Participer aux européennes, ou « faire sauter Bruxelles » ?

Belgique, Portugal, Grèce : où en est la gauche en Europe ? Abonnés

1

Le

Les élections européennes qui se tiendront en mai prochain nous concernent-elles ? Comment se sortir du piège tendu par les capitalistes libéraux et populistes ? Faut-il participer dans les institutions européennes, ou « faire sauter Bruxelles » ? À la fête de l’Huma, un entretien de Daniel Mermet avec Raoul Hedebouw (Belgique), Cristina Semblano (Portugal) et Manolis Kosadinos (Grèce)

[EXTRAIT] Où en est la gauche en Europe ?

Depuis quelques mois, une petite musique monte, celle qui doit nous amener à « bien » voter aux élections européennes de mai prochain en restreignant le choix à deux options : d’un côté les capitalistes « libéraux », autoproclamés démocrates et progressistes, dont Macron se veut le leader, et de l’autre les capitalistes « populistes », la droite extrême, nationaliste, conservatrice, incarnée par exemple par le Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

La ficelle est grosse, et l’on voit bien que son objectif est d’effacer l’option de gauche, non-capitaliste, qui se construit et existe pourtant dans plusieurs pays du vieux continent. Au Portugal, c’est une coalition de gauche qui est au pouvoir, ou plutôt, le Parti socialiste, appuyé et contraint dans ses choix politiques par une gauche radicale anti-austéritaire [1]. En Belgique wallone, le Parti des Travailleurs de Belgique, d’inspiration marxiste, longtemps cantonné aux scores électoraux anecdotiques, est aujourd’hui situé entre 15 et 20% des intentions de votes [2]. Et en Grèce, malgré la trahison historique de Syriza, une partie non-négligeable de la gauche résiste encore et a fondé l’Unité Populaire [3].

Comment tout ce beau monde envisage-t-il l’échéance des élections européennes de mai prochain ? Comment se sortir du piège tendu par les capitalistes libéraux et populistes ? Où en est la gauche en Europe, alors que 13 des 27 pays sont gouvernés par une droite dure ? Faut-il participer dans les institutions européennes, ou « faire sauter Bruxelles » [4] ?

À la fête de l’Huma, un entretien de Daniel Mermet avec :

  • Raoul Hedebouw, député fédéral et porte-parole national du Parti du Travail de Belgique
  • Cristina Semblano, membre du bureau national du Bloco de Esquerda (Portugal)
  • Manolis Kosadinos, membre de l’Unité Populaire (Grèce)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

Il y a 50 ans, assassinat de Martin Luther King. Entretien de Daniel Mermet avec l’historienne Sylvie Laurent Martin Luther King, l’insurgé AbonnésVoir

Le

Aseptisé, édulcoré, récupéré, Martin Luther King n’est pas seulement celui qui a fait le rêve de la fraternité entre les enfants du bon Dieu américain. Toute une partie de son combat social et radical a été passé sous silence. À l’occasion du cinquantième anniversaire de son assassinat, le 4 avril 1968, par un partisan de la ségrégation raciale, voici un entretien avec Sylvie Laurent, historienne, auteure de Martin Luther King. Une biographie intellectuelle et politique (Seuil, 2015).