Avec Guillaume Pitron, qui publie « L’enfer numérique. Voyage au bout d’un like »

Comment le numérique nique la planète Abonnés

1

Le

Agbogbloshie, dans la banlieue d’Accra, la capitale du Ghana, abrite l’une des plus grosses décharges de matériel électronique au monde. Plusieurs centaines de personnes, dont des enfants, y travaillent à la collecte et au tri des composants électroniques (MUNTAKA CHASANT/SOLENT NE/SIPA)

[EXTRAIT] Comment le numérique nique la planète [RADIO]

« Pensez environnement ! N’imprimez cet e-mail que si c’est nécessaire. » Longtemps, cette simple signature en bas d’un e-mail a laissé croire que l’échange dématérialisé d’un message était propre, plus propre que son impression et son envoi physique. Sauf que l’augmentation exponentielle du volume de données numériques que nous produisons vient changer la donne.

Les textes, images et vidéos auxquels nous accédons via Internet ne sont plus stockés sur nos ordinateurs et nos téléphones, mais dans de gigantesques fermes de données énormément consommatrices en énergie. Nos appareils, qui sont de fait de plus en plus petits et légers, sont paradoxalement très lourds, coûteux et polluants à produire : la quantité d’énergie qu’il faut pour extraire la soixantaine de métaux rares qui rentrent dans la composition d’un téléphone portable est colossale. Si les grandes entreprises du numérique mettent en avant les économies d’énergie que permettent leurs services (une visioconférence sera toujours plus écologique qu’un déplacement en avion pour assister à une réunion…), elles occultent soigneusement l’impact négatif de leurs services virtuels – en apparence inoffensifs – sur le climat. C’est ce que révèle une nouvelle enquête du journaliste Guillaume Pitron, après avoir dévoilé une première face cachée de la transition énergétique et numérique dans La guerre des métaux rares.

Un entretien de Jonathan Duong avec Guillaume Pitron, qui publie L’Enfer numérique. Voyage au bout d’un like (Les Liens Qui Libèrent, 2021).

Programmation musicale :
- Marc-Étienne : L’ère numérique
- Thurofly : Existence numérique
- Igorrr : Houmous
- Her ft. AnnenMayKantereit, Roméo Elvis : On & On

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chlordécone. Grand reportage radio Chlordécone, un crime impuni Accès libreÉcouter

Le

Trois manifestations simultanées. Une en Martinique, une en Guadeloupe et une place de la République à Paris. Ce qui a réuni plusieurs milliers de personnes ce samedi 27 février 2021, c’est le risque de voir la prescription empêcher la justice de condamner les responsables de la pollution au chlordécone. Entre 1972 et 1993, cet insecticide a été autorisé et utilisé dans les bananeraies des Antilles, alors que sa dangerosité était connue et documentée. Pire même, entre 1990 et 1993, il est enfin retiré de la vente en métropole, mais des dérogations successives permettent au chlordécone de continuer à être utilisé en Martinique et en Guadeloupe, entraînant une contamination des sols et des eaux et une explosion du nombre de cancers.

Julian Assange, cyberterroriste ? Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Pour toute une génération aujourd’hui dans le monde, Julian Assange est le héros qui invente Wikileaks, qui dévoile les crimes de guerre des États-Unis en Irak, qui diffuse des milliers de pages de documents officiels, qui fait trembler États et services de renseignement.

IL EST OÙ LE BONHEUR ? Un entretien de Daniel Mermet avec François Ruffin FRANÇOIS RUFFIN, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE AbonnésVoir

Le

Comme tout le monde Francois RUFFIN se repeint en vert et part en guerre pour le climat. Tous ensemble, nous sommes tous sur le même bateau, riches, pauvres, prolétaires et actionnaires, chouette, alors ! Finie la guerre des classes ! Macron et ses copains se frottent les mains. Eh non, dit Ruffin, au contraire, la crise écologique renforce la lutte des classes.

Ah ! quelle belle boîte à outils Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Munissez-vous de votre boîte à outils car, parfois, le pire est dans le fruit, le fruit défendu.
Si la serrure de votre ceinture de chasteté reste bloquée... Si votre lit à vérin hydraulique ne coulisse plus... on est bien content de tomber sur Bruno.
Ah Bruno !
Rencontré par notre sexploratrice, cet artisan-là vaut le détour.
Une nouvelle diffusion d’un reportage d’Anne Riou.