LA SANTÉ DOIT ÉCHAPPER AUX LOIS DU MARCHÉ. Entretien de Daniel MERMET avec le professeur André GRIMALDI

À 20 heures, on applaudit nos héros en blouse blanche Abonnés

1

Le

Des lits installés dans un centre de convention à Wuhan, en Chine, pour accueillir les personnes infectées par le coronavirus © AP/SIPA

Ça fait un bien fou, ces fenêtres qui applaudissent désormais à 20 heures. Bravo à nos héros en blouse blanche qui se battent pour nous en première ligne !

Mais attention, l’image et l’hommage ne doivent pas cacher le combat essentiel : « LA SANTÉ DOIT ÉCHAPPER AUX LOIS DU MARCHÉ. » Cette crise sanitaire montre le désastre de l’hôpital public géré comme une entreprise commerciale depuis des années. Cette fois, ce n’est plus seulement le monde hospitalier qui se révolte, c’est tout le monde. À tel point que Macron s’est soudain posé en défenseur de l’État-providence ! Le voilà qui défend « la santé gratuite, sans condition de revenus, de parcours ou de profession ». On ne pourra le croire que lorsque le financement nécessaire sera sur la table, et non pas quelques miettes avec le paiement des heures supplémentaires comme pourboire pour le petit personnel.

C’est un combat fondamental face à un choix : la vie ou le profit. Deux choses incompatibles, à vous de choisir. C’est le combat du professeur André GRIMALDI depuis des années. Ancien chef de service de diabétologie à la Pitié-Salpêtrière, il ne cesse de dénoncer – avec le MDHP (Mouvement de défense de l’hôpital public), depuis 2009 – l’hôpital malade de la rentabilité et la santé écartelée entre santé publique et business.

Aujourd’hui, face au coronavirus, on recrute en toute hâte aussi bien des étudiants que des médecins « jeunes retraités », alors que des dizaines de milliers d’emplois et 69 000 lits ont été supprimés en 15 ans. Devant la saturation totale des services de réanimation dans le Haut-Rhin, faute de lits, il faut déjà « prioriser » les patients, c’est-à-dire trier des êtres humains selon un « score de fragilité » entre ceux que l’on tente de sauver, et ceux que l’on ne tente pas de sauver. Les médecins appellent ça de la « médecine de guerre », sauf que trente ans de néolibéralisme nous ont privés d’armes, nous voici désarmés. Il y a plus de 20 ans, nous n’étions pas très nombreux à répéter : « il faut désarmer les marchés ». Aujourd’hui, on constate que c’est au contraire les marchés qui nous ont désarmés.

Alors, aujourd’hui, camarades confinés, AUX ARMES !

Daniel Mermet
[EXTRAIT] À 20 heures, on applaudit nos héros en blouse blanche [RADIO]

Un entretien de Daniel Mermet avec le professeur André Grimaldi.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Jonathan Duong

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À lire

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

Les chercheurs manifestent pour une recherche publique, libre et désintéressée VACCIN, RECHERCHE : LES GROS ENFUMAGES DE MONSIEUR MACRON AbonnésVoir

Le

En mars, Macron promet 5 milliards pour la recherche scientifique. Enfumage ! Au total, aujourd’hui, c’est à peine 104 millions qui sont budgetés, alors que l’Allemagne a alloué 60 milliards d’ici 2023 pour la recherche, l’enseignement supérieur et l’innovation. Thérapie, vaccin, « la crise du COVID-19 nous rappelle le caractère vital de la recherche scientifique », déclarait Macron. Comment peut-on accepter cet énorme mensonge ? Les chercheurs sont en lutte. Nous devons soutenir une recherche publique libre et désintéressée. Une enquête de Maja NESKOVIC et Aurélie MARTIN [VIDÉO : 30’12].

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet