Une agence rémunérée pour mener des campagnes de désinformation au cœur des médias en ligne ? Un ancien rédacteur témoigne

« Comment j’ai pondu des centaines d’articles de presse bidon financés par des intérêts privés » Abonnés

1

Le

Atelier des Beaux arts, mai 1968

[EXTRAIT] « Comment j’ai pondu des centaines d’articles de presse bidon financés par des intérêts privés » [RADIO]

C’est un témoignage étonnant, qui éclaire de manière inédite la fabrique de l’information, ou plutôt de la désinformation en ligne : pendant des années, celui que nous appellerons Julien a travaillé pour l’agence iStrat, devenue Maelstrom Media.

La mission de Julien ? Rédiger, caché sous de multiples signatures différentes, des faux articles de presse destinés à alimenter des blogs ou des sites de presse en ligne, reconnus comme tels par la CPPAP, la Commission paritaire des publications et agences de presse dont le rôle est justement de contrôler qui a le droit de se revendiquer comme un média. Le but de ce travail ? Tromper le lecteur qui pense tomber sur un billet d’opinion ou un article de presse de type journalistique, sans savoir qu’il a été sciemment et pécuniairement commandé dans le but de défendre tel ou tel intérêt. Nucléaire, compteur Linky, junte militaire, géopolitique du continent africain, énergies renouvelables, comme un bon petit soldat de la désinformation, Julien est devenu en quelques années un expert pour pondre en quelques heures n’importe quel article, sur n’importe quel sujet qu’il ne connaît pas, en défendant le point de vue que ses commanditaires lui imposent.

Justement, qui sont les commanditaires des articles ? Qui se cache derrière l’agence iStrat ? Difficile de percer l’opacité installée par l’entreprise, mais devinez qui a dirigé l’agence iStrat pendant quelques mois en 2013 et 2014 : Olivia Grégoire, la porte-parole du gouvernement d’Élisabeth Borne ! Il faut croire qu’Olivia Grégoire a décidé de bâtir sa carrière sur la désinformation…

Jonathan Duong a recueilli le témoignage de Julien, qui a raconté son histoire dans le dernier numéro de Fakir après avoir tout claqué quand on lui avait demandé d’écrire sur… François Ruffin ! Tiens alors, mais qui aurait bien pu vouloir salir le député de la Somme et fondateur du journal Fakir ?

Programmation musicale :
- Les acrobates : Le journaliste

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.