Aude Lancelin reçoit Christophe Ramaux, économiste « atterré »

Pour une autre réforme du Code du travail Abonnés

Le

La réforme du Code du travail est la facture de plus de trente ans de guerre idéologique au sein d’une opinion publique française qui fut vraiment travaillée au corps pour accepter l’inacceptable.

Experts de cafés du commerce télévisés type « C dans l’air », professeurs d’économie proches du pouvoir ou travaillant en sous-main pour de grands groupes, éditorialistes vendus aux vertus de l’indispensable « fluidification des énergies », tous ont imposé au pays des pseudo-évidences néolibérales qui confinent à l’imposture, et parfois même aux fake news intégrales. Aujourd’hui, l’économiste Christophe Ramaux est dans la « Guerre des idées » pour démonter méthodiquement les plus répandues et les plus pernicieuses d’entre elles.

Maître de conférences à Paris-I-Panthéon-Sorbonne et membre des « économistes atterrés », il est spécialiste de l’économie du travail et de l’État social. Avec lui, nous passerons en revue aujourd’hui les quelques grands dogmes sur lesquelles les instigateurs de la loi Travail XXL s’appuient pour fragiliser des millions de salariés face à leurs employeurs, et dégrader leurs possibilités de riposte s’ils venaient à être licenciés abusivement. Parmi ceux-ci, l’idée selon laquelle le chômage de masse en France serait dû à la rigidité excessive de notre marché de l’emploi, beaucoup trop protecteur pour les salariés, ou encore la soi-disant détestation des Français pour les réformes, sans parler bien sûr de la fausse opposition entre insiders et outsiders, qui permet de faire passer des smicards pour des nantis à sortir de leur « zone de sécurité » pour le bien-être de tous.

La lutte passe par la rue dès aujourd’hui, mais elle passera aussi, et peut-être même avant tout par une contre-attaque sur le plan des idées. Contre Macron et son monde, il est urgent de se réarmer intellectuellement.

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Les jeux olympiques 2024 à Paris : quels sont les gagnants et les perdants dans cette affaire ? Voici l’occasion de s’informer à travers quelques vidéos et de débattre ensemble sur ce thème, autour d’un verre. Mercredi 17 janvier, 20h, Bar l’Entre-temps, 12, avenue François-Mitterrand, (...)

    Liffré

  • Loi Travail, élections en Catalogne, Notre-Dame-des-Landes, Soudaqui (monnaie locale éthique et solidaire) : venez discuter, débattre, boire et manger autour de ces sujets ce jeudi 18 Janvier au café repaire de Villefranche-de-Conflent, à partir de 18h30 (...)

    Villefranche de conflent

Dernières publis

Une sélection :

Les prisons sont pleines mais elles sont vides de sens. Un rapport sur l’horreur carcérale PRISON DE FRESNES, T’ES MOINS QU’UN RAT AbonnésVoir

Le

On marche dans la merde de rat dans la prison, il y en a partout, on est bouffé par les poux et les punaises de lits, la bouffe est pourrie, on est neuf par cellule, on se fait cogner par les surveillants.

Cette fois, c’est la prison de Fresnes qui fait l’objet d’un rapport explosif. Nous recevons Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, et Yoan Karar, surveillant membre du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Écouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

Les Décodeurs déconnent sur Mélenchon AbonnésVoir

Le

Le gaz, les timbres, les colis, les assurances, les complémentaires santé, les amendes pour stationnement… tout augmente au 1er janvier ! Tout ? Non ! Pas l’impôt sur la fortune, qui rapetisse en un impôt sur la seule fortune immobilière, l’IFI, faisant au passage un cadeau de 150 millions d’euros aux cent foyers fiscaux français les plus riches.