Premiers de corvée, reprendre le boulot coûte que coûte [PODCAST : 23’56]

Égouts contaminés : les égoutiers en grève pour leur santé (et la nôtre !) Abonnés

1

Le

(photo : Max PPP)

[EXTRAIT] Égouts contaminés : les égoutiers en grève pour leur santé (et la nôtre !) [RADIO]

C’est déjà un métier à risques, mais en plus une forte concentration de coronavirus « potentiellement infectieuse » a été détectée. Les égoutiers de la ville de Paris sont en grève pour réclamer une protection efficace et des analyses précises.

Déjà fortement exposés à nombre de bactéries et de maladies, avec une espérance de vie inférieure de sept ans à la moyenne, les égoutiers se trouvent confrontés à un nouveau virus : le coronavirus est présent dans les eaux usées ! Avec le déconfinement, les 285 égoutiers qui travaillent pour la ville de Paris auraient tous dû reprendre le travail (ils n’étaient que 40 environ en service pendant le confinement). Mais faute de protections efficaces, ils sont en grève.

D’autres questions se posent. Les rats sont-ils porteurs ? On compte environ trois millions de rats dans Paris, et beaucoup dans les égouts. Par ailleurs, plusieurs études reprises par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont démontré la présence du virus dans les selles des personnes infectées. Y en a-t-il aussi dans les déjections des rats ? On ne connaît pas de cas de transmission pour l’instant, mais l’OMS insiste sur les précautions à prendre, et depuis deux mois, le scientifique Claude Danglot et des égoutiers alertent la mairie de Paris, demandant qu’une étude sérieuse soit menée sur les rats et le coronavirus. Sans succès pour le moment…

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Anaëlle Verzaux
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

  • Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux !

    « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » Abonnés

    Voir
    « Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va (...)

À lire

  • ÉGOUTIERS EN COLÈRE. Reportage radio version texte. « À oreille reposée »

    COVID-19 : LES ÉGOUTIERS TOUJOURS EN DANGER Abonnés

    Lire
    Vous avez été nombreux à écouter le reportage d’Anaëlle Verzaux, « Égouts contaminés : les égoutiers en grève pour leur santé (et la nôtre !) ». En voici la version écrite et augmentée afin d’aller plus loin, à oreille reposée. Les égoutiers sont (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]