Entretien avec l’économiste Julia Cagé

Alstom/Macron : « pacte de corruption » ou solidarité de classe ? Abonnés

1

Le

Notre enquête sur la vente d’Alstom Énergie à General Electric nous a amenés à nous intéresser au financement de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron.

C’est vrai, au début, on ne voit pas bien le rapport. Mais lorsqu’on constate qu’il y a dans la liste des donateurs de campagne des gens qui ont profité de cette vente autorisée par Emmanuel Macron, le rapport devient évident. Peut-on parler, comme le président de la commission d’enquête Olivier Marleix, d’un « pacte de corruption » [1] ? Ou bien est-ce une spectaculaire mobilisation de classe ? Nous sommes allés poser la question à l’économiste Julia Cagé, qui a publié l’année dernière un livre sur le sujet du financement des campagnes, Le Prix de la démocratie (Fayard, 2018) :

En France, le plafond de don à un parti politique est de 7500 euros par personne et par an, auxquels on peut ajouter 4600 euros de dons les années de campagne. Des plafonds censés nous protéger de l’influence des forces de l’argent sur le politique. Mais, ce n’est pas le cas : malgré ces plafonds, les riches et les ultra-riches sont sur-représentés dans les donateurs aux partis politiques. Pour le cas d’Emmanuel Macron, « un club des milles » a financé près de 50% de sa campagne présidentielle 2017, soit 6,3 millions d’euros [2]. Le tout remboursé en partie par les contribuables, puisque rappelez-vous, les dons sont déductibles !

Comment faire autrement ? Comment assurer le financement de la vie politique tout en la protégeant de la capture des riches ? Julia Cagé esquisse un possible, « les bons pour l’égalité démocratique ». Une subvention publique qui remplacerait les exonérations, et qui prendrait la forme de bons de 7 euros que chaque citoyen pourrait attribuer au parti de son choix chaque année. Une proposition simple, à discuter, qui a le mérite de montrer que tout ceci n’est pas une fatalité.

Un entretien de Jérémie Younes avec Julia Cagé, économiste, professeure à Sciences Po et auteure du livre Le Prix de la démocratie (Fayard, 2019).

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

JAZZ ET TÊTE DE VEAU, une belle fête pour l’AN 01 de LÀ-BAS ! Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Nous étions plus de 200 au Lieu-Dit, jeudi pour le premier anniversaire de LA-BAS. Merci à toutes et tous pour le soutien, pour l’amitié, pour la fête, pour le jazz et pour la tête de veau. Merci à l’équipe du Lieu-dit ! Merci au Golden Jack Quintet, et Helmie Bellini et son Kongo Square. Dès vendredi matin (!), Jérôme Chelius vous a mis deux extraits de cette soirée pour régaler vos oreilles. Que du bon ! VIVA !

L’an 01 de Là-bas
[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

À l’occasion de la sortie du film « La Sociale », retour sur l’histoire de la Sécu Ambroise Croizat, vive la Sécu !! Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur AMBROISE CROIZAT fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise CROIZAT ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

Une superbe conquête inlassablement combattue par les partisans de la loi du profit. Reportage, février 2011 : François RUFFIN, avec Michel ÉTIÉVENT, auteur du livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale (éditions GAP, 1999).