RADIO (61’27) - Avec l’équipe du Monde diplomatique

DANS LE DIPLO D’OCTOBRE

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Une poignée de milliardaires contrôle les médias chaque jour d’avantage. Les médiacrates à leur service se prétendent libres et rebelles, sentinelles de la démocratie et guerilleros de la liberté d’expression.
Mais celui qui paie l’orchestre choisit la musique. Et c’est toujours les mêmes chansons qu’il demande, la crise, l’austérité, la croissance, le terrorisme, le migrant, le déclin, le "c’était mieux avant". Certes il y a le mal de dos, les francs-maçons, les pervers narcissiques et les vieux nouveaux réacs en couverture pour meubler les conversations. Mais nos médias sont devenus surtout - et de plus en plus - un très puissant rouleau compresseur quand il s’agit d’écraser Syriza, de criminaliser les salariés d’Air France, ou de ringardiser Jeremy Corbyn. Et les médias du service public hélas, les copient de plus en plus.
Contre cette puissante fabrique du consentement, quelques médias indépendants résistent et proposent d’autres armes et d’autres grains à moudre. C’est nous, LÀ-BAS, ici, c’est NADA qui fête ses deux ans, c’est BASTA qui se développe, c’est ACRIMED qui a changé de look, c’est d’autres encore qui inventent qui s’entêtent et qui ne lâchent rien. Et bien sûr c’est aussi nos collègues du Monde diplomatique que nous retrouvons en prenant le temps. Chaque mois comme disait l’ami Gébé « On arrête tout, on réfléchit et c’est pas triste ».

DANS LE DIPLO D’OCTOBRE 2015

Écouter l'émission

  • Télécharger 01. Serge HALIMI (21’40)

    - MP3 - 27.7 Mo

  • Télécharger 02. Vladimir CAGNOLARI (11’19)

    - MP3 - 15.5 Mo

  • Télécharger 03. Renaud LAMBERT (13’29)

    - MP3 - 18.5 Mo

  • Télécharger 04. Évelyne PIEILLER(14’59)

    - MP3 - 19.2 Mo

Autour de Daniel MERMET :
- Serge HALIMI : « Faire sauter le verrou médiatique »
- Vladimir CAGNOLARI : « Croissance sans réconciliation en Côte d’Ivoire »
- Renaud LAMBERT : « Jeremy CORBYN, l’homme à abattre », d’Alex NUNNS
- Évelyne PIEILLER : « Saltimbanques, fauteurs de troubles »


Les différentes séquences de l’émission :


01. Serge HALIMI : « Faire sauter le verrou médiatique » (21’40)

01. Serge HALIMI (21’40)

Ne pas engager de combat contre le système de l’information dominante constitue une erreur de calcul autant qu’une faute intellectuelle. D’autant que la critique des médias sert souvent de point d’entrée en politique à de nouvelles générations, aussi saturées de nouvelles et de commentaires que défiantes envers le journalisme professionnel.

Un article de Serge HALIMI, à lire sur le site du Monde Diplomatique.


02. Vladimir CAGNOLARI : « Croissance sans réconciliation en Côte d’Ivoire » (11’19)

02. Vladimir CAGNOLARI (11’19)

La Côte d’Ivoire prépare dans le calme le scrutin présidentiel du 25 octobre. Mais cette tranquillité pourrait n’être qu’apparente. Car la guerre civile de 2002-2007, puis l’affrontement sanglant qui a opposé le chef de l’État Laurent Gbagbo à son rival Alassane Ouattara en 2010-2011 ont laissé des traces.


03. Renaud LAMBERT : « Jeremy CORBYN, l’homme à abattre » (13’29)

03. Renaud LAMBERT (13’29)

Un article d’Alex NUNNS. Incarnant l’aile la plus progressiste du Labour, Jeremy Corbyn a bénéficié d’un mouvement de masse. Parlementaires et apparatchiks n’entendent toutefois pas lui faciliter la tâche.


04. Évelyne PIEILLER : « Saltimbanques, fauteurs de troubles » (14’59)

04. Évelyne PIEILLER(14’59)

Jadis, on reprochait aux comédiens de témoigner de bien peu de moralité. Ils appartenaient majoritairement à la marge, à la bohème, sinon à la canaille. Aujourd’hui, on les appelle intermittents, ce qui les associe à un aimable dilettantisme. Jouer, ce ne serait pas travailler.


Programmation musicale :
- Charlélie Couture : "Autocensure"
- LKJ : "Ingland is a bitch"
- Jack Simard : "Intermittent"

N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

Entretiens : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER
Montage : Grégory SALOMONOVITCH
Préparation : Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Voir aussi

À lire :

- Le Monde diplomatique du mois d’octobre 2015, en kiosque ou sur www.monde-diplomatique.fr

- Afrique : enfer et eldorado, le prochain numéro de Manière de voir (octobre-novembre 2015)

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

  • Lors de notre café repaire du 14 novembre, nous évoquerons la situation au ROJAVA, une résistance ignorée des grands média. Nous serons accompagné du président de l’association "Amitiés kurdes de Bretagne". Venez nombreux !

Dernières publis

Une sélection :

À Nantes, deux mois après la mort d’Aboubakar tué par un policier. Un grand reportage de Dillah Teibi POURQUOI BRÛLER DES BIBLIOTHÈQUES ? Retour à Nantes AbonnésÉcouter

Le

70 bibliothèques ont été incendiées en France entre 1996 et 2013. Vous le saviez ? À Nantes en juillet dernier, lors des nuits d’émeutes qui ont suivi la mort d’Aboubakar Fofana 22 ans, tué par un policier, une bibliothèque a été brûlée, 10 000 livres sont partis en fumée. Pourquoi ? Vandalisme idiot ? Revanche culturelle ? Erreur de cible ? Pourquoi un tel sacrilège ? "C’est pour faire mal à l’Etat " nous dit un des incendiaires. Pourquoi brûler des bibliothèques ? À Nantes, un reportage de Dillah Teibi :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.