Un entretien de Jonathan Duong avec Anne Debrégeas et David Garcia

Hercule : le plan de Jupiter pour démanteler EDF Abonnés

1

Le

[RADIO] Hercule : le plan de Jupiter pour démanteler EDF [EXTRAIT]

Avez-vous déja entendu parler de « Hercule » ? Non, pas le héros grec qui réalisa les douze travaux, mais le projet de démantelement d’EDF du même nom qui prévoit de découper « l’entreprise préférée des français » en plusieurs parties, et d’en privatiser les plus rentables ? Serpent de mer des néolibéraux entre Bruxelles et Paris, ce projet de casse du service public de l’éléctricité revient ces jours-ci sur la table.

« Socialiser les pertes, privatiser les profits », la formule magique est connue et appliquée à la lettre au projet « Hercule ». En l’occurence, il s’agit de nationaliser le nucléaire, vieillissant et nécessitant des investissements massifs, et de privatiser la rente nouvelle des énergies renouvelables : EDF bleu et EDF vert. Au privé de faire la transition énergétique, et au contribuable de payer pour le démantelement ou la prolongation des centrales !

Mais depuis 2007 et l’ouverture à la concurrence pour les fournisseurs d’énergie, l’Union Européenne et la France font face au même problème insoluble : comment ouvrir à la concurrence un monopole naturel ? Comment permettre à des acteurs privés de vendre de l’éléctricité moins cher qu’EDF, sachant qu’ils n’en produisent pas ou peu et ne font que revendre celle d’EDF ? La réponse consiste en un mécanisme démentiel, l’ARENH [1], qui oblige EDF à vendre à perte à ses concurrents une partie de l’éléctricité qu’il produit. En lieu et place de la concurrence libre et non faussée, nous avons donc une concurrence imposée et truquée. Résultat : entre 2007 et 2020, les dépenses en énergie des français ont augmenté de plus 50% [2].

C’est dans cette situation de fragilitisation d’EDF qu’intervient le nouveau coup de boutoir nommé « Hercule ». Qui veut la mort du service public de l’éléctricité ? Pourquoi ?
Un entretien de Jonathan Duong avec Anne Debrégeas et David Garcia, auteurs de « Qui veut la mort d’EDF ? » dans Le Monde Diplomatique de février.

Programmation musicale :
- Orchestral Manoeuvres in the Dark : Electricity

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.