Un entretien de Jonathan Duong

Dans le Diplo de mars [INTÉGRALE]

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

  • Télécharger 01. Razmig Keucheyan : comment gagner la « bataille culturelle » ?

    - MP3 - 21 Mo

  • Télécharger 02. Clément Petitjean : c’est quoi, la « méthode » Alinsky ?

    - MP3 - 24 Mo

  • Télécharger 03. Marion Leclair : Mary Wollstonecraft, pionnière du féminisme

    - MP3 - 13.3 Mo

[RADIO] Dans le Diplo de mars [INTÉGRALE]
(photo : Benoît Tessier / Reuters)

Notre émission mensuelle avec l’équipe du Monde diplomatique, avec, autour de Jonathan Duong :

- Razmig Keucheyan : il faut gagner la bataille culturelle. Cette expression empruntée à Gramsci est devenue le mantra des femmes et des hommes politiques, de la socialiste Najat Vallaud-Belkacem à l’extrême droite Marion Maréchal-Le Pen, pour expliquer leurs défaites politiques ou électorales. Pas sûr qu’Antonio Gramsci, penseur marxiste, fondateur du Parti communiste italien emprisonné 11 ans par le régime fasciste, apprécierait cette descendance. Razmig Keucheyan revient au texte de Gramsci pour expliquer ce que la bataille culturelle n’est pas… et ce qu’elle devrait être.

(photo : Alliance Citoyenne d’Aubervilliers)

- Clément Petitjean : elle est de plus en prisée en France par des militants qui tentent de reconquérir les quartiers populaires : c’est la méthode Alinksy, du nom de son inventeur, Saul Alinsky, qui l’a expérimentée dans un quartier ouvrier de Chicago. Comment fédérer et organiser des personnes éloignées des pratiques militantes et politiques ? S’immerger dans un territoire, identifier les doléances des habitants, les aider à s’organiser et mener une lutte concrète et gagnable : voilà en quelques mots les principes que veut mettre en œuvre La France Insoumise par exemple, mais aussi des collectifs comme l’Alliance citoyenne de Grenoble ou celle d’Aubervilliers. Alinksy, la solution pour politiser les colères du quotidien ?

Mary Wollstonecraft (portrait : John Opie)


- Marion Leclair : née en 1759 dans une famille bourgeoise commerçante et industrielle, Mary Wollstonecraft expérimente dès son jeune âge l’étroitesse du rôle assigné à une jeune fille de l’Angleterre pré-industrielle, confinée à la sphère domestique.

Influencée par les révolutions américaine et française, elle se fait connaître par ses écrits en faveur de l’éducation des jeunes filles et sur la construction des « caractères sexués », ce qui en fait une précurseuse des études de genre du XXème siècle. Un peu oubliée au XIXème siècle, elle est redécouverte par la « deuxième vague » féministe des années 1970, qui voie en elle l’une des pionnières de la lutte pour l’émancipation des femmes.


Merci à Razmig Keucheyan, Clément Petitjean et Marion Leclair.

Merci ausssi à Anne Callait-Chavanel et à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

Programmation musicale :
- Claudio Lolli : Quello lì (compagno Gramsci)
- Nehemiah Luckett & Laura Newman : We are the 99 percent
- Ani DiFranco : Serpentine
- Bikini kills : Rebel Girl

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.