« Les étudiants livrés au marché de l’anxiété », un entretien de Jonathan Duong avec Annabelle Allouch

Au fait, c’est quoi la loi « Orientation et Réussite des Étudiants » ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[RADIO] Annabelle Allouch : au fait, c’est quoi la loi « Orientation et Réussite des Étudiants » ?

(septembre 1968)

Tolbiac, Nanterre, Montpellier, Toulouse, Rouen, Sciences Po Paris, Paris 8, Rennes, Strasbourg, Nancy, Metz, Bordeaux : voilà plusieurs semaines que certains sites universitaires sont totalement ou partiellement bloqués par le mouvement étudiant. L’étincelle qui a embrasé le mouvement, c’est l’intrusion dans la fac de Montpellier, le 22 mars dernier, d’individus cagoulés qui ont tabassé à coups de bâtons les étudiants qui occupaient l’université.

Mais à l’origine, c’est le refus de la loi « Orientation et Réussite des Étudiants », adopté par le Parlement le 15 février dernier, qui mobilise les étudiants. Pour eux, cette loi introduit la sélection des étudiants à l’entrée de l’université. Pourtant, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, le jure, il n’est absolument pas question de sélectionner les étudiants : « si c’était de la sélection, je le dirais, et cela n’en est pas [1] ! »

Alors, qu’y a-t-il vraiment dans la loi ORE ? Un entretien de Jonathan Duong avec Annabelle Allouch, maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Picardie-Jules Verne et Paul Vannier, journaliste, professeur d’histoire-géographie et secrétaire national à l’éducation du Parti de Gauche.


Programmation musicale :
- Michel Sardou : 100 000 universités

Merci à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

journaliste : Jonathan Duong
réalisation : Sylvain Richard
montage : Jérémie Younes

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Frédérique Vidal, « L’invité des matins », France Culture, 17 avril 2018

Voir aussi

-  À LIRE :

Le Monde diplomatique du mois d’avril, en kiosques et en ligne sur www.monde-diplomatique.fr

Annabelle Allouch, « Les étudiants livrés au marché de l’anxiété », Le Monde diplomatique n°769, avril 2018

Sur notre site

À écouter

  • Pour le président de la fac, à Tolbiac, c’est l’apocalypse. Un reportage de Sophie Simonot avec les étudiants de Paris 1 mobilisés

    Tolbiac évacuée, la lutte continue ! Abonnés

    Écouter
    « Situation pré-insurrectionnelle » : le président de la Sorbonne, Georges Haddad, appelle au secours. « Un capharnaüm dans lequel il se passe des choses indignes », voilà à quoi ressemble Tolbiac, avec des « bandits qui n’attendent que le (...)
  • « L’intérêt général à la casse », un entretien de Jonathan Duong avec Pierre Rimbert

    Passer à l’offensive Accès libre

    Écouter
    SNCF, écoles, universités, hôpitaux, EHPAD (Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes), tribunaux : au-delà du « statut » des cheminots – qui n’est pas seulement un droit qui devrait être généralisé à tous, mais aussi la (...)
  • Avec les étudiants de la fac de Tolbiac occupée, « la Commune de Tolbiac ». Deuxième partie. Reportage de Sophie Simonot et Dillah Teibi.

    TOUT PEUT BASCULER (2/2) Abonnés

    Écouter
    Cheminots, premier jour de grève, un succès ! Air France, Carrefour, éboueurs, fonction publique, CGT Énergie…La lutte sociale démarre très fort. Le pouvoir se demande bien pourquoi. Les facs sont occupées un peu partout et le pouvoir ne voit (...)
  • Avec les étudiants de TOLBIAC. Reportage de Sophie Simonot, 1ère partie

    TOUT PEUT BASCULER (1/2) Abonnés

    Écouter
    Air France, Carrefour, éboueurs, fonction publique, CGT Énergie… il y a beaucoup de wagons au train des cheminots ! La lutte sociale démarre très fort. Le pouvoir se demande bien pourquoi. Les facs sont occupées un peu partout et le pouvoir (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous au Bathyscaphe avec ATTAC 17 pour un débat sur le thème Uber, ubérisation... Demain tous ubérisés ? mercredi 20 novembre. Venez nombreux !

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin AbonnésVoir

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.