Entretien avec Antoine PEILLON, auteur de « CŒUR de BOXEUR »

DETTINGER, LE BOXEUR DES GILETS JAUNES Abonnés

1

Le

En quelques secondes, il est devenu pour toujours l’emblème de la lutte des « gilets jaunes ». La « lutte » oui, littéralement, de face, à coups de poing contre des policiers, casqués, armés, blindés, effarés.

Les images ont fait des millions de vue dans le monde, le boxeur Christophe Dettinger est devenu un héros d’autant plus populaire que le pouvoir l’a traité avec une violence aussi hargneuse que méprisante. Une « attaque aussi lâche qu’intolérable » pour le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner [1]. Emmanuel Macron, lui, a préféré l’injure raciale : « le type, il n’a pas les mots d’un Gitan. Il n’a pas les mots d’un boxeur gitan [2]. »

Certains médias, emboîtant le pas à France Inter, ont même accusé - sans fondement – Christophe Dettinger d’avoir « utilisé des gants coqués, lestés de plomb », sous-entendant que son geste avait été prémédité [3]. France 2 a repris la fausse information en citant une « source policière ». Et des représentants d’organisations policières la relaient, comme le secrétaire général adjoint du syndicat des cadres de la sécurité intérieure, et la secrétaire nationale de SGP Police. La rubrique CheckNews de Libération rappelle pourtant « qu’au moment où les journalistes de France 2 et de France Inter communiquent, le 7 janvier, les gants ont été retrouvés (ils l’ont donc été la veille), et les enquêteurs savent donc qu’il ne s’agit que de gants ordinaires [4]. » France 2 et France Inter n’ont publié aucun rectificatif.

Mais les médias ne se sont pas contentés de ces approximations destinées à salir : dès le lendemain de son interpellation, une cagnotte sensée payer les frais de justice de Christophe Dettinger a été dénoncée, puis fermée par l’opérateur Leetchi (Crédit Agricole) à la demande notamment de Marlène Schiappa et d’autres politiques. Les donateurs lésés ont déposé plainte pour abus de confiance, et le parquet de Paris a ouvert une enquête le 9 mai dernier [5]. Aujourd’hui, ces donateurs sont convoqués un à un pour répondre à des questions du type : « Pour quelles raisons avez-vous souscrit un don à cette cagnotte ? »...

La brutalité de la répression générale marque un virage très net vers un libéralisme autoritaire. C’est ce que décrit Antoine PEILLON avec CŒUR de BOXEUR. Un boxeur qui est devenu la figure d’un profond soulèvement social qui n’en a pas fini de dérouter et d’effrayer les élites, les experts et les stratèges politiques, mais qui a déjà le mérite infini de nous avoir fait vivre ces instants si rares où la peur change de camp. Des instants que le bon peuple n’oublie pas plus qu’un premier baiser dans un ascenseur. Un commencement, une promesse. C’est beaucoup.

Un entretien de Daniel Mermet avec Antoine Peillon, journaliste à La Croix, auteur du livre Cœur de boxeur. Le vrai combat de Christophe Dettinger (Les Liens Qui Libèrent, 2019).

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.