Entretiens : Jonathan Duong

Dans le Diplo de juin [INTÉGRALE]

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

  • 01. Martine Bulard : comprendre le sommet entre Trump et Kim Jong-un

    - MP3 - 55.4 Mo

  • 02. Renaud Lambert : Mexique, la gauche enfin au pouvoir ?

    - MP3 - 55 Mo

  • 03. Évelyne Pieiller : le retour de la terre

    - MP3 - 38.6 Mo

[RADIO] Dans le Diplo de juin [INTÉGRALE]

Des sosies de Kim Jong-un et Donald J. Trump ont anticipé la rencontre historique.

Notre émission mensuelle avec l’équipe du Monde diplomatique, avec, autour de Jonathan Duong :

- Martine Bulard, rédactrice en chef adjointe du Monde diplomatique, co-auteure avec Sung Il-kwon de l’article « La politique du rayon de soleil »

01. Martine Bulard : comprendre le sommet entre Trump et Kim Jong-un

Historique, la poignée de main entre Donald J. Trump et Kim Jong-un le 12 juin à Singapour : c’est la première fois qu’un président des États-Unis rencontre un dirigeant nord-coréen. Mais comment en est-on arrivé là ? Il y a un an, la guerre semblait imminente entre les deux pays. La Corée du Nord procédait à des tirs de missiles intercontinentaux capables d’atteindre le territoire américain, le régime finalisait son arsenal nucléaire, et les deux dirigeants s’insultaient copieusement par médias interposés : « gâteux », « chien apeuré », « psychopathe », « régime vicieux », « petit gros » [1] Qu’est-ce qui a changé depuis 2017 pour que le chef suprême de la République populaire démocratique de Corée rencontre tout d’abord son homologue sud-coréen, Moon Jae-in, en avril dernier, puis Donald J. Trump ce 12 juin ?

- Renaud Lambert, rédacteur en chef adjoint du Monde diplomatique, auteur de l’article « Au Mexique, la tentation de l’espoir »

02. Renaud Lambert : Mexique, la gauche enfin au pouvoir ?

Des sympathisants d’Andrés Manuel López Obrador brandissent des drapeaux de Morena, le Mouvement de régénération nationale

On vote au Mexique le 1er juillet : outre 3 415 maires, gouverneurs, députés et sénateurs, c’est un nouveau président que doivent choisir les Mexicains. Le favori des sondages s’appelle « AMLO », initiales d’Andrés Manuel López Obrador, ancien maire de Mexico et candidat pour la troisième fois à la présidence : son élection pourrait mettre fin à des décennies de droite au pouvoir. Candidat anti-corruption, AMLO pourra-t-il être élu malgré les fraudes électorales massives qui pèsent régulièrement sur les élections mexicaines ? Présenté comme de gauche, pourra-t-il vraiment mettre fin à la violence et à la corruption, les deux fléaux qui minent le Mexique et ont été au cœur de la campagne électorale ?

Imagerie du Maréchal, Limoges, 1942

- Évelyne Pieiller, auteure de l’article « Le terroir ne ment pas »

03. Évelyne Pieiller : le retour de la terre

« La terre, elle, ne ment pas. Elle demeure votre recours. Elle est la patrie elle-même. Un champ qui tombe en friche, c’est une portion de France qui meurt. Une jachère à nouveau emblavée, c’est une portion de la France qui renaît. [2] » Ce discours du maréchal Pétain, le 25 juin 1940, a définitivement ancré le thème du terroir, des racines, dans une pensée de droite, conservatrice, réactionnaire. Sauf que le terroir, les « circuits courts » ou encore certains collectifs autogérés redonnent une nouvelle jeunesse à un thème utile pour s’opposer à la mondialisation néo-libérale, à la finance mondialisée. Un terrain fertile en confusionnisme.

Programmation musicale :
- North Korean Moranbong Band : With Pride
- Collectif : Yo te Amlo
- Georges Brassens : La Ballade des gens qui sont nés quelque part

Merci à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous au Bathyscaphe avec ATTAC 17 pour un débat sur le thème Uber, ubérisation... Demain tous ubérisés ? mercredi 20 novembre. Venez nombreux !

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin AbonnésVoir

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.