Les Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural soumises aux lois du marché

Comment les Safer font des affaires Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Comment les Safer font des affaires [RADIO]

Les Safer, ce sont les Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural. Inventés en 1960 afin « de régler, d’orienter, d’organiser, de tempérer » la cession des terres agricoles – selon les mots du ministre de l’Agriculture du général de Gaulle, Edgard Pisani –, ces organismes censés réguler le marché du foncier agricole ont vu leur financement étatique définitivement supprimé en 2017 [1]. Depuis, financées par le produit de la vente des terres, les Safer font l’inverse de ce qu’elles étaient censées faire : les prix des terres s’envolent. L’inflation intéresse les investisseurs extérieurs au monde agricole, et la spéculation menace l’installation de nouvelles exploitations. La journaliste Lucile Leclair nous raconte comment ces Safer, hier puissant instrument de régulation du marché foncier agricole, aujourd’hui font des affaires.

Un entretien de Jonathan Duong avec Lucile Leclair, journaliste, auteure de l’article « La bagarre de l’hectare » dans Le Monde diplomatique de juillet.

Programmation musicale :
- Les Glottes Rebelles : Le chant des paysans
- Ricet Barrier : Le Vieux

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Jonathan Duong
réalisation : Sylvain Richard
montage : Jérémie Younes

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1« Nous assistons trop souvent à l’ acquisition de terres par des personnes étrangères à la vie paysanne et inaptes à exercer le métier d’agriculteur. Le développement, dans certaines zones, de ces acquisitions pose des problèmes graves, parce qu’il décourage l’exploitant agricole de tradition paysanne. À cet égard, il nous faut pouvoir éviter les abus. Il ne s’agira pas d’intervenir à tout propos et dans toutes les conditions : il s’agira seulement de régler, d’orienter, d’organiser, de tempérer les orientations qui nous paraissent à tous dangereuses à la longue. Il va sans dire que ce droit de préemption s’inscrit après le droit de préemption préexistant, en particulier celui du fermier », Edgard Pisani, ministre de l’Agriculture, Assemblée nationale, 13 septembre 1961.

Voir aussi

- À LIRE :

Le Monde diplomatique du mois de juillet, en kiosques et en ligne sur www.monde-diplomatique.fr

Lucile Leclair, « La bagarre de l’hectare », Le Monde diplomatique, juillet 2019

Gaspard d’Allens et Lucile Leclair, Les Néo-paysans, Seuil, Paris, 2016

- À VOIR :

Raymond Depardon, La Vie moderne, France, 2008, 1h28

Sur notre site

À écouter

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.