Entretien avec François CUSSET

La droitisation du monde Abonnés

1

Le

Pour s’en sortir, les dominés ne vont pas toujours naturellement vers la gauche, surtout quand la gauche est à droite. Il arrive qu’ils préfèrent essayer un tour sur le manège de la droite grande gueule, surtout quand cette droite se déguise en gauche. En politique, brouiller les repères est une vieille coutume. Ainsi TRUMP l’a emporté mais il n’est pas seul, des Philippines à l’Autriche, de la Hongrie à la France de Marine le Pen, c’est un mouvement profond. En se bouchant le nez et en faisant des épouvantails diaboliques, la bourgeoisie culturelle les a rendus séduisants pour des peuples désemparés et humiliés depuis trop longtemps par cette même bourgeoisie culturelle.


La couverture préparée par le magazine Newsweek en cas de victoire d’Hillary CLINTON

Tout sauf Wall Street et les faucons néo-cons. Tout sauf ce capitalisme déchaîné et cette galère et cette peur de la galère, tout sauf le mépris des élites politiques et médiatiques. Voilà ce qui avait d’abord fait surgir Bernie SANDERS, le « socialiste » et des millions d’Américains enthousiastes avec lui. Sauf que le camp démocrate a préféré Hillary CLINTON, la dame de Wall Street et des faucons neo cons

On connaît le résultat : TRUMP, résultat de quarante années de capitalisme déchaîné.

Quels sont les contre-feux possibles ? Des contre-courants existent, des mouvements trop inaperçus, trop dispersés, mais il n’y a pas rien. Voici un entretien avec François CUSSET enregistré « avant », mais qui n’en est pas moins éclairant et stimulant.

François CUSSET, professeur d’études américaines à l’université Paris X-Nanterre, publie aux éditions Textuel La Droitisation du monde.

Un entretien de Daniel MERMET avec François CUSSET.

Entretien avec François CUSSET : la droitisation du monde [EXTRAIT]

Les différentes séquences de l’émission :

01. L’alliance des néo-libéraux et des conservateurs

Merci à François CUSSET.

Programmation musicale :
- ELECRACK : Gauche, droite
- BIMBAMSLAM : Et bim à droite et bam à gauche

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journaliste : Daniel MERMET
réalisation : Khoï NGUYEN
montage : Grégory SALOMONOVITCH
vidéo : Jonathan DUONG, Jeanne LORRAIN et Cécile FREY

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]