Et voilà LÀ-BAS HEBDO n°24

FRÉDÉRIC LORDON : LA GRÈCE EST PASSÉE SOUS LA TABLE Abonnés

Le

Il est toujours plus facile de faire passer la potion amère par la gauche. L’Europe néolibérale et ses missionnaires médiatiques jubilent et acclament le "charismatique" Tsipras qu’ils trainaient hier dans la gadoue. Mais quelle sera sa marge de manœuvre ?

Dans un communiqué diffusé via un site grec d’information, Yanis Varoufakis, ancien ministre des Finances d’Alexis Tsipras, estime lui que cette élection sert deux objectifs pour le premier ministre. « Primo, annuler le “non” courageux que 62 % de la population grecque (malgré le discours alarmiste des médias, la fermeture des banques et les contrôles des capitaux) a opposé aux programmes et mémorandums sans issue, humiliants et irrationnels des plans de sauvetage », a-t-il indiqué en faisant allusion au référendum du 5 juillet sur les mesures d’austérité réclamées par les créanciers d’Athènes. « Secundo, la “légalisation” de la capitulation qui a suivi la signature du troisième mémorandum sans issue, humiliant et irrationnel », a-t-il précisé.

Aujourd’hui la victoire de Tsipras c’est la victoire de l’Europe néolibérale de l’austérité et de la dérégulation. Mais au moins le brouillard est dissipé. En quelques mois nous comprenons beaucoup mieux les enjeux de l’Europe et son vrai visage. Nous avons le choix entre retoucher le tableau à l’intérieur du cadre ou bien en peindre un autre dans un autre cadre.

Quatre jours avant ces élections nous retrouvions Frédéric LORDON.
La Grèce, l’euro et l’Europe avec un détour par Podemos.

Après ça, jetez vous sur La Malfaçon le livre où Lordon développe son travail sur cette chose mal née qu’est l’Europe. Notez aussi que nous préparons un dossier "TOUT LORDON" où vous pourrez retrouver TOUTES SES INTERVENTIONS DANS LA-BAS DEPUIS 2004 !

Mais ce n’est pas tout !

Dans ce Là-bas Hebdo n°24, GÉRARD MORDILLAT se penche sur un dessin de PLANTU, le « Robert Ménard du dessin de presse ».

DIDIER PORTE quant à lui, après avoir déclaré sa flamme à EMMANUEL MACRON dans Là-bas Hebdo n°23, vient nous révéler tout son amour pour le grand chef d’entreprise qu’est VINCENT BOLLORÉ.


LÀ-BAS Hebdo n°24 (extrait)
Cliquez sur la flèche, en-dessous du lecteur, pour écouter dans une autre fenêtre et continuer à naviguer sur le site
Frédéric Lordon (Là-bas Hebdo n°24)

LÀ-BAS Hebdo n°24, avec, autour de Daniel Mermet :
- FRÉDÉRIC LORDON, directeur de recherche au CNRS, travaille au développement d’une économie politique spinoziste, et auteur du blog "La pompe à phynance"
- GÉRARD MORDILLAT, écrivain et réalisateur
- DIDIER PORTE, chroniqueur

Programmation musicale :
- Les Slugs : "L’euro"
- Vetty : "Un jour viendra"


Les différentes séquences de l’émission :

01. Vos messages sur LE RÉPONDEUR (8’26)

01. Vos messages sur le répondeur

Quelques messages parmi ceux que vous avez laissés sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.


02. Frédéric LORDON : la Malfaçon (23’31)


03. Frédéric LORDON : Comment sortir de l’Euro (39’08)

Sortir de l’Euro, c’est possible ? La réponse est oui pour Frédéric Lordon. Mais la bonne question qu’il faut se poser, c’est : pour quoi faire ?

En France, en Espagne, le débat sur l’Euro est de moins en moins tabou.


04. GÉRARD MORDILLAT : FAN DE PLANTU (6’20)

Après le Commandant Cousteau, Gérard Mordillat s’en prend au si sympathique et si prestigieux Plantu.

Dessin de Plantu pour Le Monde (10/09/15)

05. DIDIER PORTE :AVEC BOLLORE DE PLUS EN PLUS C’EST CANAL MOINS (8’12)

Didier Porte revient sur les premiers mois de la présidence du fulgurant Vincent Bolloré à la tête du groupe Canal +.

