« Israël hanté par la Nakba », un entretien de Jonathan Duong avec Thomas Vescovi, historien

Les 70 ans de la Nakba virent au massacre

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(photo : Le Figaro)

Écouter l'émission

  • Télécharger 01. 14 mai 1948 : proclamation de l’État d’Israël

    - MP3 - 23.1 Mo

  • Télécharger 02. La Marche du grand retour

    - MP3 - 24.5 Mo

  • Télécharger 03. La Nakba : un tabou en Israël

    - MP3 - 19.9 Mo

[RADIO] Les 70 ans de la Nakba virent au massacre

Le souvenir de la Nakba vire au massacre. Comme chaque année depuis 2009, les organisations palestiniennes organisent depuis le 30 mars une « Marche du grand retour », pour obtenir le retour sur leurs terres des réfugiés palestiniens expulsés lors de la création d’Israël en 1948. 805 000 personnes chassées – et leurs descendants – se souviennent de cet exode comme de la « Nakba » (la « catastrophe »), et revendiquent leur « droit au retour », consacré par la résolution 194 adoptée le 11 décembre 1948 par les Nations-Unies.

Cette année, les 70 ans de la Nakba mobilisent massivement les Palestiniens, forts d’une nouvelle stratégie non-violente adoptée par le Hamas. Mais ces manifestations pacifiques le long de la barrière de sécurité sont réprimées dans le sang par l’ « armée de défense d’Israël », qui a tué une centaine de personnes depuis le 30 mars, dont plus de cinquante ce 14 mai, en plus des centaines de blessés visés notamment aux jambes par les snipers israéliens.

Pourquoi un tel massacre ? Parce que pour Israël, le 14 mai 2018 doit commémorer les 70 ans de la naissance de l’État d’Israël, et pas l’anniversaire de l’exode palestinien. Ce 14 mai 2018, c’est aussi la date symbolique qu’a choisi l’administration états-unienne pour transférer son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem, entérinant la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Entre déni et occultation, Thomas Vescovi a étudié comment la société israélienne a fait de l’expulsion des Palestiniens en 1948 un véritable tabou.

Un entretien de Jonathan Duong avec Thomas Vescovi, auteur de l’article « Israël hanté par la Nakba » dans Le Monde diplomatique de mai et auteur de La Mémoire de la Nakba en Israël. Le regard de la société israélienne sur la tragédie palestinienne (L’Harmattan, 2015).


Programmation musicale :
- Poli Heat feat. Patriarch : Nakba

Merci à Sophie Durand-Ngô du Monde Diplomatique.

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre... Vos conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Réforme territoriale, communautés de communes, métropolisations, regroupements et disparitions de services publics, réforme ferroviaire, etc ... C’est à une profonde transformation de l’organisation territoriale à laquelle nous assistons... sans aucun débat citoyen. Quels sont les enjeux et le sens (...)

    Saint-Lô

  • Le Café repaire d’Angers vous donne rendez-vous mardi 5 juin avec les acteurs angevins du Réseau Salariat pour une discussion autour des mots travail, emploi, revenu, richesses, bien public, gratuité et… salariat. Bref, comment réussir le partage tant désiré du travail et des richesses (...)

    Angers

Dernières publis

Une sélection :

Notre-Dame-des-Landes. Toutes nos émissions depuis 2012 Lire

Le

À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre. Retrouvez notre dossier spécial ZAD, avec toutes nos émissions depuis 2012 :

Soixante-huitard que jamais. À la mémoire d’Élisa ARICO ACTION : Mai 68, dessins de presse, un cadeau d’Élisa Lire

Le

Chères AMG, chers AMG, ces dessins sont un cadeau et un héritage à partager avec vous. Il y a dix ans, une auditrice, Élisa ARICO, 88 ans, qui avait occupé la Sorbonne en mai 1968, nous adressait des archives « jalousement gardées depuis 68 » : des tracts, des notes, des affiches et des numéros très rares du fameux journal ACTION. Certains de ces documents sont accessibles sur le net aujourd’hui, mais c’est tout autre chose de les regarder comme un précieux cadeau d’Élisa maintenant disparue et qui finissait sa lettre en espérant « un autre mai, version altermondialiste ».

En hommage à l’historienne SUZANNE CITRON, Daniel MERMET reçoit LAURENCE DE COCK La seule façon d’apprendre, c’est de contester AbonnésVoir

Le

La grande historienne Suzanne CITRON, qui vient de disparaître à 96 ans, aimait répéter la phrase de Jean-Paul Sartre. Pas seulement une phrase, toute sa vie elle a contesté l’enseignement de l’histoire comme un puissant moyen de propager la manière de voir de la classe dominante dans l’éducation comme dans la vie publique. Son livre majeur, LE MYTHE NATIONAL (1987), qui démonte cette construction idéologique, a marqué une rupture et une prise de conscience face aux détournements de l’histoire.

« Renaissance des travaillistes au Royaume-Uni », un entretien de Jonathan Duong avec Paul Vannier Jeremy Corbyn, futur Premier ministre du Royaume-Uni ? Écouter

Le

Il est le leader du parti social-démocrate britannique, son programme est pourtant à gauche : contrôle des loyers, augmentation des salaires, propriété publique du rail et de l’énergie, gratuité de l’enseignement supérieur, salaire maximum, taxe « Robin des Bois » sur les multinationales, impôt sur les grandes fortunes… Jeremy Corbyn suscite l’enthousiasme des 570 000 adhérents du Labour, dont beaucoup ont rejoint le Parti travailliste pour lui.

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »