Scandalisé, BHL va sans aucun doute lancer un appel aux autorités israéliennes ?

Les élus français interdits d’entrer en Israël renoncent à leur voyage

Le

Cet article vous est offert, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Pierre Laurent et Clémentine Autain (ici en avril 2015) font partie des sept élus français déclarés persona non grata par Israël (Renaud Khanh/ABACA)

Une délégation d’élus français devant se rendre ce week-end en Israël, les autorités israéliennes ont annoncé qu’elles interdiraient à sept d’entre eux l’entrée du territoire.

Selon le correspondant du Figaro à Jérusalem [1], la liste dressée par le gouvernement Netanyahou comprend le secrétaire national du PCF Pierre Laurent, la députée (France Insoumise) Clémentine Autain, les députés européens Pascal Durand (Verts/Alliance libre européenne) et Patrick Le Hyaric (PCF), ainsi que les maires (PCF) de Limay, Éric Roulot, et de Gennevilliers, Patrice Leclerc.

« Il s’agit des éléments les plus provocateurs », selon le ministère israélien de la Sécurité intérieure.

Il est reproché aux sept élus français d’avoir voulu rencontrer Marwan Barghouti, haut cadre du Fatah incarcéré en Israël depuis une quinzaine d’années, ainsi que le franco-palestinien Salah Hamouri, placé en détention administrative le 23 août, sans que ses défenseurs puissent avoir accès au dossier de leur client.

Nul doute que l’ensemble des élus vont se mobiliser contre cette interdiction, de même que des intellectuels français épris de liberté et de démocratie comme l’intellectuel engagé Bernard-Henri Lévy (BHL) ou le philosophe spinoziste Philippe Val.

Nous avons joint Azzédine Taïbi, maire PCF de Stains :

Des élus français interdits d’entrer en Israël : Azzédine Taïbi, maire de Stains (93)

Finalement les élus ont décidé de renoncer à leur voyage prévu samedi

Suite à une rencontre avec le Quai d’Orsay, « nous avons décidé de reporter à une date ultérieure notre délégation. En effet, la montée des pressions par le gouvernement israélien sur nos partenaires israéliens et palestiniens, sa stratégie de la tension, ne permet pas d’assurer la sécurité de la délégation », annoncent les membres du « réseau Barghouthi » dans un communiqué. « L’attitude du gouvernement israélien marque un durcissement liberticide important, un mépris de la République française et de ses élu-e-s. Pour la première fois, le gouvernement israélien a publié une liste d’élu-e-s et parlementaires français-e-s interdit-e-s d’entrée de territoire », dénoncent-ils.

Ces élus devaient se rendre en Israël et dans les Territoires palestiniens du 18 au 23 novembre pour « alerter sur la situation des près de 6 000 prisonniers politiques palestiniens ». La délégation disait vouloir rencontrer Marwan Barghouthi, haut cadre du Fatah emprisonné depuis plus de quinze ans par Israël. Elle cherchait aussi à voir l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri, en détention administrative en Israël depuis le 23 août.

Le réseau Barghouthi, qui tiendra une conférence de presse samedi après-midi près de l’ambassade d’Israël, condamne « cette décision de l’extrême droite israélienne au pouvoir. Cette attitude a cependant permis de médiatiser la cause que nous défendons pour la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens, notamment Marwan Barghouthi et notre compatriote Salah Hamouri ».

« Nous allons refaire des démarches pour demander au gouvernement français d’appuyer une nouvelle demande d’autorisation pour rencontrer Marwan Barghouthi et Salah Hamouri dans leur prison. Comme partout dans le monde, le gouvernement français doit être plus ferme sur son exigence de liberté de circulation de citoyen-ne-s français-e-s en Israël et de liberté des parlementaires de mener leur mission d’information », ajoutent-ils.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DÉLIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

Un cours d’Autodéfense intellectuelle pour l’été Apprenez la langue de l’adversaire avec Olivier BESANCENOT AbonnésVoir

Le

Ne dites pas « cotisations sociales », dites « charges sociales », ne dites pas « vagues de licenciement », dites « plan de sauvegarde de l’emploi », ne dites pas « guichetier », dites « chargé de clientèle ». On connaît quelques-unes de ces entourloupes langagières, mais on ne mesure pas assez comment cette perversion du langage contamine les esprits et nous fait avaler l’idéologie dominante à notre insu. Contre cette violence verbale, Olivier Besancenot publie un Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique.

[Extrait VIDÉO 08’58 + entretien RADIO 59’30]

Humanité et fermeté sont les deux mamelles de la France AbonnésVoir

Le

« C’est un projet de loi totalement équilibré. » Voilà comment le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb défend son projet de loi « Asile et immigration ». Pourtant, une trentaine d’associations ont déjà dénoncé une circulaire que le ministre de l’Intérieur souhaite maintenir : ce texte, signé par les ministres Gérard Collomb et Jacques Mézard, demande aux fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de vérifier la situation administrative des immigrés dans les centres d’hébergement d’urgence.

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

Travailler beaucoup moins, beaucoup mieux. SANS EMPLOI (Raphaël Liogier) Revenu universel ? Le POUR AbonnésÉcouter

Le

Vous hésitez entre Macron le révolutionnaire et Valls le révolté ? Voici un peu d’air frais pour vous sortir de ce captivant dilemme, un air de retour du droit à la paresse. Car, oui, nous en faisons de plus en plus en en faisant de moins en moins. C’est une constante dans l’histoire, de l’invention de la roue jusqu’à la révolution numérique, nous avons cherché à nous libérer de la torture du travail.

Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, nous produisons suffisamment de richesses pour satisfaire tous les besoins humains. Une excellente nouvelle, non ?