À quoi servent les statistiques ethniques aux États-Unis ? Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] À quoi servent les statistiques ethniques aux États-Unis ? [RADIO]

C’est l’année prochaine, en 2020, qu’aura lieu le prochain recensement aux États-Unis. Beaucoup plus important qu’en France, le recensement de la population des États-Unis est inscrit dans la Constitution et doit avoir lieu tous les dix ans. La population est obligée d’y participer, car c’est ce recensement qui va déterminer la répartition des différents budgets pour la décennie à venir.

En juin dernier, la Cour suprême a contraint le président Trump à renoncer à une question qu’il souhaitait ajouter au formulaire de recensement : êtes-vous de nationalité américaine ? Cette question faisait craindre que de nombreux immigrés en situation irrégulière s’affranchissent de leur obligation par peur d’être repérés par l’administration. Cette question n’avait plus été posée par l’administration américaine depuis 1950.

Mais une autre question, elle, est posée depuis 1790 à chaque recensement : « quelle est votre race ? » Les réponses permettent d’apprécier le nombre d’habitants en fonction de leur couleur de peau, ou de leurs origines ethniques de manière plus ou moins précise. À quoi servent ces statistiques ethniques ?

Réponses avec Benoît Bréville, journaliste, auteur de l’article « "Quelle est votre race ?" » dans Le Monde diplomatique de juillet.

Programmation musicale :
- Sammy J & Randy : The Census Song
- Otis Redding : A Change Is Gonna Come

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».