Rencontre avec Pierre CONESA [RADIO 33’25]

Djihad, mode d’emploi Abonnés

Le

Trois Français « djihadistes » (vidéo de l’« État islamique »)

DÉRADICALISER. Les consonances ont-elles un sens ? On entend RAT dans ce mot. Comme dans RATONADE, autrefois. Comment se débarrasser de ces rats ? Un tas d’experts auto-proclamés proposent leurs conseils, c’est même devenu un business juteux.

L’humour noir de Pierre CONESA va choquer ceux qui n’ont pas accès au second degré. Un bon moyen pourtant de dégonfler la baudruche djihadiste, d’aider des parents désemparés, des enseignants et des jeunes mal informés, et aussi des décideurs qui se déchargent de toute responsabilité en qualifiant les candidats au départ de « malades ».

On compterait aujourd’hui en Syrie et en Irak quelques 25 000 combattants étrangers venus de de plus de 100 pays : à moins d’imaginer une épidémie de démence, il y a lieu de se demander ce qui attire là-bas, et pourquoi l’Occident est devenu l’une des cibles des djihadistes.

Pierre CONESA accuse nos dirigeants de courte vue et ceci depuis 30 ans. Car ce djihad a une histoire. En 1984, durant la guerre contre les Soviétiques en Afghanistan, le président Reagan qualifia les moudjahidines de « combattants de la liberté » (freedom fighters), une appellation largement reprise par les intellectuels français d’alors. La guerre finie, ceux-ci ont obtenu le statut de réfugiés politiques en Grande-Bretagne. Ils ont pu prêcher le djihad anti-occidental, l’antisémitisme et le racisme au coin de Hyde Park en toute impunité.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont conduit G. W. Bush à décréter que les pays de l’Axe du Mal étaient l’Irak, l’Iran et la Corée du Nord, et non l’Arabie Saoudite, dont étaient pourtant originaires deux tiers des auteurs. Ce ne sont là que deux erreurs parmi les plus aveugles. Pour l’auteur, ancien haut fonctionnaire et chargé de cours à l’ENA, « le silence des chancelleries est une indignité morale qui renforce l’argumentaire et le recrutement djihadistes. »

Djihad, mode d’emploi (extrait)

Ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense, spécialiste des questions stratégiques internationales, en particulier militaires, maître de conférences à Sciences Po, Pierre Conesa est l’auteur du Guide du petit djihadiste (2016, éditions Fayard)

Un entretien de Daniel MERMET.


Les différentes séquences de l’émission :

01. As-tu de bonnes raisons de partir ? [04’51]

01. As-tu de bonnes raisons de partir ?

02. Radicalise-toi en trois étapes [03’55]

03. Sois prêt à massacrer des musulmans [06’33]

04. Applique une stratégie de communication [08’17]

05. Prépare-toi à revenir, si tu ne meurs pas là-bas [09’55]

Merci à Pierre CONESA.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Florian LOPEZ
montage : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Voir aussi

-  Guide du petit djihadiste, un livre de Pierre CONESA (2016, éditions Fayard)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce rendez-vous au Café Repaire de Nice, nous passerons en revue le crédit d’impôt et l’emploi : crédit d’impôts recherche, zones franches, exonérations de taxe... Bref, les facilités comptables et niches en tous genre. Les gouvernements successifs depuis les années 80 ont taillé un environnement (...)

    Nice
    6 avenue Félix Faure

  • Rendez-vous vendredi 23 Février au café repaire de Neuvy, pour une discussion autour de la question : "les animaux ont-ils des droits ?". Entrée libre et gratuite à partir de 18h30 au restaurant Le Gout des autres !

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

Dernières publis

Une sélection :

Humanité et fermeté sont les deux mamelles de la France AbonnésVoir

Le

« C’est un projet de loi totalement équilibré. » Voilà comment le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb défend son projet de loi « Asile et immigration ». Pourtant, une trentaine d’associations ont déjà dénoncé une circulaire que le ministre de l’Intérieur souhaite maintenir : ce texte, signé par les ministres Gérard Collomb et Jacques Mézard, demande aux fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de vérifier la situation administrative des immigrés dans les centres d’hébergement d’urgence.

Gardarèm lo Larzac ! Un reportage de Daniel Mermet (1995) ZAD ET LARZAC, MÊME COMBAT ? Écouter

Le

Un symbole phallique ? Une marque ésotérique ? Un signe cabalistique ? Non, un entonnoir. Sur l’une des pierres de la Blaquière, cette fameuse bergerie construite par des centaines de défenseurs du Larzac dans les années 1970, on peut voir ce signe en forme d’entonnoir. Pourquoi ? Et quel rapport avec la ZAD ? LARZAC et ZAD, même combat ? Pour comprendre le débat, d’abord un retour sur le Larzac en 1995 avec les héros modestes de cette lutte, dont un certain José Bové, encore inconnu du grand public à cette époque…

Mort de Charles Jenkins. Reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil au Japon (2010) Histoire incroyable du déserteur américain qui a survécu 40 ans en Corée du Nord Écouter

Le

Une nuit de l’hiver 1965, le sergent Jenkins boit une dizaine de bières et passe en Corée du Nord. Il préfère déserter plutôt que d’aller se faire tuer au Viêt Nam. Il va être retenu une quarantaine d’années dans ce petit paradis communiste, prof d’anglais, espion, acteur dans les films de propagande avant d’être libéré et de finir comme une attraction touristique dans une petite île japonaise. C’est là qu’il nous raconte son incroyable histoire en mai 2010.