UNE HISTOIRE DE FOU, le nouveau film de Robert GUÉDIGUIAN

J’ai tué un homme mais je ne suis pas un assassin

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Soghomon Tehlirian avait 21 ans lorsque le 15 mars 1921, à Berlin, en pleine rue, il sort un revolver et tue un homme. C’est Talaat Pacha, le principal instigateur du génocide arménien de 1915, celui qui avait ordonné de « tuer tous les hommes, toutes les femmes et enfants arméniens, sans condition ». Le jeune tueur est aussitôt arrêté et jugé. À la stupéfaction générale il est acquitté. On avancera l’hypothèse que le tribunal a pris en compte l’état mental supposé du jeune homme. Un fou dans UNE HISTOIRE DE FOU, le nouveau film de Robert Guédiguian.

Folie des bourreaux, folie des victimes, folie des survivants dont la souffrance un siècle après n’est toujours pas reconnue par les descendants des bourreaux. Comment faire justice ? Comment arracher à l’oubli et au déni, la mémoire des massacrés ? C’est alors le recours et le retour à la lutte armée.

Dans les années 1970, l’ASALA (Armée Secrète Arménienne de Libération de l’Arménie), issue de la diaspora notamment française, commet une centaine d’attentats et exécute une quarantaine de diplomates à travers le monde. Aram sera l’un de ces jeunes arméniens révoltés. Ses grands-parents ont subi le génocide de 1915. Pour lui, la génération de ses parents a renonçé, a fait faillite. Mais mourir pour des idées, c’est aussi tuer pour des idées. C’est aussi prendre le risque de frapper des innocents. Le superbe film de Robert Guédiguian pose des questions brûlantes sur la violence en politique qui peut être un piège qui se referme sur le repli identitaire, mais aussi un moyen de libération et de justice.

Un entretien d’Anaëlle VERZAUX à la Fête de l’Humanité, le 12 septembre dernier, avec Ariane ASCARIDE et Robert GUÉDIGUIAN, autour de son film Une Histoire de fou.

Sortie au cinéma : le 11 novembre.

J’ai tué un homme mais je ne suis pas un assassin
Une Histoire de fou, un film de Robert Guédiguian (Agat Films, 2h14)

Avec : Simon ABKARIAN, Ariane ASCARIDE, Grégoire LEPRINCE-RINGUET, Syrus SHAHIDI, Razane JAMMAL, Robinson STÉVENIN, Siro FAZILIAN, Amir EL KACEM, Rania MELLOULI, Hrayr KALEMKERIAN, Rodney HADDAD, Lola NAYMARK, Serge AVÉDIKIAN

Réalisation : Robert GUÉDIGUIAN
Scénario : Robert GUÉDIGUIAN et Gilles TAURAND


Cette semaine, UNE HISTOIRE DE FOU sera en avant-première aux dates suivantes :

- Mardi 3 novembre au cinéma Club à Dax à 15h et à l’Atalante à Bayonne à 20h30 en présence d’Ariane Ascaride

- Jeudi 5 novembre au cinéma Hélios à Colombes à 20h en présence de l’équipe du film

- Vendredi 6 novembre au cinéma Select à Antony à 20h30 en présence d’Ariane Ascaride et au Ciné d’Issy à Issy-les-Moulineaux en présence de Robert Guédiguian

- Dimanche 8 novembre à Arras au Casino à 16h dans le cadre du Arras Film Festival en présence de l’équipe du film.

-  Lundi 9 novembre à l’UGC Ciné Cité Les Halles à 20h en présence de l’équipe du film

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.