Émission en accès libre

Autour du Diplo de mars

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Victoire de Syriza le 25 janvier 2015 (photo : Lefteris Pitarakis pour AP)

En accès libre pour tous, nous retrouvons ce mois-ci l’équipe du Monde Diplomatique autour du numéro de mars, avec Pierre RIMBERT et Benoît BRÉVILLE qui, à quelques jours des élections départementales, analysent les stratégies électorales d’« une gauche assise à la droite du peuple », Serge HALIMI qui cherche à « soutenir la Grèce », Renaud LAMBERT qui revient sur l’histoire de la « dette publique, un siècle de bras de fer » et David GARCIA qui nous rappelle que « le bâtisseur du dictateur » du Turkménistan, Martin Bouygues, est bien vivant.

Écouter l'émission

  • Partie 1ère : Pierre RIMBERT

    - MP3 - 7.5 Mo

  • Partie 2 : Benoît BRÉVILLE

    - MP3 - 10 Mo

  • Partie 3 : Serge HALIMI

    - MP3 - 9.7 Mo

  • Partie 4 : Renaud LAMBERT

    - MP3 - 7.2 Mo

  • Partie 5 : David GARCIA

    - MP3 - 9.5 Mo

Autour du DIPLO de mars 2015

Partie 1ère : Pierre RIMBERT

Partie 1ère : Pierre RIMBERT

« Une gauche assise à la droite du peuple »  : c’est un jeu de chaises musicales dans lequel les partis politiques s’agitent autour d’un petit nombre d’idées : multiculturalisme, inégalités territoriales, séparatisme ethnique, peuple et caste, valeurs et cultures.


Partie 2 : Benoît BRÉVILLE

Partie 2 : Benoît BRÉVILLE

Christophe Guilluy est un géographe très écouté par le PS et par la droite pour son analyse de la « France périphérique ». Pourtant le clivage qu’il décrit entre les métropoles dynamiques d’un côté et les communes périurbaines et petites villes de l’autre se double d’une vision ethnico-culturelle discutable, en même temps qu’il oublie un peu vite les antagonismes de classes.


Partie 3 : Serge HALIMI

Partie 3 : Serge HALIMI

« Soutenir la Grèce »  : appuyée par la plupart des capitales européennes, l’Allemagne n’accepte pas l’arrivée au pouvoir à Athènes d’un gouvernement de gauche déterminé à appliquer son programme. Elle prétend tirer argument de sa domination économique et financière pour contraindre la Grèce à tenir le cap d’une politique d’austérité qui l’a ruinée.


Partie 4 : Renaud LAMBERT

Partie 4 : Renaud LAMBERT

« Dette publique, un siècle de bras de fer »  : de Berlin à Bruxelles, les gouvernements et les institutions financières fondent leur évangile sur l’éthique : la Grèce doit payer, question de principe ! L’histoire montre toutefois que la morale n’est pas le principal arbitre des conflits entre créditeurs et débiteurs.


Partie 5 : David GARCIA

Partie 5 : David GARCIA

« Le bâtisseur du dictateur »  : absence totale de liberté et culte caricatural de la personnalité n’ont pas empêché le Turkménistan d’entretenir de bons rapports tant avec les Occidentaux qu’avec les Russes ou les Chinois. Ce pays neutre d’Asie centrale, au sous-sol gorgé de gaz, représente un client de choix pour les entreprises étrangères qui savent ne pas poser trop de questions, à l’instar du champion français du bâtiment.

Le 10 septembre 1996, Martin Bouygues ne trouve pas de plus beau cadeau à offrir au "Turkmenbachi" Saparmourad Niazov en visite à Paris, que d’organiser une émission spéciale sur TF1. Tellement spéciale que l’actionnaire principal de la chaîne s’y invite lui-même pour vanter le « cadre législatif clair et simple » du Turkménistan. Tellement spéciale qu’elle n’a jamais été diffusée, le seul but étant de faire plaisir au dictateur turkmène. Regardez cette interview bidon, jamais diffusée sur TF1 :


Programmation musicale :
- Votez pour moi, par Maujard
- La Dette
- Bikan Stin Poli I Ohtri, par Nikos Xilouris

À lire :
- Le numéro de mars 2015 du Monde Diplomatique

Merci à Diana Prak du Monde Diplomatique.
Et n’oubliez pas que le répondeur attend toujours vos messages au 01 85 08 37 37.

Présentation : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER
Préparation et montage : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)


Abonnez-vous, offrez un abonnement, abonnez-vous collectivement. Sans publicité, sans subvention, sans actionnaire, c’est uniquement vos abonnements qui nous permettent de construire et de développer un média indépendant, modeste, génial et nettement plus près des jetables que des notables. Et ça marche !

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous au Bathyscaphe avec ATTAC 17 pour un débat sur le thème Uber, ubérisation... Demain tous ubérisés ? mercredi 20 novembre. Venez nombreux !

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin AbonnésVoir

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.