UNE HISTOIRE DE FOU, le nouveau film de Robert GUÉDIGUIAN

J’ai tué un homme mais je ne suis pas un assassin

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Soghomon Tehlirian avait 21 ans lorsque le 15 mars 1921, à Berlin, en pleine rue, il sort un revolver et tue un homme. C’est Talaat Pacha, le principal instigateur du génocide arménien de 1915, celui qui avait ordonné de « tuer tous les hommes, toutes les femmes et enfants arméniens, sans condition ». Le jeune tueur est aussitôt arrêté et jugé. À la stupéfaction générale il est acquitté. On avancera l’hypothèse que le tribunal a pris en compte l’état mental supposé du jeune homme. Un fou dans UNE HISTOIRE DE FOU, le nouveau film de Robert Guédiguian.

Folie des bourreaux, folie des victimes, folie des survivants dont la souffrance un siècle après n’est toujours pas reconnue par les descendants des bourreaux. Comment faire justice ? Comment arracher à l’oubli et au déni, la mémoire des massacrés ? C’est alors le recours et le retour à la lutte armée.

Dans les années 1970, l’ASALA (Armée Secrète Arménienne de Libération de l’Arménie), issue de la diaspora notamment française, commet une centaine d’attentats et exécute une quarantaine de diplomates à travers le monde. Aram sera l’un de ces jeunes arméniens révoltés. Ses grands-parents ont subi le génocide de 1915. Pour lui, la génération de ses parents a renonçé, a fait faillite. Mais mourir pour des idées, c’est aussi tuer pour des idées. C’est aussi prendre le risque de frapper des innocents. Le superbe film de Robert Guédiguian pose des questions brûlantes sur la violence en politique qui peut être un piège qui se referme sur le repli identitaire, mais aussi un moyen de libération et de justice.

Un entretien d’Anaëlle VERZAUX à la Fête de l’Humanité, le 12 septembre dernier, avec Ariane ASCARIDE et Robert GUÉDIGUIAN, autour de son film Une Histoire de fou.

Sortie au cinéma : le 11 novembre.

J’ai tué un homme mais je ne suis pas un assassin
Une Histoire de fou, un film de Robert Guédiguian (Agat Films, 2h14)

Avec : Simon ABKARIAN, Ariane ASCARIDE, Grégoire LEPRINCE-RINGUET, Syrus SHAHIDI, Razane JAMMAL, Robinson STÉVENIN, Siro FAZILIAN, Amir EL KACEM, Rania MELLOULI, Hrayr KALEMKERIAN, Rodney HADDAD, Lola NAYMARK, Serge AVÉDIKIAN

Réalisation : Robert GUÉDIGUIAN
Scénario : Robert GUÉDIGUIAN et Gilles TAURAND


Cette semaine, UNE HISTOIRE DE FOU sera en avant-première aux dates suivantes :

- Mardi 3 novembre au cinéma Club à Dax à 15h et à l’Atalante à Bayonne à 20h30 en présence d’Ariane Ascaride

- Jeudi 5 novembre au cinéma Hélios à Colombes à 20h en présence de l’équipe du film

- Vendredi 6 novembre au cinéma Select à Antony à 20h30 en présence d’Ariane Ascaride et au Ciné d’Issy à Issy-les-Moulineaux en présence de Robert Guédiguian

- Dimanche 8 novembre à Arras au Casino à 16h dans le cadre du Arras Film Festival en présence de l’équipe du film.

-  Lundi 9 novembre à l’UGC Ciné Cité Les Halles à 20h en présence de l’équipe du film

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Même les ex-climato-sceptiques semblent avoir compris que nous allons droit dans le mur si rien ne change. La vie sur terre est réellement menacée et à court terme. Mais que faire ? Attendre que les politiques proposent des solutions... à petits pas ? Changer individuellement certaines de nos (...)

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.