En salles aujourd’hui : « L I B R E », un film de Michel Toesca avec Cédric Herrou

Cédric Herrou : « Ciotti est amoureux de moi ! » Abonnés

1

Le

Agriculteur, éleveur de poulets, citoyen pour certains, délinquant pour d’autres. Lui se dit aussi « anarchiste ». Un anarchiste qui s’efforce de faire appliquer la loi : celle qui assure aux migrants de pouvoir déposer une demande d’asile à la frontière franco-italienne, dans la vallée de la Roya où se trouve sa ferme. Un droit que leur dénient le préfet des Alpes-Maritimes et les forces de l’ordre, en préférant les repousser à la frontière italienne.

Parce qu’il accueille, héberge, encadre, accompagne juridiquement ces centaines d’Érythréens et de Sud-Soudanais, il est devenu la bête noire d’Éric Ciotti, président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes : « qui peut dire avec certitude que dans les centaines de migrants que M. Herrou se targue d’avoir fait passer ne se dissimule pas un futur terroriste ? [1] ». Cédric Herrou, lui, rappelle que c’est justement la fermeture des frontières aux migrants qui est plus meurtrière que jamais. Un récent rapport de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés déplore l’augmentation du nombre de morts en Méditerranée : au premier semestre 2017, une personne qui tentait la traversée de la Méditerranée sur 42 en mourrait. Cette année, ce chiffre est monté à une personne sur 18 sur la même période [2].

Même certains policiers et gendarmes ont confié à Cédric Herrou désapprouver la gestion policière et militaire de la question migratoire : ils ont préféré mettre en place avec lui un « protocole » pour garantir le dépôt des demandes d’asile.

Michel Toesca a filmé pendant trois ans Cédric Herrou, ainsi que tous les citoyens de la vallée de la Roya qui sont toujours menacés de poursuites judiciaires pour leur action : après le succès de la projection au dernier festival de Cannes, le film Libre sort aujourd’hui en salles.

Un entretien de Daniel Mermet avec Cédric Herrou.

La bande-annonce de Libre, en salles mercredi 26 septembre :

Bande-annonce LIBRE de Michel Toesca - 26 septembre 2018
par jour2fete

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Pierre Seel, homosexuel déporté Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Les provocations homophobes du député UMP Christian VANESTE sur "la légende de la déportation des homosexuels" a ramené l’attention sur l’histoire de Pierre Seel, mort en 2005, après un combat pathétique pour faire connaître la persécutions des homosexuels par les nazis.

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?