Dans le Monde Diplo d’avril

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Lequel des deux favoris aux primaires américaines s’est opposé à la guerre en Irak ? Hillary Clinton ? Non, Donald Trump.
Lequel a toujours combattu les traités de libre-échange ? Hillary Clinton ? Non, Donald Trump.
Lequel reste indépendant aux financements des mécènes et des lobbies ? Hillary Clinton ? Non, Donald Trump. Et pour cause, le milliardaire a de quoi financer sa campagne tout seul.
Pas facile de s’y retrouver dans cette campagne électorale américaine. Heureusement, Serge HALIMI revient des États-Unis où il a rencontré des partisans du charmant Trump. Philippe LEYMARIE nous rappelle que le business de l’armement se porte très bien dans le monde comme en France, en dehors de tout contrôle démocratique. Le conflit du Moyen-Orient s’expliquerait par la confrontation sunnite contre chiite. Alors pourquoi le Maghreb plutôt sunnite soutient le régime de Bachar Al-Assad, plutôt chiite ? Analyse d’Akram BELKAÏD. Les imams en France n’ont pas bonne presse. Mais qui sont-ils ? Loin des clichés, une enquête de Solenne JOUANNEAU auprès de 2 500 imams de France.
Un entretien de Daniel MERMET avec l’équipe du Monde diplomatique du mois d’avril.

Écouter l'émission

  • Télécharger 01. Serge HALIMI : Guerre civile au sein de la droite américaine

    - MP3 - 15.4 Mo

  • Télécharger 02. Philippe LEYMARIE : La grande chasse aux milliards

    - MP3 - 12.5 Mo

  • Télécharger 03. Akram BELKAÏD : Pourquoi le Maghreb soutient Bachar Al-Assad

    - MP3 - 6.9 Mo

  • Télécharger 04. Solenne JOUANNEAU : Imams en France, loin des clichés

    - MP3 - 15.1 Mo

Dans le Monde Diplo d’avril

Notre émission avec l’équipe du Monde diplomatique du mois d’avril, avec, autour de Daniel MERMET :

- Serge HALIMI : « Guerre civile au sein de la droite américaine »

- Philippe LEYMARIE : « La grande chasse aux milliards »

- Akram BELKAÏD : « Pourquoi le Maghreb soutient Bachar Al-Assad »

- Solenne JOUANNEAU : « Imams en France, loin des clichés »


Les différentes séquences de l’émission :

01. Serge HALIMI : Guerre civile au sein de la droite américaine

01. Serge HALIMI : Guerre civile au sein de la droite américaine

Comment un promoteur immobilier new-yorkais marié à trois reprises peut-il être aussi populaire dans le sud des États-Unis, bastion de la droite religieuse ? Réponse en Alabama, avec des militants du Parti républicain qui s’affrontent autour de la candidature de Donald Trump.

pages 1 et 10 du Monde Diplo : Guerre civile au sein de la droite américaine

02. Philippe LEYMARIE : La grande chasse aux milliards

02. Philippe LEYMARIE : La grande chasse aux milliards

Au début des années 1990, la fin de la guerre froide devait vider les arsenaux et mettre fin à la plupart des conflits. Loin de régresser, les dépenses militaires dans le monde ont augmenté d’un tiers en dix ans, atteignant 1 520 milliards d’euros en 2014, année qui a connu plus de guerres que toute autre depuis l’an 2000.

pages 13, 14 et 15 du Monde Diplo : La grande chasse aux milliards

03. Akram BELKAÏD : Pourquoi le Maghreb soutient Bachar Al-Assad

03. Akram BELKAÏD : Pourquoi le Maghreb soutient Bachar Al-Assad

Contrairement au cliché réducteur qui veut qu’une ligne de fracture violente oppose désormais les deux branches principales de l’islam, de nombreux Maghrébins demeurent peu sensibles à la logique confessionnelle.

pages 6 et 7 du Monde Diplo : Pourquoi le Maghreb soutient Bachar Al-Assad

04. Solenne JOUANNEAU : Imams en France, loin des clichés

04. Solenne JOUANNEAU : Imams en France, loin des clichés

Principale incarnation de l’autorité islamique en France, les imams suscitent l’intérêt des pouvoirs publics, qui leur prêtent une grande influence. Il faudrait donc les surveiller, les encadrer, voire les former, pour éviter toute dérive communautaire. Cette lecture se heurte à la réalité du travail des religieux musulmans, dont le profil est avant tout déterminé par les fidèles qui fréquentent le lieu de culte.

pages 1 et 22 du Monde Diplo : Imams en France, loin des clichés

Merci à Sophie DURAND-NGÔ du Monde Diplomatique.

Programmation musicale :
- Parodie du Grinch : You’re A Mean One, Mr. Trump
- Keny Arkana : Cinquième Soleil

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Jérôme CHELIUS et Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Lors de notre café repaire du 14 novembre, nous évoquerons la situation au ROJAVA, une résistance ignorée des grands média. Nous serons accompagné du président de l’association "Amitiés kurdes de Bretagne". Venez nombreux !

Dernières publis

Une sélection :

À Nantes, deux mois après la mort d’Aboubakar tué par un policier. Un grand reportage de Dillah Teibi POURQUOI BRÛLER DES BIBLIOTHÈQUES ? Retour à Nantes AbonnésÉcouter

Le

70 bibliothèques ont été incendiées en France entre 1996 et 2013. Vous le saviez ? À Nantes en juillet dernier, lors des nuits d’émeutes qui ont suivi la mort d’Aboubakar Fofana 22 ans, tué par un policier, une bibliothèque a été brûlée, 10 000 livres sont partis en fumée. Pourquoi ? Vandalisme idiot ? Revanche culturelle ? Erreur de cible ? Pourquoi un tel sacrilège ? "C’est pour faire mal à l’Etat " nous dit un des incendiaires. Pourquoi brûler des bibliothèques ? À Nantes, un reportage de Dillah Teibi :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.