Rencontre avec Pierre CONESA [RADIO 33’25]

Djihad, mode d’emploi Abonnés

Le

Trois Français « djihadistes » (vidéo de l’« État islamique »)

DÉRADICALISER. Les consonances ont-elles un sens ? On entend RAT dans ce mot. Comme dans RATONADE, autrefois. Comment se débarrasser de ces rats ? Un tas d’experts auto-proclamés proposent leurs conseils, c’est même devenu un business juteux.
L’humour noir de Pierre CONESA va choquer ceux qui n’ont pas accès au second degré. Un bon moyen pourtant de dégonfler la baudruche djihadiste, d’aider des parents désemparés, des enseignants et des jeunes mal informés, et aussi des décideurs qui se déchargent de toute responsabilité en qualifiant les candidats au départ de « malades ».
On compterait aujourd’hui en Syrie et en Irak quelques 25 000 combattants étrangers venus de de plus de 100 pays : à moins d’imaginer une épidémie de démence, il y a lieu de se demander ce qui attire là-bas, et pourquoi l’Occident est devenu l’une des cibles des djihadistes.
Pierre CONESA accuse nos dirigeants de courte vue et ceci depuis 30 ans. Car ce djihad a une histoire. En 1984, durant la guerre contre les Soviétiques en Afghanistan, le président Reagan qualifia les moudjahidines de « combattants de la liberté » (freedom fighters), une appellation largement reprise par les intellectuels français d’alors. La guerre finie, ceux-ci ont obtenu le statut de réfugiés politiques en Grande-Bretagne. Ils ont pu prêcher le djihad anti-occidental, l’antisémitisme et le racisme au coin de Hyde Park en toute impunité.
Les attentats du 11 septembre 2001 ont conduit G. W. Bush à décréter que les pays de l’Axe du Mal étaient l’Irak, l’Iran et la Corée du Nord, et non l’Arabie Saoudite, dont étaient pourtant originaires deux tiers des auteurs. Ce ne sont là que deux erreurs parmi les plus aveugles. Pour l’auteur, ancien haut fonctionnaire et chargé de cours à l’ENA, « le silence des chancelleries est une indignité morale qui renforce l’argumentaire et le recrutement djihadistes. »

Djihad, mode d’emploi (extrait)

Ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense, spécialiste des questions stratégiques internationales, en particulier militaires, maître de conférences à Sciences Po, Pierre Conesa est l’auteur du Guide du petit djihadiste (2016, éditions Fayard)

Un entretien de Daniel MERMET.


Les différentes séquences de l’émission :

01. As-tu de bonnes raisons de partir ? [04’51]

01. As-tu de bonnes raisons de partir ?

02. Radicalise-toi en trois étapes [03’55]

03. Sois prêt à massacrer des musulmans [06’33]

04. Applique une stratégie de communication [08’17]

05. Prépare-toi à revenir, si tu ne meurs pas là-bas [09’55]

Merci à Pierre CONESA.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Florian LOPEZ
montage : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

-  Guide du petit djihadiste, un livre de Pierre CONESA (2016, éditions Fayard)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Qui sont ces gilets jaunes ? Que veulent-ils au juste ? Jusqu’où iront-ils ? Et bien, venez leur poser la question ! Le Café repaire d’Angers vous invite à venir les rencontrer mardi 26 mars.

  • Laurent et Oliv’, deux beaux perdreaux matures rebelles, en manque de "repaires" dans leurs Yvelines verdoyantes, se lancent dans la crétaion d’un repaire. Pour ce faire on vous propose un premier rendez-vous pour faire connaissance, l’état des lieux et des envies de cette nouvelle aventure, ça ce (...)

  • Café repère du 20ème ! En général, pas de thème défini, chacun vient avec ses propositions et l’envie d’échanger et de partager. Pour celles et ceux qui le souhaitent la soirée se prolonge autour d’une bonne table !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien de Daniel Mermet avec Daniel Bensaïd (2009) Daniel Bensaïd : Marx, mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

« À la place de l’ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous. » Telle fut l’utopie de Marx et Engels, une utopie toujours partagée par des millions de femmes et d’hommes, mais une utopie qui fut souvent récupérée, détournée et pervertie. Maintes fois jeté dans les poubelles de l’histoire, Marx revient aujourd’hui dans la lutte contre la violence capitaliste. Le bicentenaire de sa naissance fournit l’occasion de (ré)écouter ces deux émissions de 2009 avec Daniel Bensaïd, auteur de Marx, mode d’emploi, avec des illustrations de Charb (La Découverte, 2009).

Les prisons sont pleines mais elles sont vides de sens. Un rapport sur l’horreur carcérale PRISON, t’es moins qu’un rat AbonnésVoir

Le

On marche dans la merde de rat dans la prison, il y en a partout, on est bouffé par les poux et les punaises de lits, la bouffe est pourrie, on est neuf par cellule, on se fait cogner par les surveillants.

Cette fois, c’est la prison de Fresnes qui fait l’objet d’un rapport explosif. Nous recevons Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, et Yoan Karar, surveillant membre du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE.

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.