PARTIE 3 : Sébastien Gillard

La gauche wallonne se porte bien

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
03. Sébastien Gillard : la gauche wallonne se porte bien

Dernière partie de notre rencontre avec l’équipe du Monde diplomatique du mois de novembre, avec Sébastien Gillard : « la Wallonnie "contaminée" par la gauche radicale ».

« Créé en 1979, d’inspiration marxiste-léniniste, le Parti du travail de Belgique — une formation unitaire, présente en Wallonie et en Flandre, où elle porte le nom de Partij van de Arbeid van België — est longtemps resté confiné à des scores confidentiels lors des scrutins nationaux. Mais les élections législatives de mai 2014 ont changé la donne. Trois ans plus tard, une série de sondages lui promet un avenir encore plus radieux. »

Un entretien de Jonathan Duong avec Sébastien Gillard, journaliste.

pages 10 et 11 du Monde Diplo : « La Wallonnie "contaminée" par la gauche radicale », un article de Sébastien Gillard


Programmation musicale :
- Paul Banka : Vive la Wallonie

Merci à Sébastien Gillard.

Merci aussi à Anne Callait-Chavanel du Monde Diplomatique.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.