Pour notre invité Rony Brauman : « Gaza c’est l’échec du projet sioniste »

Gaza : 30 000 tonnes de bombes, 30 000 morts. Un entretien avec Rony Brauman

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Gaza : 30 000 tonnes de bombes, 30 000 morts
par Là-bas si j'y suis
Quatre mois après le sept octobre, le massacre du peuple palestinien continue jour et nuit. Malgré le soutien des États-Unis, qui ont livré près de 30 000 tonnes de bombes à Israël par bateau et par avion, la toute puissante armée israélienne ne parvient pas à « éradiquer » les forces du Hamas, ni à libérer les otages.

Dans cette guerre asymétrique, le Goliath Israël semble chanceler devant le David palestinien. « Semble » car le massacre a lieu à huis-clos, la presse internationale est interdite. Les journalistes arabes présents constituent la cible préférée des snipers israéliens. Mais au-delà de ce bras de fer, c’est une défaite morale pour le pouvoir israélien. Réunie à La Haye, la Cour Internationale de Justice (CIJ) a réuni suffisamment de preuves pour considérer qu’il y a risque de génocide dans la stratégie menée par Isräel, et qu’il convient de prendre rapidement des mesures.

La « cause palestinienne » est revenue au tout premier plan avec le soutien d’une grande partie du monde, surtout de la part des pays issus du colonialisme, rebaptisés « sud global », mais des manifestations de soutien retentissent aussi aux États-Unis dans la communauté juive qui se libère des puissantes organisations sionistes, à la différence de la France où règne la crainte d’être qualifié « d’antisémite », ce qui entrave l’information et le débat public.

Pour notre invité Rony Brauman, né à Jerusalem, médecin, ancien président de MSF : « Aujourd’hui Gaza c’est l’échec du projet sioniste ».
D.M.

Écouter l'émission version radio

[VIDÉO] Gaza : 30 000 tonnes de bombes, 30 000 morts

Merci à Rony Brauman et Hossein et toute l’équipe du Lieu-Dit
journalistes : Daniel Mermet, Rosa Moussaoui
image : Jeanne Lorrain, Brendan Vinet, Alicia Warin
montage : Cécile Frey
son : Franck Haderer, Sylvain Richard, Arthur Braesch
musique : Washing Jazz Machine
réalisation : Jonathan Duong

Sur notre site

À écouter

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec Éric Hazan, qui publie « Le tumulte de Paris » (La Fabrique) Éric Hazan : « Le danger, c’est que la Commune perde son sens révolutionnaire pour devenir une image d’Épinal » AbonnésÉcouter

Le

À Belleville, dans les rues où se tenaient les dernières barricades de la Commune de Paris, l’écrivain et éditeur Éric Hazan rend hommage aux insurgés, et remet les récupérateurs de mémoire à leur place. Cent-cinquantenaire de la Commune oblige, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de commémorer l’événement en grande pompe, à grand renfort de cérémonies officielles, du 18 mars au 28 mai. Le programme a même un nom : « Nous la Commune ! », et il a été vigoureusement dénoncé par les élus de droite au conseil de Paris… « Nous », vraiment ? Il ne faudrait pas que la mémoire de la Commune de Paris, à l’occasion de cet anniversaire, passe pour lisse, neutre, et finalement consensuelle.

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.