Il y a trente ans, Thomas Sankara était assassiné

Tuez Sankara, des milliers de Sankara naîtront ! Abonnés

Le

Qui a tué Sankara l’homme intègre ? Aujourd’hui, trente ans plus tard, le combat pour la vérité dure toujours. Anticolonialiste, féministe, écologiste, Thomas Sankara a réussi une rupture révolutionnaire radicale au Burkina Faso durant ses quatre ans au pouvoir, de 1983 à son assassinat en 1987. Sa popularité et son message ont dépassé largement son pays comme figure de la lutte contre l’impérialisme, contre la Françafrique, contre les programmes imposés par la Banque Mondiale et avant tout contre la dette. « Nous voulons une aide qui nous aide à nous passer de votre aide », disait-il, ou encore « l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort, seule la lutte paie. »

Aujourd’hui, hommage à Thomas Sankara, avec, autour de Daniel Mermet, en direct et en public à la Fête de l’Huma 2017 :

- Rosa Moussaoui, journaliste à L’Humanité,

- Bruno Jaffré, auteur de La liberté contre le destin, un recueil de discours de Thomas Sankara (éditions Syllepse, 2017),

- Abdoulaye Traoré (guitare) et Mohamed Diaby (chant) du groupe Debademba


Le 29 juillet 1987 à Addis-Abeba se déroule la vingt-cinquième Conférence au sommet des pays membres de l’Organisation de l’Unité Africaine. Le président Thomas Sankara y prononce un discours sur la dette des pays africains :

En 1984, une équipe de la Télévision Suisse Romande allait à la rencontre de Thomas Sankara, un an après sa prise du pouvoir : « Sacrifices pour une révolution », un reportage de Jean-Claude Chanel et Jean-Philippe Rapp

Musique, devant le public de la Fête de l’Huma :
- Abdoulaye Traoré (guitare) et Mohamed Diaby (voix) du groupe Debademba

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Un entretien de Daniel Mermet avec Laurence De Cock et Gérard Noiriel Gérard Noiriel : une histoire populaire de la France AbonnésVoir

Le

Rares, très rares sont les intellectuels qui mettent le savoir non pas au service du pouvoir, mais au service du contre-pouvoir. L’historien Gérard Noiriel fait partie de ce courant-là, de ceux qui partagent les armes et les clés pour l’émancipation de tous. Depuis des années, avec notre film sur Howard ZINN, Une Histoire populaire américaine, on nous demande si un tel livre d’histoire existe sur la France. Et bien le voilà !

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?