Julian Assange arrêté !

FRANCE : ASILE POLITIQUE POUR JULIAN ASSANGE ! (Entretien avec Juan Branco)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Julian Assange a été arrêté jeudi 11 avril par la police britannique dans l’ambassade d’Equateur, où il se réfugiait depuis près de 7 ans. L’Equateur a mis fin au statut de demandeur d’asile dont bénéficiait le lanceur d’alerte, fondateur du site Wikileaks, prétextant « [des] violations répétées des conventions internationales ».

Depuis l’arrivée au pouvoir en Equateur de Lenin Moreno en mai 2017, la menace planait sur Julian Assange. Le nouveau président de l’Equateur, beaucoup plus favorable aux intérêts américains, s’est en effet donné pour mission de faire tout le contraire de son prédécesseur, le socialiste Rafael Correa. Y compris donc, revenir sur la protection accordée à Julian Assange depuis 2012.

Le 21 janvier 2019 au Lieu-Dit, Juan Branco, ancien conseiller juridique de Wikileaks, nous donnait des nouvelles de Julian Assange. Une séquence à voir et à revoir, 7 minutes pour comprendre en quoi cette arrestation est grave et inacceptable.

Juan BRANCO sur Julian ASSANGE (21 janvier 2019)
par Là-bas si j'y suis

La suite pour Julian Assange ? L’hypothèse la plus pessimiste envisage une extradition vers les États-Unis, où Julian Assange risque de graves poursuites au nom de l’Espionage Act. Le président équatorien a lui affirmé : « J’ai demandé à la Grande-Bretagne la garantie que M. Assange ne serait pas extradé vers un pays où il pourrait être torturé ou condamné à mort. »

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Voici la vidéo de l’arrestation de Julian Assange, sorti manu militari de l’ambassade d’Equateur par la police britannique.

- Pour Julian Assange, un texte de Serge Halimi, Le Monde Diplomatique, décembre 2018

Sur notre site

À voir

  • Numéro spécial pour l’AN 04 de LÀ-BAS, en public au LIEU-DIT le 21 janvier. « Ah, pour une belle fête, c’était une belle fête… »

    Émission spéciale : ceux qui arment les esprits ! Abonnés

    Voir
    « CEUX QUI ARMENT LES ESPRITS » : voilà le danger, voilà ceux qu’il faut condamner, selon AURORE BERGÉ, porte-parole de La République en Marche, qui vient de dénoncer JUAN BRANCO auprès du procureur de la République, suite à notre émission du (...)

À lire

  • Parlons de Julian Assange Abonnés

    Lire
    Le vendredi 16 novembre 2018, un document judiciaire daté du mois d’août, jusque-là tenu secret, a été révélé par des procureurs américains, par erreur semble-t-il. Ce document signifie l’inculpation de Julian Assange aux États-Unis, pour (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

Dernières publis

Une sélection :

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Avec Gérard Filoche Macron fait payer les mesures « gilets jaunes » par la Sécu ! AbonnésÉcouter

Le

Vous vous souvenez des quelques mesures « lâchées » par Emmanuel Macron, début décembre 2018, pour tenter de calmer les « gilets jaunes » ? Hausse de la prime d’activité, exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires, baisse de la contribution sociale généralisée (CSG) sur les retraites inférieures à 2 000 euros… Ce mardi 20 octobre, presque un an après, l’Assemblée nationale va voter le budget 2020 de la Sécurité sociale. Et que découvre-t-on, à l’article 3 du budget ? C’est la Sécu qui va payer les mesures « gilets jaunes » !

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.