UNE HISTOIRE DE FOU, le nouveau film de Robert GUÉDIGUIAN

J’ai tué un homme mais je ne suis pas un assassin

Le

Cet article vous est offert en accès libre, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Soghomon Tehlirian avait 21 ans lorsque le 15 mars 1921, à Berlin, en pleine rue, il sort un revolver et tue un homme. C’est Talaat Pacha, le principal instigateur du génocide arménien de 1915, celui qui avait ordonné de « tuer tous les hommes, toutes les femmes et enfants arméniens, sans condition ». Le jeune tueur est aussitôt arrêté et jugé. À la stupéfaction générale il est acquitté. On avancera l’hypothèse que le tribunal a pris en compte l’état mental supposé du jeune homme. Un fou dans UNE HISTOIRE DE FOU, le nouveau film de Robert Guédiguian.

Folie des bourreaux, folie des victimes, folie des survivants dont la souffrance un siècle après n’est toujours pas reconnue par les descendants des bourreaux. Comment faire justice ? Comment arracher à l’oubli et au déni, la mémoire des massacrés ? C’est alors le recours et le retour à la lutte armée.

Dans les années 1970, l’ASALA (Armée Secrète Arménienne de Libération de l’Arménie), issue de la diaspora notamment française, commet une centaine d’attentats et exécute une quarantaine de diplomates à travers le monde. Aram sera l’un de ces jeunes arméniens révoltés. Ses grands-parents ont subi le génocide de 1915. Pour lui, la génération de ses parents a renonçé, a fait faillite. Mais mourir pour des idées, c’est aussi tuer pour des idées. C’est aussi prendre le risque de frapper des innocents. Le superbe film de Robert Guédiguian pose des questions brûlantes sur la violence en politique qui peut être un piège qui se referme sur le repli identitaire, mais aussi un moyen de libération et de justice.

Un entretien d’Anaëlle VERZAUX à la Fête de l’Humanité, le 12 septembre dernier, avec Ariane ASCARIDE et Robert GUÉDIGUIAN, autour de son film Une Histoire de fou.

Sortie au cinéma : le 11 novembre.

J’ai tué un homme mais je ne suis pas un assassin
Une Histoire de fou, un film de Robert Guédiguian (Agat Films, 2h14)

Avec : Simon ABKARIAN, Ariane ASCARIDE, Grégoire LEPRINCE-RINGUET, Syrus SHAHIDI, Razane JAMMAL, Robinson STÉVENIN, Siro FAZILIAN, Amir EL KACEM, Rania MELLOULI, Hrayr KALEMKERIAN, Rodney HADDAD, Lola NAYMARK, Serge AVÉDIKIAN

Réalisation : Robert GUÉDIGUIAN
Scénario : Robert GUÉDIGUIAN et Gilles TAURAND


Cette semaine, UNE HISTOIRE DE FOU sera en avant-première aux dates suivantes :

- Mardi 3 novembre au cinéma Club à Dax à 15h et à l’Atalante à Bayonne à 20h30 en présence d’Ariane Ascaride

- Jeudi 5 novembre au cinéma Hélios à Colombes à 20h en présence de l’équipe du film

- Vendredi 6 novembre au cinéma Select à Antony à 20h30 en présence d’Ariane Ascaride et au Ciné d’Issy à Issy-les-Moulineaux en présence de Robert Guédiguian

- Dimanche 8 novembre à Arras au Casino à 16h dans le cadre du Arras Film Festival en présence de l’équipe du film.

-  Lundi 9 novembre à l’UGC Ciné Cité Les Halles à 20h en présence de l’équipe du film

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • A travers la lecture des écrits d’Alexandre Romanès, Lélio Plotton nous fait partager quelques morceaux de la culture tzigane, si peu connue. Véritable poète de la vie gitane, celui qui a fondé le 1er cirque tzigane d’Europe a appris à écrire pour publier ce qu’il vit et ce qu’il ressent ; il nous (...)

  • Le prochain Repaire de Clermont-Ferrand a le plaisir d’accueillir Catherine, Fanny et autres qui nous présenteront la C.I.M.A.D.E. « La Cimade accompagne les personnes étrangères dans la défense de leurs droits, agit auprès des personnes enfermées et se mobilise pour témoigner. » La CIMADE 63 (...)

    Clermont-Ferrand
    2 Place Saint-Pierre

  • La commercialisation des données personnelles est devenue un marché juteux qui intéresse les sociétés vivant de publicités. Comment le système fonctionne-t-il ? Comment s’en protéger au mieux ? L’installation de compteurs communicants tels que le Linky pour l’électricité interroge sur l’utilisation des (...)

Dernières publis

Une sélection :

Entretien avec Daniel Mermet Pierre Souchon, encore vivant ! AbonnésVoir

Le

PIERRE SOUCHON, ENCORE VIVANT ! Soudain il pète tout, il casse tout dans la ville. Trois fois, il est interné en psychiatrie, Pierre est bipolaire, c’est aussi un brillant journaliste. Depuis longtemps, il voulait raconter ça de l’intérieur, sa folie, et la vie autour, l’hôpital, l’Ardèche, les arbres, son mariage chez les bourgeois. Un livre superbe, des pages sans précautions, dures et belles.

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

Ça va continuer ainsi (avec un peu moins d’étudiants présents) jusqu’au week-end. Là, les étudiants sont enfermés dans l’école pour réaliser un enduro de projets ; interdiction de sortir de la salle, d’avoir un sac, de téléphoner, etc.…
Derrière la coolitude générale, la matraque n’est pas loin.Midi. Une table où personne ne se parle : manger vite et y retourner. Une autre où tous regardent leur téléphone.Mais (...)

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »