APRÈS GAZA. Entretien avec Dominique Vidal en trois parties

APRÈS GAZA (2/3) : Quelles leçons tirer de l’opération « Gardien des murailles » ? Abonnés

1

Le

(illustration : © Chappatte dans NZZ am Sonntag, Zürich - www.chappatte.com)

Nouvelles violences à Jérusalem-Est. À nouveau, des tirs sur Gaza. La guerre va-t-elle reprendre ? Le cessez-le-feu semble en effet bien fragile. Rappelons qu’en onze jours, entre le 10 et le 21 mai, cette quatrième guerre depuis 2009 a fait 260 morts côté palestinien, 3 500 blessés, dont 40 % de femmes et d’enfants parmi les victimes. Les destructions sont énormes. 800 000 personnes sont privées d’eau. Côté israélien, on déplore 13 morts, dont un enfant. Comment en est-on arrivé à cette guerre ? Quel bilan ?

Dominique Vidal, historien et journaliste, est depuis longtemps un observateur engagé de ce conflit. Pour lui, comme pour beaucoup d’observateurs dans le monde, quelque chose a profondément changé, les Palestiniens ont redressé la tête. Pour la première fois, leurs missiles ont atteint les grandes villes d’Israël. Pour Vidal, cette guerre est une « démonstration de faiblesse israélienne ». Depuis longtemps, ce conflit a des répercussions profondes en France. Il ne concerne pas seulement les spécialistes de la géopolitique. Edgar Morin avait parlé des « métastases » dans la société française [1]. Pourtant, une fois encore, pour en parler les grands médias et le monde politique ont fait preuve de « retenue », comme on dit.

À cela il y a deux raisons. L’une, depuis longtemps, c’est le chantage à l’antisémitisme entretenu par les relais, en France, de la politique israélienne. Depuis des années, des intellectuels et des journalistes ont fait l’objet d’accusations, voire de poursuites, pour avoir critiqué la politique israélienne. La deuxième raison, plus récente mais dans la même veine, c’est l’accusation d’« islamo-gauchisme ». Or, ces chantages ne peuvent plus masquer les dégâts d’une politique israélienne entièrement contrôlée par l’extrême droite la plus raciste et les ultra-religieux les plus obscurantistes. Pour Gideon Levy, le célèbre chroniqueur du journal Haaretz, « les ultra-orthodoxes sont les réserves du mouvement néo-nazi qui se développe [2] ». Leur opposer l’islamisme du Hamas ne peut plus dissimuler l’énormité de cette guerre asymétrique et le viol permanent des droits des Palestiniens. Le rejet de cette politique progresse partout, notamment aux États-Unis, à travers le slogan « Palestinian Lives Matter », en référence au vaste mouvement de soutien aux Africains-américains, « Black Lives Matter ».

Par ailleurs, plus de 250 journalistes des plus importants médias du monde, dont une majorité de reporters américains, ont signé une lettre demandant à l’industrie de l’information de cesser d’occulter « l’occupation militaire israélienne » et « l’oppression systématique des Palestiniens » dans les médias. Les signataires accusent les médias grand public de « manquer à leur devoirs » envers leurs lecteurs et leurs téléspectateurs depuis plusieurs décennies [3].

Écouter la vidéo au format audio :

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

HOMMAGE À YANN AUGRAS, PORTE-PAROLE DE LA LUTTE DES GM&S (VIDÉO 12:35) Mort accidentelle d’un résistant Accès libreVoir

Le

Yann Augras est mort. Un accident de voiture en sortant du boulot, le 11 juin, sur une route de la Creuse, près de chez lui. Aucun mot ne peut dire l’émotion, aucun, sauf les oiseaux qu’on entendait pendant la minute de silence au cimetière avec les drapeaux de la CGT au-dessus des gens, immobiles avec ces masques étranges. Les oiseaux ne se taisent pas et les copains de Yann ne vont pas se taire. Ces masques ne sont pas des bâillons. Le temps de ramasser le drapeau, ils vont continuer la lutte. Ils savent que c’est la seule consolation possible.

LES DICTIONNAIRES EN DEUIL, ROBERT PLEURE ALAIN (hommage) ALAIN REY : QUEL FUT SON DERNIER MOT ? Accès libreÉcouter

Le

Le plus populaire des grands érudits, le plus expressif des vocabulistes mais surtout, au-delà de son colossal travail pour Le Robert et autres dictionnaires en tous genres, Alain Rey a fait comprendre toute l’importance des mots et du langage, l’inventivité intarissable des humains, les hasards des sonorités des bouches et des corps, et d’abord comment les mots ensorcellent, comment les mots sont des cages et les armes les plus puissantes des puissants.

Pour des milliers de prostituées, une misère sans aide OUI, JE SUIS UNE PUTE, ET ALORS ? QUE DEVIENT SAM ? AbonnésÉcouter

Le

Oui, je suis une pute, et alors ? SAM le proclame bien fort. Elle assume. Mais les infirmières de la sexualité publique sont dans une mauvaise passe, et même plus de passes du tout. Ce salaud de Covid a chassé le client, et SAM ne s’est pas encore convertie au télétravail. En plus de ça, il y a cette loi de 2016 qui pénalise le client, et comme beaucoup de ses 30 000 collègues, elle a vu son chiffre d’affaires s’effondrer. Et aucun filet social. Juste un RSA et encore. Et ces vaches de bourgeois qui les appellent des filles de joie.

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…