Tout un été Là-bas

Comment le numérique nique la planète Abonnés

1

Le

Tout un été Là-bas, c’est le temps de prendre son temps… le temps de (re)découvrir le meilleur de Là-bas, mais aussi des surprises et des pépites à déguster.

Agbogbloshie, dans la banlieue d’Accra, la capitale du Ghana, abrite l’une des plus grosses décharges de matériel électronique au monde. Plusieurs centaines de personnes, dont des enfants, y travaillent à la collecte et au tri des composants électroniques (MUNTAKA CHASANT/SOLENT NE/SIPA)

[EXTRAIT] Comment le numérique nique la planète [RADIO]

« Pensez environnement ! N’imprimez cet e-mail que si c’est nécessaire. » Longtemps, cette simple signature en bas d’un e-mail a laissé croire que l’échange dématérialisé d’un message était propre, plus propre que son impression et son envoi physique. Sauf que l’augmentation exponentielle du volume de données numériques que nous produisons vient changer la donne.

Les textes, images et vidéos auxquels nous accédons via Internet ne sont plus stockés sur nos ordinateurs et nos téléphones, mais dans de gigantesques fermes de données énormément consommatrices en énergie. Nos appareils, qui sont de fait de plus en plus petits et légers, sont paradoxalement très lourds, coûteux et polluants à produire : la quantité d’énergie qu’il faut pour extraire la soixantaine de métaux rares qui rentrent dans la composition d’un téléphone portable est colossale. Si les grandes entreprises du numérique mettent en avant les économies d’énergie que permettent leurs services (une visioconférence sera toujours plus écologique qu’un déplacement en avion pour assister à une réunion…), elles occultent soigneusement l’impact négatif de leurs services virtuels – en apparence inoffensifs – sur le climat. C’est ce que révèle une nouvelle enquête du journaliste Guillaume Pitron, après avoir dévoilé une première face cachée de la transition énergétique et numérique dans La guerre des métaux rares.

Un entretien de Jonathan Duong avec Guillaume Pitron, qui publie L’Enfer numérique. Voyage au bout d’un like (Les Liens Qui Libèrent, 2021).

Programmation musicale :
- Marc-Étienne : L’ère numérique
- Thurofly : Existence numérique
- Igorrr : Houmous
- Her ft. AnnenMayKantereit, Roméo Elvis : On & On

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.