Il y a trente ans, Thomas Sankara était assassiné

Tuez Sankara, des milliers de Sankara naîtront ! Abonnés

1

Le

Qui a tué Sankara l’homme intègre ? Aujourd’hui, trente ans plus tard, le combat pour la vérité dure toujours. Anticolonialiste, féministe, écologiste, Thomas Sankara a réussi une rupture révolutionnaire radicale au Burkina Faso durant ses quatre ans au pouvoir, de 1983 à son assassinat en 1987. Sa popularité et son message ont dépassé largement son pays comme figure de la lutte contre l’impérialisme, contre la Françafrique, contre les programmes imposés par la Banque Mondiale et avant tout contre la dette. « Nous voulons une aide qui nous aide à nous passer de votre aide », disait-il, ou encore « l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort, seule la lutte paie. »

Aujourd’hui, hommage à Thomas Sankara, avec, autour de Daniel Mermet, en direct et en public à la Fête de l’Huma 2017 :

- Rosa Moussaoui, journaliste à L’Humanité,

- Bruno Jaffré, auteur de La liberté contre le destin, un recueil de discours de Thomas Sankara (éditions Syllepse, 2017),

- Abdoulaye Traoré (guitare) et Mohamed Diaby (chant) du groupe Debademba


Le 29 juillet 1987 à Addis-Abeba se déroule la vingt-cinquième Conférence au sommet des pays membres de l’Organisation de l’Unité Africaine. Le président Thomas Sankara y prononce un discours sur la dette des pays africains :

En 1984, une équipe de la Télévision Suisse Romande allait à la rencontre de Thomas Sankara, un an après sa prise du pouvoir : « Sacrifices pour une révolution », un reportage de Jean-Claude Chanel et Jean-Philippe Rapp

Musique, devant le public de la Fête de l’Huma :
- Abdoulaye Traoré (guitare) et Mohamed Diaby (voix) du groupe Debademba

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous au Bathyscaphe avec ATTAC 17 pour un débat sur le thème Uber, ubérisation... Demain tous ubérisés ? mercredi 20 novembre. Venez nombreux !

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin AbonnésVoir

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.