La marionnette de Vincent Bolloré aux Guignols de l’Info

Merci à Hossein et à l’équipe du Lieu-Dit.

Et n’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

Présentation : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER
Préparation : Jonathan DUONG
Préparation et Répondeur : Grégory SALOMONOVITCH

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre... Vos conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Réforme territoriale, communautés de communes, métropolisations, regroupements et disparitions de services publics, réforme ferroviaire, etc ... C’est à une profonde transformation de l’organisation territoriale à laquelle nous assistons... sans aucun débat citoyen. Quels sont les enjeux et le sens (...)

    Saint-Lô

  • Le Café repaire d’Angers vous donne rendez-vous mardi 5 juin avec les acteurs angevins du Réseau Salariat pour une discussion autour des mots travail, emploi, revenu, richesses, bien public, gratuité et… salariat. Bref, comment réussir le partage tant désiré du travail et des richesses (...)

    Angers

Dernières publis

Une sélection :

Notre-Dame-des-Landes. Toutes nos émissions depuis 2012 Lire

Le

À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre. Retrouvez notre dossier spécial ZAD, avec toutes nos émissions depuis 2012 :

Soixante-huitard que jamais. À la mémoire d’Élisa ARICO ACTION : Mai 68, dessins de presse, un cadeau d’Élisa Lire

Le

Chères AMG, chers AMG, ces dessins sont un cadeau et un héritage à partager avec vous. Il y a dix ans, une auditrice, Élisa ARICO, 88 ans, qui avait occupé la Sorbonne en mai 1968, nous adressait des archives « jalousement gardées depuis 68 » : des tracts, des notes, des affiches et des numéros très rares du fameux journal ACTION. Certains de ces documents sont accessibles sur le net aujourd’hui, mais c’est tout autre chose de les regarder comme un précieux cadeau d’Élisa maintenant disparue et qui finissait sa lettre en espérant « un autre mai, version altermondialiste ».

En hommage à l’historienne SUZANNE CITRON, Daniel MERMET reçoit LAURENCE DE COCK La seule façon d’apprendre, c’est de contester AbonnésVoir

Le

La grande historienne Suzanne CITRON, qui vient de disparaître à 96 ans, aimait répéter la phrase de Jean-Paul Sartre. Pas seulement une phrase, toute sa vie elle a contesté l’enseignement de l’histoire comme un puissant moyen de propager la manière de voir de la classe dominante dans l’éducation comme dans la vie publique. Son livre majeur, LE MYTHE NATIONAL (1987), qui démonte cette construction idéologique, a marqué une rupture et une prise de conscience face aux détournements de l’histoire.

« Renaissance des travaillistes au Royaume-Uni », un entretien de Jonathan Duong avec Paul Vannier Jeremy Corbyn, futur Premier ministre du Royaume-Uni ? Écouter

Le

Il est le leader du parti social-démocrate britannique, son programme est pourtant à gauche : contrôle des loyers, augmentation des salaires, propriété publique du rail et de l’énergie, gratuité de l’enseignement supérieur, salaire maximum, taxe « Robin des Bois » sur les multinationales, impôt sur les grandes fortunes… Jeremy Corbyn suscite l’enthousiasme des 570 000 adhérents du Labour, dont beaucoup ont rejoint le Parti travailliste pour lui.

Une émission avec le journaliste américain Thomas Frank, Serge Halimi et Benoît Bréville du Monde diplomatique Pourquoi les riches votent à gauche ? AbonnésÉcouter

Le

Pourquoi les pauvres votent à droite. C’était le titre du best-seller de Thomas Frank publié en 2008, qui se demandait pourquoi les pauvres, censés aspirer à plus de redistribution et d’égalité, votent contre leurs intérêts. Dix ans plus tard, le journaliste originaire du Kansas revient avec un nouveau livre : Pourquoi les riches votent à gauche. Comment peut-on être riche, néo-libéral et pourtant progressiste ou « de gauche » ? Entretien : Daniel MERMET avec Thomas FRANK, Serge HALIMI et Benoit BRÉVILLE.