150 ans de la Commune : Olivier Besancenot publie « Marx à Paris, 1871 »

Olivier Besancenot : remettre la Commune en commun Abonnés

1

Le

À chacun sa Commune ! Ça fait 150 ans que tout le monde tire la Commune de Paris à lui, socialistes, trotskistes, anarchistes, communistes, et même jusqu’à une certaine extrême droite – farouchement anti-républicaine – descendante de Drumont, qui fait de la Commune de Paris une révolution nationale écrasée par la République !

Plus récemment, c’est la maire sociale-démocrate de Paris, Anne Hidalgo, qui a lancé les commémorations officielles le 18 mars dernier, avec le slogan « nous la Commune » : « égalité, émancipation des femmes, laïcité, justice : tant d’avancées sociales et démocratiques sont issues de cet épisode historique inscrit dans l’histoire et la mémoire de notre ville ».


Au fond tant mieux, la surenchère de mémoire vaut mieux que l’oubli des – au moins – 20 000 Communardes et Communards massacrés par l’armée versaillaise pour mettre fin à l’insurrection parisienne. « L’héritage politique de la Commune appartient à tous et toutes », dit Besancenot. Attention quand même à ce que l’abondance de production culturelle, de livres, de bandes dessinées, de documentaires, de podcasts, d’images ne vide pas la Commune de sa substance subversive et ne transforme pas Louise Michel en une Minnie à côté de laquelle on poserait pour la photo à Disneyland.

La figure de Louise Michel réalisée par Régis Léger (Dugudus), dans le cadre de son exposition itinérante « Nous la Commune » (DUGUDUS / LE DUQ, 2021)

Pour Olivier Besancenot, le soulèvement du peuple de Paris doit continuer d’inspirer la gauche aujourd’hui, y compris dans la façon dont les idées pouvaient circuler sans s’embarrasser d’étiquettes : un anarchiste comme Bakounine peut regretter l’absence d’armée révolutionnaire pour contrer les Versaillais, tandis qu’un Karl Marx se réjouit d’une « révolution contre l’État lui-même, cet avorton surnaturel de la société [1] ». Louise Michel, elle, n’est pas encore anarchiste en mars 1871, mais « blanquiste », c’est-à-dire socialiste.

Pour essayer de retranscrire ce soulèvement d’idées dans cette deuxième moitié du XIXe siècle, Olivier Besancenot s’est lancé avec Michaël Löwy dans une fiction qui imagine la visite clandestine de Karl Marx, avec sa fille Jenny, à Paris, quelques jours pendant la Commune : de là naissent rencontres fictives et discussions politiques avec quelques grandes figures de la Commune comme Léo Frankel, Charles Longuet, Élisabeth Dmitrieff, Eugène Varlin… et enfin Louise Michel qui enfin rencontre Karl Marx ...

Un entretien de Daniel Mermet avec Olivier Besancenot, qui publie avec Michael Löwy Marx à Paris, 1871. Le cahier bleu de Jenny (éditions Manifeste !, 2021).

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Jonathan Duong et Cécile Frey
son : Alexandre Lambert et Jules Krot

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Karl Marx, La Guerre civile en France, 1871.

Voir aussi

-  À LIRE :

Michael Löwy et Olivier Besancenot, Marx à Paris, 1871. Le cahier bleu de Jenny, éditions Manifeste !, 2021

Kristin Ross, L’Imaginaire de la Commune, La Fabrique, Paris, 2015

- À VOIR :

Joël Farges, La Semaine sanglante, 1978, 57 min, 1976

Sur notre site

À voir

  • À rebours du mythe, Michèle Audin refait les contes et les comptes de la Semaine sanglante. Un entretien avec Mathieu Dejean

    Lieux communs sur la Commune Abonnés

    Voir
    « Le mort est encore intact dans son cercueil, et sa mémoire tombe déjà en pourriture. » Cent cinquante ans après la Commune de Paris, les mots de Jules Vallès dans L’Insurgé, décrivant les derniers jours de la Semaine sanglante en mai 1871, (...)

Dans les livres

  • Les écrivains contre la Commune

    Le 18 mars 1871, une révolution populaire éclate à Paris. La Commune sera matée deux mois plus tard, le 28 mai, après une semaine sanglante où 30 000 hommes, femmes et enfants seront massacrés à mitrailleuse. Ce livre n’est pas l’histoire de cet épisode sanglant mais celle de la haine, de l’effroi et de l’hystérie qu’il a provoqué chez les hommes de lettres. À l’exception de Vallès, Rimbaud, Verlaine puis Hugo, tous ont été violemment contre la Commune : Théophile Gautier, Lecomte de L’Isle, Edmond de Goncourt, Ernest Feydeau, Gustave Flaubert, George Sand et Émile Zola. Ces textes quasiment ignorés agissent comme un révélateur, un miroir sans indulgence, des aspects méconnus et glaçants de ces écrivains, patrimoines de la littérature… Lire la suite

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

MACRON, APRÈS LA COVID, LE VIDE Déboulonner des statues ou les repeindre en rouge ? Accès libreÉcouter

Le

Déboulonner, c’est bien, mais après, c’est fini, on n’en parle plus. Tandis que repeindre en rouge, couper une oreille ou une main d’une statue, ça vous interpelle, ça appelle une explication… Vous vous dites, quelle horreur, couper une oreille ou une main d’une statue, mais c’est atroce ! Sans doute, mais un peu moins tout de même que le châtiment des oreilles coupées pratiqué par les maîtres sur leurs esclaves, comme l’exigeait le Code noir, rédigé par le ministre Jean-Baptiste Colbert en 1665, et dont la statue trône toujours aujourd’hui devant l’Assemblée nationale à Paris.

AUTONOMES. Un documentaire de François BÉGAUDEAU François Bégaudeau : « Tu te fais des drôles d’amis quand tu t’attaques à la bourgeoisie » AbonnésVoir

Le

Sortir du système, vivre une autre vie, en rupture, en marge, autrement, être indépendant, être autonome. Des vieux mots, des vieux rêves. Mais qui se vivent parfois, qui se risquent, qui marchent ou qui se plantent , mais qui ont en commun le même vieux désir de tordre les barreaux de la cage et d’aller voir là-bas si j’y suis.

HOMMAGE À YANN AUGRAS, PORTE-PAROLE DE LA LUTTE DES GM&S (VIDÉO 12:35) Mort accidentelle d’un résistant Accès libreVoir

Le

Yann Augras est mort. Un accident de voiture en sortant du boulot, le 11 juin, sur une route de la Creuse, près de chez lui. Aucun mot ne peut dire l’émotion, aucun, sauf les oiseaux qu’on entendait pendant la minute de silence au cimetière avec les drapeaux de la CGT au-dessus des gens, immobiles avec ces masques étranges. Les oiseaux ne se taisent pas et les copains de Yann ne vont pas se taire. Ces masques ne sont pas des bâillons. Le temps de ramasser le drapeau, ils vont continuer la lutte. Ils savent que c’est la seule consolation possible.

LES DICTIONNAIRES EN DEUIL, ROBERT PLEURE ALAIN (hommage) ALAIN REY : QUEL FUT SON DERNIER MOT ? Accès libreÉcouter

Le

Le plus populaire des grands érudits, le plus expressif des vocabulistes mais surtout, au-delà de son colossal travail pour Le Robert et autres dictionnaires en tous genres, Alain Rey a fait comprendre toute l’importance des mots et du langage, l’inventivité intarissable des humains, les hasards des sonorités des bouches et des corps, et d’abord comment les mots ensorcellent, comment les mots sont des cages et les armes les plus puissantes des puissants.