Paris le 31 janvier dernier, lors de la visite officielle de Raúl CASTRO. Cuba sortait de l’isolement et de l’asphyxie après cinquante ans de blocus imposé par les États-Unis. Cette « normalisation » ne doit pas faire oublier les acquis et le grand souffle politique et lyrique de l’épopée révolutionnaire cubaine, dont Fidel CASTRO reste l’emblème. Bien peu d’hommes et bien peu de peuples ont suscité autant de passions.

Qui se souvient des graffitis sur les murs de Paris au début des années 1960, « CUBA SI YANKEE NO » ? La révolution cubaine soulevait un espoir immense qui allait changer le monde, à commencer par l’Amérique latine toute entière. Malgré la puissance et l’acharnement de la contre-révolution dirigée et financée par les États-Unis, Cuba a résisté et a tenu tête.

« Nous avons, et nous aurons le socialisme. »

Cuba Sì !, un film de Chris Marker (1961)

À voir et à revoir : CUBA SI, de Chris MARKER (1961)

« Ce film tente de communiquer, sinon l’expérience, du moins le frémissement, le rythme d’une révolution qui sera peut-être tenue un jour pour le “moment décisif” de tout un pan de l’histoire contemporaine », écrivit lui-même Chris Marker.

À l’aide d’extraits d’actualités, d’interviews (en particulier de Fidel Castro), d’images en prises de vue directes, Chris Marker donnait une vision très personnelle — et non dénuée d’humour — de la réalité cubaine en 1961.

« Son film, a écrit Guy Allombert, est un passionnant (et passionné) reportage, intelligent, et d’une rare lucidité. Il donne à réfléchir plus qu’il n’essaye de démontrer, il tente de nous rendre sensible une réalité humaine qui a fixé et fixe encore l’attention du monde. »

Le film a été interdit à sa sortie en France en 1961 par Louis Terrenoire, ministre de l’information, « en raison des risques que ce genre de production comporte pour l’ordre public » .

Le 17 avril 1961, les États-Unis, sous la présidence de Kennedy, lancèrent des raids aériens sur Cuba accompagnés d’un débarquement de 1 500 mercenaires sur la baie des Cochons. Cette tentative d’invasion militaire préparée par la CIA fut mise en échec en moins de 72 heures par la résistance cubaine.


Programmation musicale :
- Quinteto Rebelde : Yayabo Rebelde
- Carlos Puebla : Y en eso llegó Fidel (album Chants de la révolution : Cuba si, Yankees no, vol. 4)

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Yann CHOUQUET et Jérôme CHELIUS

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

LE CRIME EST PRESQUE PARFAIT. Entretien avec Fabrice NICOLINO PESTICIDES ? PAS DE SOUCI ! AbonnésVoir

Le

Depuis longtemps, Fabrice NICOLINO dénonce l’usage des pesticides dans l’agriculture industrielle, « cette industrie qui assassine tout ce qui est vivant ». Cette fois, il enquête sur les SDHI (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase) qui s’attaquent au système respiratoire de tout ce qui est vivant et entraînent des maladies neurologiques et des cancers. Des scientifiques ont alerté dès 2017, mais le lobby des pesticides est installé en profondeur dans l’appareil d’État frrançais. Dormez, braves gens…

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mobilisation des Ehpad. Un reportage de Sophie Simonot Tu verras, à l’Ehpad, tu seras bien ! AbonnésÉcouter

Le

La mobilisation exemplaire du personnel de l’Ehpad des Opalines, dans le Jura, qui a mené cet été une grève de 117 jours contre leur direction, a mis au centre des débats la question de la prise en charge des personnes âgées en France. Le 30 janvier, c’était journée d’action nationale : rassemblements, actions et manifestations se tenaient partout en France. Une journée très fortement suivie, aussi bien par le personnel des Ehpad que par celui des services d’aides à domicile.