LÀ-BAS Hebdo n°15 (première partie)

Howard Zinn, un remède à la mélancolie Abonnés

1

Le , par L’équipe de Là-bas

BRUCE SPRINGSTEEN ET HOWARD ZINN
par lesmutins.org

ZINN et SPRINGSTEEN, la vitalité et l’engagement. Voilà le remède au blues ambiant, repli impuissant, nostalgie flasque. Le pouvoir n’a pas besoin de nous réprimer, il lui suffit de nous déprimer. Alors basta ! Aujourd’hui une émission SPÉCIALE ZINN à l’occasion de la sortie du film qui tombe pour la fête du 1er Mai. Une séquence du film rend hommage aux ouvriers de Chicago condamnés à mort en 1886 suite au combat héroïque pour la journée de huit heures qui est à l’origine du 1er Mai célébré depuis partout dans le monde.
Voilà une émission en public (et quel public !) au café Les Affiches, de l’étonnant cinéma Espace Saint-Michel (Paris Vème). Pour une fois Daniel MERMET lâche le micro. C’est Aurélie SFEZ qui fait l’animatrice avec des hôtes aussi prestigieux que :
- Daniel MERMET, co-réalisateur du film
- Oliver AZAM, co-réalisateur du film
- Thierry DISCEPOLO, des éditions Agone
- Fred ALPI, chanteur
Puis écoutez la seconde partie de cette émission spéciale, avec Myla KABAT-ZINN, Claude GÉRARD, directeur de l’Espace Saint-Michel, Brice GRAVELLE des Mutins de Pangée, archiviste du film.

LÀ-BAS Hebdo n°15 (extrait)

Les différentes séquences de l’émission
01. Vos messages sur le répondeur

01 : Vos messages sur le répondeur

Quelques messages parmi ceux que vous avez laissés sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.


02 : Une Histoire populaire des États-Unis, plus de deux millions d’exemplaires vendus aux USA

« Je préfère tenter de dire l’histoire de la découverte de l’Amé­rique du point de vue des Arawaks, l’histoire de la Constitution du point de vue des esclaves, celle d’Andrew Jackson vue par les Cherokees, la guerre de Sécession par les Irlandais de New York, celle contre le Mexique par les déserteurs de l’armée de Scott, l’essor industriel à travers le regard d’une jeune femme des ateliers textiles de Lowell, la guerre hispano-américaine à travers celui des Cubains, la conquête des Philippines telle qu’en témoignent les soldats noirs de Lusón, l’Âge d’or par les fermiers du Sud, la Première Guerre mondiale par les socialistes et la suivante par les pacifistes, le New Deal par les Noirs de Harlem, l’impérialisme américain de l’après­ guerre par les péons d’Amérique latine, etc. Tout cela, bien sûr, si tant est que quiconque - et quels que soient les efforts qu’il y consacre - puisse effectivement « voir » l’histoire en épousant le point de vue des autres. »

Howard ZINN, Une histoire populaire des États-Unis, de 1492 à nos jours (traduction : Frédéric COTTON)

Daniel MERMET & Olivier AZAM, réalisateurs du film, et Thierry DISCEPOLO, des éditions Agone reviennent sur l’importance du travail d’Howard Zinn aux États-Unis, qui est resté méconnu en France jusqu’à sa publication par les éditions Agone en 2002, 22 ans après sa sortie aux États-Unis.

© Luc Jennepin


03 : Le testament de Joe HILL

Fred ALPI chante devant le public du café Les Archives « Joe Hill’s Last Will », le testament de Joe HILL mis en musique. Chanteur, syndicaliste, membre de l’Industrial Workers of the World (IWW), Joe HILL fut exécuté en 1915 pour un meurtre qu’il n’avait pas commis. Victime de la répression contre le mouvement syndicaliste américain, il laissa un mot d’ordre avant de mourir : « Don’t mourn, organize ! » (Ne me pleurez pas, organisez-vous !)


Retrouvez la seconde partie de l’émission avec Myla KABAT-ZINN, Claude GÉRARD, directeur de l’Espace Saint-Michel, Brice GRAVELLE des Mutins de Pangée, archiviste du film.

Merci à Jean-Charles DOUKHAN et à l’équipe de l’Espace Saint-Michel : Claude GÉRARD, Maxime, Marie et Mathias.

Programmation musicale :
- Bread and roses, par Bobbie McGee
- Joe Hill’s Last Will, interprétée par Fred Alpi au café Les Affiches de l’Espace Saint-Michel


N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

Présentation : Aurélie SFEZ
Réalisation : Guillaume GIRAULT
Montage : Grégory SALOMONOVITCH
Répondeur : Stéphanie FROMENTIN
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »