Avec Marie Bergström, chercheuse à l’INED

Des petites annonces aux applications, l’essor du marché de la rencontre amoureuse Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Des petites annonces aux applications, l’essor du marché de la rencontre amoureuse [RADIO]

Depuis 1892, le mensuel Le Chasseur français publie des petites annonces matrimoniales

Faut-il s’inscrire à un site de rencontres en ligne ? C’est la question que se posent désormais beaucoup de célibataires. Laquelle en entraîne une autre : vais-je laisser le capitalisme étendre les domaines du marché jusqu’à s’immiscer dans ma vie privée et mes relations amoureuses ?

Si les applications comme Bumble ou Badoo ont l’air de révolutionner les rencontres et les relations sexuelles, le principe d’un tel service commercial n’est pas nouveau : depuis le XIXème siècle au moins existent des services privés d’entremetteur, des petites annonces du Chasseur français aux agences matrimoniales. Lesquelles essuyaient déjà les mêmes critiques adressées aujourd’hui à Meetic ou Tinder : fin de l’amour, marchandisation des rencontres, consumérisme des relations… « Par de pareils objets les âmes sont blessées, et cela fait venir de coupables pensées », a-t-on parfois l’impression d’entendre [1].

Si l’image de ces services change un peu sous la coque des smartphones et boostée par les algorithmes, ils n’ont pourtant toujours pas supplanté les rencontres fortuites et les romances traditionnelles. Une enquête de 2013 montre que c’est d’abord sur son lieu d’études ou de travail (pour 24 % des 26-65 ans), puis dans une soirée entre amis (15 %) ou dans un lieu public (13 %) qu’on rencontre quelqu’un [2]. La rencontre en ligne ne concerne que 9 % des couples qui se forment.

Alors, au-delà de la « révolution » technologique, qu’est-ce que change vraiment ces nouveaux services de rencontre en ligne ? Marie Bergström est sociologue, chercheuse à l’Institut national d’études démographiques. Elle signe dans Le Monde diplomatique d’avril « Amour et sexe à l’heure du numérique », fruit d’une longue enquête sur le fonctionnement et les usagers des sites et applications de rencontres en ligne qu’elle publie à La Découverte : les Nouvelles lois de l’amour. Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique (2019).

Programmation musicale :
- Serge Gainsbourg : Sensuelle et sans suite
- Colette Renard : Petite annonce sentimentale

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.