L’HUMA SI J’Y SUIS 2016

Féminisme islamique, c’est possible ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Féminisme chrétien, rien de choquant dans ces deux mots. Judaïsme féministe, non plus. Mais féminisme islamique, là, ça ne colle pas. Deux mots contradictoires, vraiment ? Réponse de cinq femmes aussi pêchues et pertinentes que convaincues.

Qu’elles s’appellent Selma OUMARI (NPA), Fadela EL MIRI (assistante sociale à Marseille), Jamilla FARAH (de la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie), Nacira GUÉNIF-SOUILAMAS (sociologue) ou Michèle SIBONY (Union Juive Française pour la Paix), toutes partagent une même idée : la liberté c’est le choix, donc celui de pouvoir décider ce qu’on veut faire avec son corps, être nue ou voilée.

Elles ont une vision globale qui va bien au-delà de l’Europe, rendent hommage aux femmes qui luttent partout dans le monde, se méfient des qualificatifs accolés au féminisme — qu’il soit européo-centré ou islamique. L’important, c’est de lutter contre les machistes de tous poils, les misogynes de tous pays, les anti-sexistes patriarcaux. Et réaffirmer la place des femmes — musulmanes ou pas —, comme l’a fait le premier congrès des peuples de l’Orient réuni à Bakou en 1920, où il est proclamé en arabe : « opprimés de tous les pays, unissez-vous ! »

Le 21 septembre, elles se retrouveront à l’espace Confluences, pour un printemps de la liberté, l’égalité et de la fraternité et pour agir contre l’islamophobie et les racismes. Ce sera mercredi à 18h 30 à l’Espace Confluences, 190 boulevard de Charonne, Paris 20ème

Une émission enregistrée en direct à la Fête de l’Huma avec, autour de Daniel MERMET :
- Selma OUMARI du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA),
- Fadela EL MIRI, assistante sociale à Marseille,
- Jamilla FARAH de la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie (CRI),
- Nacira GUÉNIF-SOUILAMAS, sociologue,
- et Michèle SIBONY, de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP)

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 : Féminismes islamiques [EXTRAIT]

Fadela EL MIRI

Les différentes séquences de l’émission :

01. « Féminismes islamiques », un oxymore ?

Jamilla FARAH

Michèle SIBONY

Selma OUMARI et Nacira GUÉNIF

Merci à Selma OUMARI, Fadela EL MIRI, Jamilla FARAH, Nacira GUÉNIF-SOUILAMAS et Michèle SIBONY.

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journaliste : Daniel MERMET
musique : DGIZ
réalisation : Franck HADERER, Sylvain RICHARD
préparation : Dillah TEIBI, Marie GALL et Véronique BROCARD
photos : Grégory SALOMONOVITCH
vidéo : Jeanne LORRAIN et Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Voir aussi

- À LIRE :
Féminismes islamiques, un livre coordonné par Zahra Ali (2012, éditions La Fabrique)

Le Premier congrès des peuples de l’Orient : Bakou 1920, une réédition par La Brèche et RaDar en fac-similé de celle de François Maspero (1971), elle-même faite à partir de l’édition de l’Internationale Communiste de 1920.

- À VOIR :
Agir contre l’Islamophobie et les Racismes, un meeting organisé à l’Espace Confluences (190 boulevard de Charonne, Paris 20ème), mercredi 21 septembre à partir de 18h30 >>>> Plus d’infos sur www.weezevent.com

Sur notre site

Dans les livres

  • Féminismes islamiques

    Féminismes islamiques. Ce titre sonne comme un oxymore, habitués que nous sommes au stéréotype associant l’islam à l’oppression de la femme. Zahra Ali, doctorante à l’EHESS, engagée depuis de nombreuses années au sein d’associations féministes, antiracistes et musulmanes, témoigne du contraire. Elle raconte la lutte de croyantes, chercheuses et militantes engagées dans une démarche féministe à l’intérieur du monde religieux. De l’Égypte à l’Iran, du Maroc à la Syrie, en France et aux Etats-Unis, ce sont ces voix qu’elle nous fait entendre, celles de celles qui luttent pour l’égalité retournent les textes sacrés contre le patriarcat, s’élèvent contre les autorités politiques et religieuses qui bafouent le droit des… Lire la suite
  • Le premier congrès des peuples d’Orient, Bakou 1920. Verbatim des sept jours de débat

    En septembre 1920, à Bakou, la capitale de la toute nouvelle république socialiste de l’Azerbaïdjan, se tient le premier congrès des peuples de l’Orient. Deux mille délégués venus de toute l’Asie centrale et de Moscou bien-sûr, débattent des problèmes posés par la Révolution d’Octobre et de la dynamique de la révolution permanente. Au programme : le rôle des femmes, du parti, des religions et particulièrement la musulmane, de l’internationalisme en actes, de l’alliance du prolétariat des pays industrialisés et des peuples opprimés… Il n’y aura pas de deuxième congrès, tous ceux qui ont porté le premier ont été assassinés d’un commun accord par Staline et les impérialismes. C’est pourquoi il faut lire ce livre qui avait été édité en 1921 par L’internationale Communiste et la Libération de l’Orient. Urgent et indispensable en ces temps de replis… Lire la suite

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Même les ex-climato-sceptiques semblent avoir compris que nous allons droit dans le mur si rien ne change. La vie sur terre est réellement menacée et à court terme. Mais que faire ? Attendre que les politiques proposent des solutions... à petits pas ? Changer individuellement certaines de nos (...)

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.