FIDEL CASTRO, BIOGRAPHIE À DEUX VOIX. Ignacio Ramonet (avril 2007)

Le dernier souffle de Fidel rallume les braises d’une passion nommée Cuba

Le

Cet article vous est offert, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Libérateur ou dictateur ? La mort du « Commandante » déclenche un énorme flot de commentaires identiques sur cet inoxydable révolutionnaire pittoresque, rusé, tyrannique et décrépi, et qui apporte une fois de plus la preuve qu’un autre monde est impossible. Les médias ont une certitude : cette page est tournée.

Heureusement aujourd’hui, nous avons le choix entre l’ultra-libéralisme de droite et la droite ultra-libérale. Pour ceux qui auraient quelques doutes, voici un entretien avec Ignacio RAMONET en 2007, lors de la publication de son livre d’entretien avec Fidel Castro, Biographie à deux voix.

Un entretien de Daniel MERMET avec Ignacio RAMONET (avril 2007) :

CUBA SI YANKEE NO ! (avril 2007)

Le drapeau cubain flottait sur Paris le 31 janvier dernier, lors de la visite officielle de Raúl CASTRO. Cuba sortait de l’isolement et de l’asphyxie après cinquante ans de blocus imposé par les États-Unis. Cette « normalisation » ne doit pas faire oublier les acquis et le grand souffle politique et lyrique de l’épopée révolutionnaire cubaine, dont Fidel CASTRO reste l’emblème. Bien peu d’hommes et bien peu de peuples ont suscité autant de passions.

Qui se souvient des graffitis sur les murs de Paris au début des années 1960, « CUBA SI YANKEE NO » ? La révolution cubaine soulevait un espoir immense qui allait changer le monde, à commencer par l’Amérique latine toute entière. Malgré la puissance et l’acharnement de la contre-révolution dirigée et financée par les États-Unis, Cuba a résisté et a tenu tête.

« Nous avons, et nous aurons le socialisme. »
Cuba Sì !, un film de Chris Marker (1961)

À voir et à revoir : CUBA SI, de Chris MARKER (1961)

« Ce film tente de communiquer, sinon l’expérience, du moins le frémissement, le rythme d’une révolution qui sera peut-être tenue un jour pour le “moment décisif” de tout un pan de l’histoire contemporaine », écrivit lui-même Chris Marker.

À l’aide d’extraits d’actualités, d’interviews (en particulier de Fidel Castro), d’images en prises de vue directes, Chris Marker donnait une vision très personnelle — et non dénuée d’humour — de la réalité cubaine en 1961.

« Son film, a écrit Guy Allombert, est un passionnant (et passionné) reportage, intelligent, et d’une rare lucidité. Il donne à réfléchir plus qu’il n’essaye de démontrer, il tente de nous rendre sensible une réalité humaine qui a fixé et fixe encore l’attention du monde. »

Le film a été interdit à sa sortie en France en 1961 par Louis Terrenoire, ministre de l’information, « en raison des risques que ce genre de production comporte pour l’ordre public » .

Le 17 avril 1961, les États-Unis, sous la présidence de Kennedy, lancèrent des raids aériens sur Cuba accompagnés d’un débarquement de 1 500 mercenaires sur la baie des Cochons. Cette tentative d’invasion militaire préparée par la CIA fut mise en échec en moins de 72 heures par la résistance cubaine.


Programmation musicale :
- Quinteto Rebelde : Yayabo Rebelde
- Carlos Puebla : Y en eso llegó Fidel (album Chants de la révolution : Cuba si, Yankees no, vol. 4)

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Yann CHOUQUET et Jérôme CHELIUS

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DÉLIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous vendredi 23 Février au café repaire de Neuvy, pour une discussion autour de la question : "les animaux ont-ils des droits ?". Entrée libre et gratuite à partir de 18h30 au restaurant Le Gout des autres !

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

Dernières publis

Une sélection :

Un cours d’Autodéfense intellectuelle pour l’été Apprenez la langue de l’adversaire avec Olivier BESANCENOT AbonnésVoir

Le

Ne dites pas « cotisations sociales », dites « charges sociales », ne dites pas « vagues de licenciement », dites « plan de sauvegarde de l’emploi », ne dites pas « guichetier », dites « chargé de clientèle ». On connaît quelques-unes de ces entourloupes langagières, mais on ne mesure pas assez comment cette perversion du langage contamine les esprits et nous fait avaler l’idéologie dominante à notre insu. Contre cette violence verbale, Olivier Besancenot publie un Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique.

[Extrait VIDÉO 08’58 + entretien RADIO 59’30]

Humanité et fermeté sont les deux mamelles de la France AbonnésVoir

Le

« C’est un projet de loi totalement équilibré. » Voilà comment le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb défend son projet de loi « Asile et immigration ». Pourtant, une trentaine d’associations ont déjà dénoncé une circulaire que le ministre de l’Intérieur souhaite maintenir : ce texte, signé par les ministres Gérard Collomb et Jacques Mézard, demande aux fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de vérifier la situation administrative des immigrés dans les centres d’hébergement d’urgence.

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

Travailler beaucoup moins, beaucoup mieux. SANS EMPLOI (Raphaël Liogier) Revenu universel ? Le POUR AbonnésÉcouter

Le

Vous hésitez entre Macron le révolutionnaire et Valls le révolté ? Voici un peu d’air frais pour vous sortir de ce captivant dilemme, un air de retour du droit à la paresse. Car, oui, nous en faisons de plus en plus en en faisant de moins en moins. C’est une constante dans l’histoire, de l’invention de la roue jusqu’à la révolution numérique, nous avons cherché à nous libérer de la torture du travail.

Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, nous produisons suffisamment de richesses pour satisfaire tous les besoins humains. Une excellente nouvelle, non ?