Entretiens : Jonathan Duong

Dans le Diplo de juin [INTÉGRALE]

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

  • Télécharger 01. Martine Bulard : comprendre le sommet entre Trump et Kim Jong-un

    - MP3 - 55.4 Mo

  • Télécharger 02. Renaud Lambert : Mexique, la gauche enfin au pouvoir ?

    - MP3 - 55 Mo

  • Télécharger 03. Évelyne Pieiller : le retour de la terre

    - MP3 - 38.6 Mo

[RADIO] Dans le Diplo de juin [INTÉGRALE]

Des sosies de Kim Jong-un et Donald J. Trump ont anticipé la rencontre historique.

Notre émission mensuelle avec l’équipe du Monde diplomatique, avec, autour de Jonathan Duong :

- Martine Bulard, rédactrice en chef adjointe du Monde diplomatique, co-auteure avec Sung Il-kwon de l’article « La politique du rayon de soleil »

01. Martine Bulard : comprendre le sommet entre Trump et Kim Jong-un

Historique, la poignée de main entre Donald J. Trump et Kim Jong-un le 12 juin à Singapour : c’est la première fois qu’un président des États-Unis rencontre un dirigeant nord-coréen. Mais comment en est-on arrivé là ? Il y a un an, la guerre semblait imminente entre les deux pays. La Corée du Nord procédait à des tirs de missiles intercontinentaux capables d’atteindre le territoire américain, le régime finalisait son arsenal nucléaire, et les deux dirigeants s’insultaient copieusement par médias interposés : « gâteux », « chien apeuré », « psychopathe », « régime vicieux », « petit gros » [1] Qu’est-ce qui a changé depuis 2017 pour que le chef suprême de la République populaire démocratique de Corée rencontre tout d’abord son homologue sud-coréen, Moon Jae-in, en avril dernier, puis Donald J. Trump ce 12 juin ?

- Renaud Lambert, rédacteur en chef adjoint du Monde diplomatique, auteur de l’article « Au Mexique, la tentation de l’espoir »

02. Renaud Lambert : Mexique, la gauche enfin au pouvoir ?

Des sympathisants d’Andrés Manuel López Obrador brandissent des drapeaux de Morena, le Mouvement de régénération nationale

On vote au Mexique le 1er juillet : outre 3 415 maires, gouverneurs, députés et sénateurs, c’est un nouveau président que doivent choisir les Mexicains. Le favori des sondages s’appelle « AMLO », initiales d’Andrés Manuel López Obrador, ancien maire de Mexico et candidat pour la troisième fois à la présidence : son élection pourrait mettre fin à des décennies de droite au pouvoir. Candidat anti-corruption, AMLO pourra-t-il être élu malgré les fraudes électorales massives qui pèsent régulièrement sur les élections mexicaines ? Présenté comme de gauche, pourra-t-il vraiment mettre fin à la violence et à la corruption, les deux fléaux qui minent le Mexique et ont été au cœur de la campagne électorale ?

Imagerie du Maréchal, Limoges, 1942

- Évelyne Pieiller, auteure de l’article « Le terroir ne ment pas »

03. Évelyne Pieiller : le retour de la terre

« La terre, elle, ne ment pas. Elle demeure votre recours. Elle est la patrie elle-même. Un champ qui tombe en friche, c’est une portion de France qui meurt. Une jachère à nouveau emblavée, c’est une portion de la France qui renaît. [2] » Ce discours du maréchal Pétain, le 25 juin 1940, a définitivement ancré le thème du terroir, des racines, dans une pensée de droite, conservatrice, réactionnaire. Sauf que le terroir, les « circuits courts » ou encore certains collectifs autogérés redonnent une nouvelle jeunesse à un thème utile pour s’opposer à la mondialisation néo-libérale, à la finance mondialisée. Un terrain fertile en confusionnisme.

Programmation musicale :
- North Korean Moranbong Band : With Pride
- Collectif : Yo te Amlo
- Georges Brassens : La Ballade des gens qui sont nés quelque part

Merci à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Même les ex-climato-sceptiques semblent avoir compris que nous allons droit dans le mur si rien ne change. La vie sur terre est réellement menacée et à court terme. Mais que faire ? Attendre que les politiques proposent des solutions... à petits pas ? Changer individuellement certaines de nos (...)

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.