Entretiens : Jonathan Duong

Dans le Diplo d’octobre [INTÉGRALE]

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[RADIO] Dans le Diplo d’octobre [INTÉGRALE]

En 2017, dans un centre commercial de Taiyuan, pour l’année du chien

Notre émission mensuelle avec l’équipe du Monde diplomatique, avec, autour de Jonathan Duong :

- Martine Bulard, rédactrice en chef adjointe du Monde diplomatique, auteure de l’article « Chine - États-Unis, où s’arrêtera l’escalade des sanctions ? »

Croissance économique de plus de 4 %, taux de chômage officiel le plus bas depuis 50 ans, clause sociale imposée au Mexique, mesures protectionnistes opposées au libre-échange : les premiers résultats économiques de Trump déroutent notre grille de lecture. Même si l’antipathique président des États-Unis applique le programme pour lequel ses électeurs ont voté pour lui.

Que se passe-t-il entre les États-Unis et la Chine ? Une « guerre commerciale » initiée par Donald Trump pour contrer les effets néfastes du libre-échange. En réponse à l’augmentation des taxes sur les importations chinoises aux États-Unis, la Chine a décidé d’appliquer elle aussi de nouveaux droits de douane sur les produits en provenance des États-Unis.

Depuis 50 ans pourtant, les deux pays n’ont cessé d’intensifier leurs échanges commerciaux, pour devenir les deux poids lourds du libre-échange international (un tiers du PIB mondial à eux deux) :

- 1972 : première visite – historique – d’un président américain en Chine communiste, Nixon rencontre Mao à Pékin

- 1979 : les États-Unis reconnaissent officiellement la République populaire de Chine

- les années 1980 sont marquées en Chine par les réformes menées par Deng Xiaoping, l’ouverture économique du pays, l’arrivée des investisseurs étrangers, c’est-à-dire la conversion au capitalisme

- 2001 : adhésion de la Chine à l’Organisation Mondiale du Commerce, et donc au libre-échange international

Dix-sept ans plus tard, Trump est président des États-Unis, et contrairement à ses prédécesseurs démocrates ou républicains, il tire le bilan négatif de cette libéralisation. Les entreprises ont délocalisé leur production en Chine, pour profiter des bas salaires et des réglementations (notamment environnementales) moins contraignantes, ce qui a fait réagir Trump en août dernier : « l’Ohio a perdu 200 000 emplois manufacturiers depuis que la Chine a rejoint l’Organisation mondiale du commerce. L’OMC, un désastre total ! [1] »

Si la gauche a depuis longtemps dénoncé le dumping social et environnemental que permet la mondialisation, c’est Trump qui sort aujourd’hui le carton jaune. Carton jaune qui ne siffle pas pour autant la fin du libre-échange…

- Renaud Lambert, rédacteur en chef adjoint au Monde diplomatique et Sylvain Leder, professeur de sciences économiques et sociales, co-auteur du Manuel d’économie critique (Le Monde diplomatique, 2016), auteurs de l’article « Face aux marchés, le scénario d’un bras de fer »

Quand la gauche essayait : dans son livre, Serge Halimi étudiait les quatre périodes où la gauche est arrivée au pouvoir au XXème siècle : 1924, 1936, 1944, 1981 [2]. Avec un même constat : à chaque fois, la gauche au pouvoir se heurte à un mur, le mur de l’argent. Les marchés financiers et le capital, effrayés par le projet de la gauche, engagent un bras de fer avec le gouvernement progressiste. Sans que la gauche ne parvienne jamais à tirer les leçons du passé. Mais alors, la prochaine fois ? La gauche est-elle condamnée à échouer face aux marchés financiers ?

Devant l’arrivée d’un gouvernement progressiste idéal, le risque d’une réaction des marchés est à craindre : départ des investisseurs, fuite des capitaux, impossibilité de financer les nouvelles politiques. L’histoire l’a montré. Un projet radical de transformation politique, écologique, sociale, fiscale ne laissera pas indifférentes la finance et les puissances de l’argent. Comment se défendre face à la réaction des marchés ? Mieux vaut se poser la question avant de parvenir au pouvoir. Renaud Lambert et Sylvain Leder ont imaginé un scénario pour « désarmer les marchés ».

Jean-François Millet, L’Angélus, musée d’Orsay, 1857-1859, huile sur toile, 55,5 x 66 cm

- Aurélie Trouvé, maîtresse de conférences en économie à AgroParisTech, co-auteure avec Frédéric Courleux de l’article « Une politique agricole si peu commune »

Tout le monde a entendu parler de la PAC, mais pas grand monde sait vraiment en quoi ça consiste. Instituée dans le traité de Rome de 1957, qui fondait la Communauté économique européenne, la politique agricole commune (PAC) est l’une des toutes premières politiques communes aux pays de l’Union Européenne.

Les règles de la PAC actuelle arrivent à échéance le 31 décembre 2020. Les États européennes ont commencé à renégocier de nouvelles règles pour la période suivante, 2021-2027. Mais avec quels objectifs ? Respecter les règles de l’Organisation mondiale du commerce, au profit de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution ? Et au détriment des producteurs et des consommateurs ? C’est ce que craint la plateforme « Pour une autre PAC », qui rassemble une trentaine d’organisations comme la Confédération paysanne, Les Amis de la Terre ou ATTAC. Elles réclament une refonte de la PAC pour réorienter les aides vers l’emploi et vers une production écologique.

À quelques mois des élections européennes, raconter l’histoire de la politique agricole commune permet de comprendre le néolibéralisme à l’œuvre en Europe.

Programmation musicale :
- Higher Brothers x Famous Dex : Made In China
- Cora Vaucaire : Le Temps Des Cerises
- The Inspector Cluzo : A Man Oustanding In His Field

Merci à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».

Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE Accès libreLire

Le

Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites.