L’Huma si j’y suis, avec Véronique Decker et le collectif Bloquons Blanquer

ÉCOLE PUBLIQUE : LA LUTTE DES CLASSES COMMENCE EN CLASSE Abonnés

1

Le

Daniel Mermet, Mickaël Rouyar et Véronique Decker sur le stand de Là-bas si j’y suis à la Fête de l’Humanité

Pour les uns, les inégalités sont inévitables et même nécessaires, pour les autres, au contraire, la civilisation c’est l’ émancipation de tous, c’est l’épanouissement de chacun. Cet affrontement est ancien, ces deux camps sont en lutte depuis longtemps. Cette lutte des classes commence en classe, c’est là que les inégalités s’installent et se reproduisent. Mais c’est une ligne de front. Enseignants, parents, élèves, ne sont pas inertes et résignés. Un bel exemple, Véronique Decker, notre invitée. Enseignante depuis 36 ans à Bobigny dans le 93. Institutrice puis directrice, elle n’a jamais baissé les bras entre luttes, galères et grands bonheurs. Lucide et encourageante, ce qu’il nous faut pour repartir du pied gauche.

Que faire pour l’école publique ? Que faire face aux assauts du privé, que faire face aux réformes Blanquer ? Une émission de Daniel Mermet en direct de la fête de l’Humanité avec Véronique Decker et le collectif Bloquons Blanquer :

[L’HUMA SI J’Y SUIS] ÉCOLE PUBLIQUE : LA LUTTE DES CLASSES COMMENCE EN CLASSE [EXTRAIT]

Une émission de Daniel Mermet enregistrée en direct en public à la fête de l’Humanité avec :

- Véronique Decker, ancienne directrice d’école à Bobigny, et enseignante en pédagogie Freinet
- Sylvain Labois, professeur de français et d’histoire-géographie en lycée professionnel (Paris), militant de la CGT Éduc’Action, membre du collectif Bloquons Blanquer !
- Mickaël Rouyar, professeur de sciences économiques et sociales en lycée général à Noisy-le-Sec, membre du SNES (Syndicat National des Enseignants du second degré), membre du collectif Bloquons Blanquer !


UN FRAGMENT DE L’OBSTINATION DU MONDE

Le président est content, le ministre est content, la rentrée scolaire s’est bien passée, rien à signaler. Juste une grève par-ci par là, quelques profs en guerre contre Blanquer et ParcourSup, mais le président est content, le ministre est content. Collèges surpeuplés, moyens insuffisants, salaires au rabais, formation sommaire, crise du recrutement, tout le monde le sait. On déplore mais que voulez-vous.

Le système éducatif français est un des plus inégalitaire, toutes les enquêtes internationales le soulignent depuis des années. Un scandale qui n’émeut guère nos experts et nos médias. On est les champions, pas seulement en foot mais aussi pour les inégalités scolaires. La France, cinquième puissance économique au monde est classée en 26e position sur les 35 pays de l’OCDE. C’est ce que confirme le PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis) et aussi le CNESCO, (Conseil National d’Évaluation du Système Scolaire). Voila qui fait le bonheur du secteur privé qui se développe, sous contrat ou hors contrat à la conquête de ce gâteau crémeux. Rien de neuf, la situation est connue depuis des années.

Dans les années 60, Pierre Bourdieu a montré comment l’école n’abolit nullement les inégalités sociales mais au contraire les reproduit à travers une culture propre aux classes dominantes. Aujourd’hui l’école ne reproduit plus seulement les inégalités, elle les accentue.

En France, l’école est la fabrique d’une ségrégation à la fois territoriale, sociale et raciale. Le système de plus en plus élitiste impose de fortes inégalités de moyens et de compétences selon les territoires. En dépit de l’engagement des enseignants, les inégalités sociales et culturelles demeurent et sont souvent perçues comme raciales. Les élèves des milieux populaires qui portent le stigmate "défavorisés" sont souvent issus de familles d’origine maghrébine ou subsaharienne. Il n’est pas abusif de parler d’un racisme d’État.

Si le sujet ne choque pas excessivement la classe moyenne, notamment « de gauche » c’est que cette classe a su contourner la carte scolaire pour inscrire ses précieux bambins dans de bonnes écoles, voire souvent dans des établissements privés. Si ce milieu s’insurge face à la puissance néfaste des médias dans la fabrication de l’opinion, il s’indigne moins devant cette énorme machine à broyer et ne soutient pas trop ceux qui résistent à mains nues, élèves, parents et enseignants.

Mais vous pensez déjà ,quoi d’étonnant à tout cela ? L’inégalité est le caractère même du néo-libéralisme dominant. Acceptée comme naturelle ou revendiquée comme moteur économique et sociale, l’inégalité s’est imposée partout. Le problème c’est que dans beaucoup de pays comparables au notre, tout aussi capitalistes que le notre, l’enseignement public fonctionne infiniment mieux. L’exemple de la Finlande est souvent cité (voir notre archive de 2013 avec le diplo ci-dessous), d’autre pays également, mais les responsables français ne semblent pas trop pressés de changer les choses pas plus que l’opinion générale. À la mission émancipatrice des peuples on préfère la fabrication d’une petite élite dominante, une machine à trier plutôt qu’à éduquer. Ce crime symbolique contre notre humanité continue sans bruit.

On est bien loin des années 70 où l’on dénonçait un enseignement fait pour fabriquer des travailleurs adaptables, des employables, au lieu de faire pousser des esprits critiques. « Critiques et donc politiques » ajoute Franck Lepage. On en est loin. La terreur sourde du chômage et de la précarité depuis les années 80 a imposé la course au résultat et au diplôme, chacun pour soi, sauve qui peut et peu importe le sens du contenu.

Rendant hommage à Bertrand Russell lors d’une conférence à Cambridge, Noam Chomsky saluait celui « qui considère l’enfant à la manière dont le jardinier considère un jeune arbre, comme un être doté d’une nature propre, qui pourra s’épanouir pleinement si on lui donne la terre, l’air et la lumière dont il a besoin (…) Aussi l’éducation doit-elle être animée par l’esprit de respect, face à ce que l’homme a de sacré, d’indéfinissable, d’illimité, d’individuel et d’étrangement précieux : un principe vital, un fragment de l’obstination du monde ».

Mais la rentrée s’est bien passée, le président est content et le ministre aussi.

Daniel Mermet
(actualisation d’un texte de septembre 2018)

En Finlande, la quête d’une école égalitaire

Et puisque cette émission a été évoquée au cours de l’enregistrement à la fête de l’Humanité, nous vous proposons également de réécouter cet entretien de janvier 2013 avec Philippe Descamps du Monde Diplomatique autour de son papier : "En Finlande, la quête d’une école égalitaire" :

[RADIO] En Finlande, la quête d’une école égalitaire (14 janvier 2013)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.