Participer aux européennes, ou « faire sauter Bruxelles » ?

Belgique, Portugal, Grèce : où en est la gauche en Europe ? Abonnés

1

Le

Les élections européennes qui se tiendront en mai prochain nous concernent-elles ? Comment se sortir du piège tendu par les capitalistes libéraux et populistes ? Faut-il participer dans les institutions européennes, ou « faire sauter Bruxelles » ? À la fête de l’Huma, un entretien de Daniel Mermet avec Raoul Hedebouw (Belgique), Cristina Semblano (Portugal) et Manolis Kosadinos (Grèce)

[EXTRAIT] Où en est la gauche en Europe ?

Depuis quelques mois, une petite musique monte, celle qui doit nous amener à « bien » voter aux élections européennes de mai prochain en restreignant le choix à deux options : d’un côté les capitalistes « libéraux », autoproclamés démocrates et progressistes, dont Macron se veut le leader, et de l’autre les capitalistes « populistes », la droite extrême, nationaliste, conservatrice, incarnée par exemple par le Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

La ficelle est grosse, et l’on voit bien que son objectif est d’effacer l’option de gauche, non-capitaliste, qui se construit et existe pourtant dans plusieurs pays du vieux continent. Au Portugal, c’est une coalition de gauche qui est au pouvoir, ou plutôt, le Parti socialiste, appuyé et contraint dans ses choix politiques par une gauche radicale anti-austéritaire [1]. En Belgique wallone, le Parti des Travailleurs de Belgique, d’inspiration marxiste, longtemps cantonné aux scores électoraux anecdotiques, est aujourd’hui situé entre 15 et 20% des intentions de votes [2]. Et en Grèce, malgré la trahison historique de Syriza, une partie non-négligeable de la gauche résiste encore et a fondé l’Unité Populaire [3].

Comment tout ce beau monde envisage-t-il l’échéance des élections européennes de mai prochain ? Comment se sortir du piège tendu par les capitalistes libéraux et populistes ? Où en est la gauche en Europe, alors que 13 des 27 pays sont gouvernés par une droite dure ? Faut-il participer dans les institutions européennes, ou « faire sauter Bruxelles » [4] ?

À la fête de l’Huma, un entretien de Daniel Mermet avec :

  • Raoul Hedebouw, député fédéral et porte-parole national du Parti du Travail de Belgique
  • Cristina Semblano, membre du bureau national du Bloco de Esquerda (Portugal)
  • Manolis Kosadinos, membre de l’Unité Populaire (Grèce)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »