Nos mythologies économiques : rencontre avec Éloi LAURENT

L’imposture des économistes Abonnés

1

Le

François LENGLET
Éloi LAURENT n’est pas un révolutionnaire, non, disons plutôt un keynésien favorable à l’État Providence, un peu l’équivalent d’un Joseph Stiglitz ou d’un Paul Krugman, des économistes presque « mainstream » aux États-Unis. Mais c’est encore trop, beaucoup trop, pour France Inter. Par contraste, ce genre de voix tranche radicalement avec le ronron néo-libéral de la matinale de France Inter, le même ronron depuis 30 ans, hier Jean-Marc Sylvestre, aujourd’hui Dominique Seux, rédacteur en chef aux Échos (propriété de Bernard Arnault), qui continue de prêcher pour un néo-libéralisme en phase terminale comme ce petit bonhomme qui a dépassé le bord de la falaise mais qui continue de courir au-dessus du vide. Jusqu’à quand ?
Une bonne occasion pour écouter Éloi LAURENT que nous avons reçu début mars avec son livre, juste 100 pages pour démolir ces « MYTHOLOGIES ÉCONOMIQUES » qui dominent depuis une trentaine d’années. Dans le monde politique comme dans les médias, « l’économiste expert » délivre sa sentence indiscutable basée sur une pseudo science, mais qui fait autorité au détriment de l’action politique. Pour Éloi LAURENT, l’économie est une mythologie qui désenchante le monde : elle pollue le débat public de ses fausses certitudes et empoisonne l’esprit démocratique. Nos mythologies économiques sont des mystifications politiques.

L’imposture des économistes (extrait)

Éloi LAURENT, économiste, chercheur à l’Observatoire Français des Conjonctures Économiques (OFCE), vient de publier Nos Mythologies économiques, aux éditions Les Liens Qui Libèrent.

Un entretien de Daniel MERMET.


Le clip de Fear the Boom and Bust : a Hayek vs. Keynes Rap Anthem (Craignez l’essor et la chute : une battle rap Yayek vs. Keynes), de John Papola et Russ Roberts, diffusé par econstories.tv :

Les différentes séquences de l’émission :

01. Schizophrènes hétérodoxes contre orthodoxes paranoïaques [07’07]

02. Néolibéralisme, social-xénophobie & écolo-scepticisme [05’53]

03. Impuissance de l’État ? [09’18]

04. Les mythes évacuent le réel [09’44]

05. Le bel avenir de l’État Providence [05’44]


Merci à Éloi LAURENT.

Programmation musicale :
- Thierry Stremler : Économie
- John Papola et Russ Roberts : Fear the Boom and Bust : a Hayek vs. Keynes Rap Anthem

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Florian LOPEZ et Jérôme CHELIUS
montage : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

- Nos Mythologies économiques, un livre d’Éloi LAURENT (106 pages, 2016, éditions Les Liens Qui Libèrent)

Sur notre site

À voir

Dans les livres

  • Nouvelles mythologies économiques

    « Loi travail », impératifs de « flexibilité » et de « compétitivité », « règles européennes aux quelles il faut se conformer », « adaptation de notre modèle social », « transition énergétique ruineuse ». Dans ce petit livre, Eloi Laurent, économiste critique, enseignant à Sciences-Po et à Stanford démolit une quinzaine de mythologies économiques que le pouvoir donne pour des vérités scientifiques mais qui ne sont en fait que les préjugés idéologiques.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.