VERS LES MATINS QUI CHANTENT AU BOUT DE LA NUIT DEBOUT

L’INTELLO ET L’OUVRIER. Débat Frédéric LORDON et Jean-Pierre MERCIER

Le

Cet article vous est offert en accès libre, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

L'intello et l'ouvrier. Débat Frédéric LORDON et Jean-Pierre MERCIER
par Là-bas si j'y suis

L’Intello et l’Ouvrier, deux mondes, deux défiances, deux ignorances, parfois deux rejets par où passent à la fois déférence et mépris. Avec le mouvement NUIT DEBOUT reviennent les images de Jean-Paul SARTRE en 1968 devant les ouvriers de Billancourt, ou la figure de Pierre BOURDIEU en 1995 avec les cheminots.

Et cette fois pour les NUITDEBOUTISTES, c’est LORDON qui s’y colle : « NOUS NE REVENDIQUONS RIEN. » Lancée à la foule au départ du mouvement, la formule de LORDON n’a pas manqué de choquer un militant ouvrier comme Jean-Pierre MERCIER, délégué syndical CGT engagé corps et âme dans la lutte contre PSA et que montre admirablement le film COMME DES LIONS.

Nous avons proposé à Frédéric LORDON et à Jean-Pierre MERCIER de venir débattre. À l’heure où, selon un tout récent sondage (modérément diffusé), 69% des Français estiment que la lutte des classes est une réalité, tandis que 59% jugent qu’elle les concerne, ce genre de débat est nécessaire. Le néolibéralisme a été accompagné de ce que Jacques Rancière appelle « une contre révolution intellectuelle », dotée d’un très puissant appareil médiatique qui a ringardisé et criminalisé la longue lutte pour l’égalité.

En 1968, la rencontre entre le monde étudiant et les syndicats ouvriers n’a pas eu lieu. Aujourd’hui, les matins qui chanteront au bout de la nuit debout passe par la convergence entre les NUITDEBOUTISTES, les SYNDICATS OUVRIERS et les QUARTIERS POPULAIRES.


Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Jeanne LORRAIN et Jonathan DUONG

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Débat-repas avec le dessinateur de presse Jean-Denys Phillipe. Après avoir travaillé pour plusieurs journaux (dont Le Monde, Le Monde Diplomatique, la Chronique d’Amnesty International, Marianne, Révolution, Regards, Force ouvrière Hebdo et la Nouvelle Vie Ouvrière…), il publie actuellement ses (...)

    Saint-Lô

  • La classe minoritaire nuisible, celle qui a voté par adhésion à Macron, avec sa philosophie d’open space va-t-elle nous permettre de sortir de notre conditionnement quotidien ?

    Nice

  • Un cycle de NEUF conférences, rencontres, projections, lectures avec Alain Badiou ! Organisée par l’Université populaire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile et le Repaire d’Aubagne, cette immense tournée va emmener Alain Badiou, du 24 novembre au 2 décembre, de Marseille à Aubagne en passant par (...)

    Aubagne

  • Le Bar d’à Côté - 33 rue Porte Carrée 35140 Saint-Aubin-du-Cormier - vous propose une rencontre avec le café Repaire de Liffré qui convie à des soirées thématiques tous les deuxièmes mercredi du mois, dans le café-brasserie L’Entre-temps. Ses animateurs nous présenteront son histoire, les thèmes débattus, (...)

    Liffré

  • Exceptionnellement, le café repaire de Neuvy n’aura pas lieu le dernier vendredi du mois de novembre, mais le vendredi 8 décembre à 18h30. Le thème tournera autour des enjeux de la monnaie locale, en présence de trois membres du collectif « Le Soudicy », Sylvie Mazard, Agnès Dollet et Michel (...)

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

Dernières publis

Une sélection :

Un reportage de Dillah Teibi Charles Piaget : c’est possible ! AbonnésÉcouter

Le

Avant Macron et son monde, notre premier adversaire, c’est notre propre résignation. Un formidable appareil idéologique nous a persuadés que rien d’autre n’est possible et que nous n’y pouvons rien ou presque, tout juste nous en remettre à un homme qui va s’opposer en notre nom. Pourtant, notre histoire est pleine de luttes superbes, solidaires, ardentes, têtues et sans lesquelles l’avidité imbécile des patrons de Macron aurait fait de ce monde un petit tas de poussière. Il y a bientôt un demi-siècle, les murs disaient « l’imagination au pouvoir ». Une lutte formidable allait donner de la vie à ces mots. LIP.

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »

LES RAVAGES DES OURAGANS MONTRENT L’URGENCE D’AGIR (débat) Climat : pour une rupture radicale ! AbonnésÉcouter

Le

Quel lien entre les ouragans et le réchauffement ? La question passe après émotions et séquences sensations. Pourtant, il y a urgence, on compte déjà 25 millions de réfugiés climatiques, le réchauffement entraîne des désertifications qui entraînent des déplacements de population qui entraînent des conflits armés. Pour nous éclairer : Clémence DUBOIS (350.org) et François GEMENNE, chercheur en géopolitique de l’environnement.

Chère, très chère évasion fiscale AbonnésÉcouter

Le , par jean-michel dumay

« Pour parler franchement, votre argent m'intéresse » (BNP, 1973) L’évasion fiscale représente un manque à gagner pour la France de 50 à 70 milliards d’euros par an. À peu près autant que ce que rapporte l’impôt sur les revenus des particuliers. Vertigineux !

Reportage auprès des « faucheurs de chaises », qui ont saisi l’occasion du procès Cahuzac, finalement reporté, pour le rappeler. Et retour sur la nuit où le député PS frondeur Pascal Cherki eut le sentiment, en décembre, d’être « pris pour un con » par « son » gouvernement.

Un reportage de Jean-Michel DUMAY.