LÀ-BAS Hebdo n°17

Autour du Diplo de mai Abonnés

Le

dessin : Daniel MERMET

Marine Le Pen déguisée en Georges Marchais, François Hollande déguisé en Fidel Castro, Obama déguisé en ami de l’Iran, la droite déguisée en gauche, la gauche déguisée en droite. La politique est un grand bal masqué. Un honnête cochon aurait du mal à retrouver ses petits dans ce grand club échangiste, FN contre l’UMPS, Sarkozy contre le FNPS, la gauche contre l’UMPFN. Serge Halimi tente d’y voir clair dans cette décourageante confusion politique. Un brouillard propice aux djihadistes du libre-échange et aux va-t-en-guerre de la civilisation.
En évoquant un nouveau parti allemand d’extrême droite, l’AfD (Alternative für Deutschland), Dominique Vidal ne nous rassure pas vraiment sur la montée de l’extrême droite dans l’Europe du souriant Monsieur Juncker.
Renaud Lambert nous raconte la jolie (?) histoire des souris qui avaient élu un gros chat noir, puis qui, déçues, votèrent pour un gros chat blanc. Ce qui l’amène à nous emmener au Portugal puis en Irlande pour évaluer les soutiens dont la Grèce de Syriza pourrait bénéficier. Lorsque les souris eurent enfin l’idée de voter pour une souris, celle ci fut arrêtée et jeter en prison pour "communisme". Toute ressemblance avec le chat allemand et la souris grecque ne serait pas invraisemblable.
Picasso a battu un record de vente, un Giacometti a atteint une somme astronomique. Pas un mot sur le sculpteur de L’Homme qui marche ou sur le peintre de Guernica. La spéculation a envahi l’art jusqu’à le faire disparaître. On pérore, on s’esbaudit mais il n’y a rien à voir. Le mur est nu comme le roi. L’art, l’argent et le pouvoir sont un vieux trio infernal dans l’histoire de l’Occident. Leurs convulsions impures ont engendré des Vélasquez et des Delacroix, des Fra Angelico et des Calder, et même des Van Gogh. Leurs successeurs aujourd’hui sont relégués derrière le grand mur vide de l’« Art contemporain » que Franck Lepage appelle « Art comptant pour rien » et qui illustre parfaitement le néant béant de l’utopie néo-libérale. Gérard Mordillat pose la question "Voir ou avoir ?"

LÀ-BAS Hebdo n°17 (extrait)

Les différentes séquences de l’émission
01. Vos messages sur le répondeur

01. Vos messages sur le répondeur

Quelques messages parmi ceux que vous avez laissés sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.


02. Comment échapper à la confusion politique

Idéologies changeantes, alliances déconcertantes. La multiplication des alliances entre des États qu’a priori tout oppose rend plus délicate la compréhension des relations internationales. Et l’information accélère sans cesse la cadence, ce qui accroît la confusion ambiante. Dans ce contexte chaotique, comment conjurer les replis identitaires et clarifier les enjeux ? Gérard MORDILLAT, Renaud LAMBERT et Dominique VIDAL réagissent à l’article de Serge HALIMI.


03. Allemagne : à droite du nouveau

L’Allemagne, puissance sans désir. Sortir de l’euro, mais par la droite. Telle est la base du programme de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), une formation politique nationaliste et conservatrice dont l’essor sème le trouble, et que Dominique VIDAL a rencontrée.


04. Renaud LAMBERT à la recherche du prochain Syriza

De Lisbonne à Dublin, sur quels alliés Athènes peut-elle compter ? Dans le bras de fer qui l’oppose à Berlin, Athènes cherche des soutiens. L’élection de M. Alexis Tsipras a-t-elle profité à ses alliés potentiels ailleurs en Europe ?

En 1944, Tommy Douglas, dirigeant politique canadien, reprenait dans un discours la parabole de "Mouseland", le pays des souris :

Tommy Douglas : « Mouseland », le pays des souris
par Là-bas si j'y suis

05. Gérard MORDILLAT : voir ou avoir ?

La force des peintres contre les artifices des marchands. Cadavres dans le formol, vidéos de filles nues roulées dans la boue : ces audaces très convenues, portées par la valeur financière que leur confèrent des effets de mode, dominent l’art contemporain. Plus discrètement, des peintres continuent, eux, d’affronter la toile pour produire les déflagrations esthétiques et sensorielles à même de nourrir l’œil, le cerveau et tout le corps du spectateur.
"Ecce Homo X", d'Ernest Pignon-Ernest, pendant l'exposition « Prisons » à la galerie Lelong à Paris {JPEG}

"Ecce Homo X", d’Ernest Pignon-Ernest, parmi l’exposition « Prisons » à la galerie Lelong à Paris

Merci à Diana Prak du Monde Diplomatique.


Programmation musicale :
- Jeunesse du monde, par Keny Arkana
- Europa, par Les Wampas
- Milieu Art Contemporain, par Nux Vomica

À lire :
- Le Monde Diplomatique du mois de mai 2015, en kiosques ou sur www.monde-diplomatique.fr
-  Libre-échange : la déferlante , le prochain numéro de Manière de voir (juin-juillet 2015)

N’oubliez pas que le répondeur attend vos messages au 01 85 08 37 37.

Entretien : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER
Répondeur : Stéphanie FROMENTIN
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Yannis Youlountas partage sa vie entre la Grèce, l’Espagne et la France, là où les hommes se battent pour sortir de l’impasse mortifère du capitalisme et du productivisme. Il plonge à la fois son regard et ses bras dans la rébellion active en témoignant, plume aux doigts ou caméra au poing de la façon (...)

  • Pour ce café repraire d’Octobre à Vierzon, deux villageois de Tarnac viendront nous raconter leur histoire, et leur point de vue sur le traitement médiatique de l’affaire du groupe de "Tarnac". Venez nombreux

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).