LE GABON AU BORD DU CHAOS

GABON, AU DÉTRIMENT DU PEUPLE (1/2)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Ils sont deux à se bagarrer pour le même fauteuil, chacun se déclare vainqueur, chacun accuse l’autre de fraude et de magouille. Et dans ce domaine-là, ils s’y connaissent. Ali Bongo et Jean Ping sont issus du même sérail, ils ont des liens familiaux étroits, alors quelle différence pour le Gabon ?


Pourquoi ces émeutes et ces morts depuis le résultat contesté des élections du 27 août ? Pillages, assemblée nationale en feu, répression, arrestation, au moins déjà cinq morts. Et que dit la France ? C’est une longue histoire de fric et de pétrole avec le Gabon, haut lieu de la Françafrique avec son cortège de scandales, de barbouzeries et de corruptions. Ah mais tout ça aujourd’hui, c’est fini, « la Françafrique est derrière nous », nous dit Jean-Marc Ayrault. Vraiment ?

« L’Afrique sans la France, c’est une voiture sans chauffeur, la France sans l’Afrique, c’est une voiture sans carburant. » Tel est le credo de la Françafrique où le Gabon est au tout premier rang. Un petit pays pourtant, 1,8 million d’habitants mais, pour son malheur, le pays du PMU (Pétrole, Manganèse, Uranium), tout ce que la France convoitait à tout prix.

Dès la « perte » de l’Algérie, c’est-à-dire le déclin des ressources essentielles, la France de de Gaulle a décolonisé l’Afrique pour mieux la recoloniser. « La France n’a pas de pétrole, mais elle des idées », disait-on. La Françafrique fut l’une de ces idées. Tout un système occulte de réseau, de corruption, de barbouzeries en tout genre fut mis en place en dehors de tout cadre légal, avec, pour principe, la stabilité. Indispensable stabilité nécessaire au business et aux investisseurs.

Ainsi la dynastie Bongo est au pouvoir depuis 48 ans, 41 ans pour Omar, et 7 ans pour Ali, le fiston. Mais il y a le moment où c’est la marionnette qui manipule le marionnettiste. C’est Bokassa qui tient Giscard, c’est Omar Bongo qui distribue des mallettes de billets à toute la classe politique française et qui fait nommer les ministres français. Pendant ce temps, un tiers des habitants du Gabon survit en dessous du seuil de pauvreté. Le long scandale du pillage des ressources se fait au détriment du peuple.

EN ACCÈS LIBRE GRÂCE AUX ABONNÉS MODESTES ET GÉNIAUX : première partie de notre dossier sur le Gabon, avec Laurence NDONG, auteure du livre Gabon, pourquoi j’accuse…, aux éditions de L’Harmattan, et Persis Lionel ESSONO, juriste, porte-parole en France du candidat Jean PING.

Merci à Laurence NDONG et Persis Lionel ESSONO.

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journaliste : Daniel MERMET
préparation : Sylvie COMA
réalisation : Jonathan DUONG et Jeanne LORRAIN
son : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster cette vidéo en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Télécharger la vidéo au format .mp3 :

Gabon, au détriment du peuple (1/2)

Écouter la vidéo au format audio :

Gabon, au détriment du peuple (1/2)

Voir aussi

- À LIRE :
Gabon, pourquoi j’accuse…, un livre de Laurence NDONG (2016, éditions L’Harmattan)

- À VOIR :
GABON, AU DÉTRIMENT DU PEUPLE (2/2), seconde partie de notre dossier sur le Gabon avec Vincent HUGEUX et Aminata TRAORÉ

Françafrique, un documentaire en deux parties de Patrick BENQUET (2011, produit par la Compagnie des Phares et Balises)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • En ce Repaire de Là-bas si j’y suis, mercredi 12 décembre, au Chapelier Toqué, nous aurons le plaisir de réfléchir et échanger sur le « Giletjaunisme » et la notion de peuple, sans oublier les actus diverses. A mercredi !

Dernières publis

Une sélection :

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Un entretien de Daniel Mermet avec Laurence De Cock et Gérard Noiriel Gérard Noiriel : une histoire populaire de la France AbonnésVoir

Le

Rares, très rares sont les intellectuels qui mettent le savoir non pas au service du pouvoir, mais au service du contre-pouvoir. L’historien Gérard Noiriel fait partie de ce courant-là, de ceux qui partagent les armes et les clés pour l’émancipation de tous. Depuis des années, avec notre film sur Howard ZINN, Une Histoire populaire américaine, on nous demande si un tel livre d’histoire existe sur la France. Et bien le voilà !

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?